En dépit d’un lancement prometteur et de belles exclusivités à ses débuts, la PS Vita a rapidement passé l’arme à gauche chez Sony. On apprenait hier de GameInformer, que la machine restera probablement la dernière console portable du géant nippon.

Crédit : Aleks Dorohovich / Unsplash

Un long dossier concocté par GameInformer (et repéré par nos collègues de Numerama) à l’occasion des 25 ans de la PlayStation première du nom, nous renseigne un peu plus sur les plans de Sony en matière de consoles portables. Non content d’enterrer définitivement la PlayStation Vita, Jim Ryan, nouveau patron de la branche jeux vidéo de Sony, interrogé par le média, s’est exprimé sans détour sur le sujet. En clair, Sony laisse tomber.

Consoles portables : Sony tourne la page

« La PlayStation Vita fut excellente sur bien des points, et l’expérience de jeu était bien, mais c’est un marché sur lequel nous ne sommes plus actuellement », a notamment expliqué Jim Ryan sans vraiment faire dans le sentiment à l’égard de ce qui pourrait bien rester l’ultime console portable de Sony.

En état de mort cérébrale depuis des années, la PS Vita avait pourtant tout pour plaire lors de son lancement en 2012 : un écran OLED tactile, deux joysticks (contre un seul sur sa grande sœur la PSP), un pavé dorsal tactile et une fiche technique costaude, capable de faire tourner — en mobilité — des jeux parfois presque aussi jolis que sur PlayStation 3. Le lineup de lancement de la console était par ailleurs alléchant à ses débuts, avec des titres comme Uncharted : Golden AbyssWipEout 2048 et dans une moindre mesure Unit 13.

En 2013, Sony avait même renchéri avec Killzone Mercenary, un épisode exclusif et ambitieux de la licence Killzone, très appréciée des joueurs PlayStation.

L’année suivante, en 2014, Sony tentait par ailleurs de relancer les ventes en lançant une version légèrement remaniée et un peu moins coûteuse, équipée notamment d’un écran LCD. Un nouveau coup d’épée dans l’eau.

Seule véritable concurrente de la Nintendo 3DS, la PS Vita fut au bout du compte bien incapable de rivaliser commercialement avec la console portable de Nintendo. Comme le souligne Numerama, la 3DS s’est ainsi écoulée à plus de 75 millions d’unités, contre à peine 16,5 millions d’exemplaires distribués pour la PS Vita. Un échec cuisant dont Sony semble avoir tiré des conclusions radicales. Difficile en effet d’imaginer le géant japonais s’aventurer de sitôt sur le terrain des consoles portables… toujours monopolisé par Nintendo et l’insolant succès de sa Switch.