Xiaomi ambitionne d’investir le marché américain dès 2019. L’entreprise se veut confiante malgré le contexte tendu qui règne aux États-Unis à l’encontre des entreprises chinoises de télécommunication.

 

Entre les États-Unis et les constructeurs chinois, ce n’est pas l’amour fou c’est dernier temps. Loin de là même. Huawei en a fait les frais avant de tirer un trait sur ses ambitions de vendre des smartphones outre-Atlantique, tandis que ZTE est sous le coup d’une sanction. Cela est essentiellement dû au fait que les autorités américaines considèrent ces entreprises comme de potentielles menaces pour la sécurité de leur pays.

Dans un tel contexte, on serait enclin à penser qu’une marque de télécommunication chinoise n’a aucun intérêt pour l’instant d’aller s’installer aux États-Unis. Or, Xiaomi nous prend à contre-pied. Faisant fi du climat tendu actuel, le vice-président de la marque, Wang Xiang, a expliqué à Reuters que le marché américain était « très attractif ».

Rendez-vous l’année prochaine

Il révèle que sa firme est en train de renforcer ses ressources en ingénierie afin de concevoir des déclinaisons de ses smartphones qui soient compatibles avec les réseaux étasuniens. « L’année prochaine, nous espérons pouvoir réaliser quelque chose là-bas », déclare le responsable de Xiaomi.

Wang Xiang est conscient des tensions existantes, mais il reste confiant et met en avant les fortes relations qu’entretient Xiaomi avec des fournisseurs américains tels que Qualcomm ou Alphabet (Google). « Nous ne voyons aucune raison pour laquelle nous nous mêlerons de ce problème politique », dit-il avant d’ajouter que son groupe se concentrait exclusivement sur le marché de la consommation et qu’une grande partie de ses ingénieurs et investisseurs venaient du pays de l’Oncle Sam.

Conquête du monde

Ces déclarations tendent à prouver que l’expansion de Xiaomi à travers le monde est passée à la vitesse grand V. En 2018, la marque a déjà posé ses bagages en France, en Espagne et en Italie pour ne citer que ces pays.