Donald Trump veut sauver ZTE, c’est ce qui ressort d’un des derniers tweets publiés par le président américain.

Donald Trump (USA) et Xi Jinping (Chine)

Donald Trump souhaite intervenir sur la question des sanctions imposées à ZTE par le département américain du Commerce. En fait, à travers son compte Twitter, le président des États-Unis a annoncé qu’il avait entamé le dialogue avec son homologue chinois Xi Jinping, afin d’aider l’entreprise à reprendre ses activités.

Une position qui, apparemment, semble contredire la politique protectionniste mise en place par Trump. Dans le tweet en question, le président se réfère aux trop nombreux emplois qui seraient perdus en Chine.

Une situation qui reste donc à surveiller. Il y aura certainement de nouvelles informations dans les prochains jours. L’intervention directe de Donald Trump pourrait être une démarche d’apaisement, surtout que les intérêts économiques impliqués sont énormes pour les entreprises américaines et chinoises.

Article original du 9 mai 2018 : 

ZTE vient d’annoncer avoir cessé ses activités commerciales aux Etats-Unis, après plusieurs sanctions du gouvernement américain.

L’entreprise chinoise ZTE a déclaré mercredi qu’elle avait cessé ses activités opérationnelles majeures aux Etats-Unis. ZTE ne sera donc plus présent aux Etats-Unis, le groupe chinois a pris cette décision après les sanctions annoncées par l’administration Trump.

En effet, le mois dernier ZTE a été interdit d’utiliser des composants fabriqués aux États-Unis pendant sept ans. Après cette annonce, ZTE s’est retrouvé complètement bloqué — l’arrêt de la production dans l’usine de ZTE à Shenzhen a mis au chômage technique de nombreux salariés chinois. Il y a quelques jours, les militaires américains ont été invités à ne plus utiliser ni acheter de smartphones de la marque ZTE et Huawei.

ZTE rencontre donc une grande crise qui  pourrait conduire à l’effondrement de l’entreprise. Cette histoire montre également comment la guerre froide technologique pourrait se propager dans le monde entier. En attendant, nous assistons surtout à une guerre froide économique entre la Chine et les Etats-Unis. Un terme employé par le New York Times.

ZTE et Huawei dans le viseur de Washington

Pour rappel, ZTE compte 75 000 employés et exerce ses activités dans plus de 160 pays. C’est le quatrième fournisseur de smartphones aux États-Unis, et c’est également un équipementier important dans les télécommunications. Zhongxing Telecommunications Equipment a été créé en 1985, sous la forme d’une coentreprise. Parmi ses actionnaires historiques, on retrouve une usine aérospatiale appartenant à l’État et deux autres entreprises. Contrairement aux entreprises contrôlées par l’État chinois, ZTE n’a pas à sa direction des fonctionnaires du Parti communiste chinois mais deux tiers du groupe appartient à des entreprises étatiques.

Depuis plusieurs mois, Washington considère ZTE et Huawei comme des menaces à la sécurité nationale. Les grands opérateurs mobiles américains évitent déjà d’utiliser leurs équipements de télécommunications, mais Donald Trump réfléchit à un décret exécutif qui pourrait simplement interdire les activités des deux groupes chinois aux Etats-Unis.