Le Pocophone F1 est officiellement annoncé en France. En attendant sa commercialisation et notre test complet, voici nos toutes premières impressions sur ce smartphone saupoudrées de quelques photos de la bête.

Le Pocophone F1 était attendu. Le voilà officialisé en France et dans plusieurs marchés d’Europe occidentale. Pour rappel, Pocophone est la toute nouvelle marque poil à gratter lancée par Xiaomi. La promesse est simple : se concentrer sur les performances, la qualité photo et l’expérience utilisateur globale pour offrir un smartphone aux grosses caractéristiques pour un tarif très agressif.

Nous avons eu l’occasion d’assister à l’événement de présentation et de récupérer un modèle de test. Avant de partager avec vous notre avis complet sur ce nouveau smartphone, voici nos premières impressions et quelques photos prises par nos soins.

Pas de verre pour plus de solidité

Le Pocophone F1 a clairement pour ambition de faire mal aux flagships des marques concurrentes telle une vilaine épine dans le pied dont on n’arrive pas à se débarrasser. Ce qui marque particulièrement l’esprit sur le design — sans non plus surprendre particulièrement — c’est le choix du matériau pour le dos de l’appareil. Pas de verre, contrairement à un bon nombre d’appareils haut de gamme. Ici, le constructeur a opté pour du polycarbonate. C’est beaucoup moins sexy, mais plus résistant.

On sent tout de suite que le toucher a été travaillé pour offrir une impression presque métallique, mais l’effet plastique se fait tout de même bien ressentir et les traces de doigts sont accrochées assez facilement. Il est vrai que pour certains utilisateurs, la noblesse des matériaux utilisés est essentielle à l’appréciation de la prise en main. En revanche, il est tout aussi vrai que beaucoup de personnes ne voient pas l’intérêt d’un dos en verre que l’on doit de toute façon protéger et cacher avec une coque (même si grâce au traitement Gorilla Glass ils sont toujours plus résistants). Les premiers peuvent passer leur chemin, les seconds ont tout intérêt à se pencher sur ce produit. Par ailleurs, les tranches sont en métal et sont relativement épaisses. Quant au double appareil photo à l’arrière, il est plutôt bien encastré et ne dépasse quasi pas en relief.

En façade, rien d’exceptionnel : un écran doté d’une encoche très large (on a un peu peur quant à l’espace laissé aux notifications sur la barre d’état) et entourée par des bordures bien visibles, surtout en bas où le menton est particulièrement marqué. Pour un smartphone aussi peu cher, on ne reprochera pas ce genre de détails, mais on n’encensera pas non plus l’esthétique du Pocophone F1 qui est très classique.

Pour la connectique, on trouve le port USB-C en bas et la prise jack en haut.

Nous avons brièvement utilisé le téléphone en plein soleil au sortir de la conférence. L’écran nous a paru un peu trop faiblard en termes de luminosité : une faiblesse déjà observée sur le Xiaomi Mi A2. Le contraste cependant paraît très correct ainsi que la température des couleurs.

Une interface remaniée

Côté logiciel, on a droit à une petite configuration particulière : MIUI for Poco. C’est donc l’interface bien connue de Xiaomi, mais assaisonnée d’un design remanié. On a donc un tiroir d’applications — ce que j’apprécie énormément. Celui-ci classe automatiquement les applications dans différentes catégories pour les retrouver plus facilement grâce aux onglets en haut de l’écran. Par ailleurs, on note également que la barre de recherche Google est située vers le bas. Quant aux icônes d’applications, si leur apparence vous perturbe, vous pouvez toujours revenir au thème classique de MIUI. Personnellement, j’ai préféré celui de Poco, mais chacun sera juge.

On regrettera toutefois l’absence du NFC. Payeurs mobiles s’abstenir.

Grosses performances et autonomie en perspective

Les deux gros arguments de vente du Pocophone F1 sont sans aucun doute son Snapdragon 845 couplé à 6 Go de RAM et sa grosse batterie de 4000 mAh. Que ce soit pour les performances ou pour l’autonomie, il nous faudra un test complet pour se faire une vraie idée du potentiel de cet appareil. Mais clairement, sur le papier, il est très alléchant sur ces points particuliers.

Le patron de la marque n’a pas manqué de multiplier les promesses et on espère de tout cœur que celles-ci seront tenues. Au vu des premiers tests publiés ici et là dans la presse spécialisée, c’est apparemment le cas.

Un double appareil photo qui se veut prometteur

Enfin, en ce qui concerne la qualité photo, il s’agit également d’un point sur lequel la marque a passé beaucoup de temps à vanter les mérites du Pocophone F1. Là aussi, il faudra attendre le test complet pour connaître notre avis complet sur ce double appareil photo de 12+5 mégapixels avec des pixels de 1,4 µm et une intelligence artificielle qui permet d’optimiser les rendus. Pour les selfies, on a un capteur de 20 mégapixels (pixels de 1,8 µm).

Nous avons pu prendre quelques clichés. En conditions normales, les résultats sont prometteurs, mais les contre-jours semblent poser problème. Pour les selfies, la qualité a l’air très propre.

Prix et disponibilité

Le Pocophone F1 est commercialisé le 30 août prochain en France. Il coûte 359 euros pour la version à 64 Go d’espace de stockage et 399 euros pour celle à 128 Go. Les deux déclinaisons profitent ceci dit d’une ODR de 30 euros qui fait donc descendre les tarifs à 329 et 369 euros respectivement jusqu’au 30 septembre. Vous le trouverez sur le site officiel mi.com, mais aussi auprès de divers revendeurs comme Fnac, Darty ou RueDuCommerce.

Il existe en trois coloris : noir, rouge et bleu. Une édition blindée en kevlar a également été annoncée, mais on ne connait ni son prix ni sa date de sortie.

La version kevlar

Galerie photo