Un style discutable, mais efficace, un côté passe-partout et un « poids plume » apprécié : si le nouveau vélo électrique de la start-up barcelonaise Nua Bikes présente des atouts de charme, sa grille tarifaire restera l’un des obstacles majeurs à un acte d’achat.

Un marché en pleine ébullition. Toutes les semaines ou presque, le secteur des vélos électriques se structure un peu plus avec l’apparition de nouveaux acteurs prêts à accaparer l’une des parts du gâteau. En témoigne l’introduction du deux-roues belge Cowboy, dont les débuts sur le territoire français ont été marqués par un écho médiatique important. C’est dire l’intérêt suscité par les médias à l’égard de ces produits. Nous les premiers !

Au regard de la croissance observée sur ce domaine, les fabricants de vélos n’hésitent plus vraiment à passer le pas, à l’image de Nua Bikes. Fondée en 2014 à Barcelone, la jeune pousse a fait des vélos en titane son véritable fer de lance. Son catalogue de huit produits accueille ainsi un nouvel invité de marque, le Nua Electrica. Comme son nom l’indique, ce dernier bénéficie d’une assistance électrique.

Titane, le choix du matériau premium

Pourtant, le Nua Electrica n’a rien d’un deux-roues électrifié au premier coup d’œil. Si vous tentez de localiser la batterie généralement placée au niveau du cadre, vos efforts seront vains. Car la start-up ibérique a fait appel au savoir-faire du groupe italien Zehus, dont le moteur Bike+, le meilleur de sa gamme, accueille à ses côtés… le fameux bloc de batterie. Le tout se niche au niveau de la roue arrière du modèle, pour un poids total de 3 kilos seulement.

C’est d’ailleurs l’un des principaux arguments marketing mis en avant par la firme d’outre-Pyrénées : pour sublimer leur projet, les équipes ont troqué l’aluminium avec du titane. Bien que ce matériau soit plus lourd que le premier cité (densité de 4,506 g/cm³ contre 2,7 g/cm³), le vélo n’en reste pas moins « aussi léger qu’une plume » : 13 kilos. À titre de comparaison, le Cowboy atteint les 16,1 kilos.

Des performances faiblardes, mais…

Plus cher à produire, le titane jouit cependant d’une belle réputation : sa robustesse et son côté plus prestigieux ajoutent un certain cachet au vélo. Les autres composants haut de gamme que sont le pédalier brillant en alliage Sugino Pista, la selle Gilles Berthoud, les poignées en cuir Brooks et les freins à disque hydrauliques Shimano Deore placent ce vélo dans la catégorie premium des deux-roues électriques.

Côté performance, le Nua Electrica ne récoltera pas les louanges des puristes. Puisque nichée dans le moteur, la petite batterie de 160 Wh fournit une autonomie de 30 kilomètres seulement, en mode Turbo. Le rayon d’action s’étend à 90 kilomètres en vitesse de croisière (14 km/h), alors que la vitesse de pointe grimpe, comme le veut la loi, à 25 km/h au maximum.

…un mode de conduite hybride prometteur

Le Nua bénéficie en revanche d’un mode hybride, lequel aide le cycliste au démarrage et dans les côtes uniquement. Couplé à un système de freinage récupératif, le moteur est capable de générer de l’électricité pour la batterie lorsque le cycliste roule sur un terrain plat. Un bon moyen de récupérer quelques précieux kilomètres.

Disponible à partir de 3995 euros, le Nua Electrica se décline en quatre tailles : S, M, L et XL. Pour les plus conquis, une taille sur-mesure fait également partie des options. Les livraisons débuteront quant à elles à la fin du mois de juillet 2019.