Dans le cadre de la troisième session Magic Leap Live, tenue sur sa chaîne Twitch mercredi 11 juillet, la licorne californienne Magic Leap a levé le voile sur les premières spécificités techniques de son casque de réalité mixte Magic Leap One. Tout en divulguant une date de sortie et un distributeur exclusif.

Les développeurs, journalistes et fans de Magic Leap ne pouvaient manquer ce rendez-vous qui s’annonçait incontournable. Magic Leap, start-up américaine devenue grande après avoir levé 2,3 milliards de dollars en huit ans, a en effet dévoilé les premières caractéristiques de son produit phare à l’occasion de sa troisième session Magic Leap Live, organisée sur sa chaîne Twitch le mercredi 11 juillet. Après deux séances relativement décevantes, où l’entreprise s’est bien gardée de communiquer la moindre spécification, la communauté a enfin pu découvrir un peu plus en profondeur l’appareil de Rony Abovitz et ses équipes.

Magic Leap One : un SoC Nvidia Tegra X2 au programme

Trêve de bavardages, rentrons dans le vif du sujet. Magic Leap One – ou plutôt son Light Pack – a été équipé d’un SoC Nvidia Tegra X2, qui contient lui-même un CPU quatre cœurs ARM A57, un autre CPU deux cœurs Denver 2 et un GPU Pascal avec 256 cœurs CUDA, signé Nvidia. Compatible avec le système d’exploitation Linux 64 bits, Magic Leap One devrait aussi prendre en charge plusieurs API graphiques, telles qu’OpenGL, OpenGL ES 3.1 et Vulkan, vivement conseillé pour optimiser les performances de l’appareil.

Outre ces informations sur le matériel de calcul, la compagnie américaine a une fois de plus conservé le secret le plus total sur l’autonomie de l’appareil, son Field of View (FOV), son prix ou encore sa mémoire. Des informations occultées qui viennent donc quelque peu ternir cette session, que l’on aurait pensé plus riche en annonces. À peine sait-on que des systèmes eye-tracking et hand-tracking ont été intégrés au produit, même si l’on se doutait bien de leur présence au vu du pactole récolté auprès des nombreux et généreux investisseurs.

Une démonstration quelque peu décevante

La déception fut probablement grande pour une bonne partie des viewers, tous impatients de voir le Magic Leap One en action. Malheureusement, aucune démonstration en direct n’était au programme, mais une simple vidéo pré-enregistrée puis diffusée pendant le live. Et au bout du compte, seul un mini-jeu au cours duquel un golem lance des pierres en direction de l’utilisateur a été retransmis. Notons que le Magic Leap One prend en compte chaque surface horizontale de l’espace. Le contrôleur 6DOF (Degrees of Freedom) n’a de son côté bénéficié d’aucune démonstration.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La communauté pourrait rester perplexe suite à cette troisième session Twitch. L’une des caractéristiques les plus attendues, à savoir le champ de vision, n’a toujours pas été révélée. Du côté des usages, le simple exemple d’application de divertissement ne donne pas vraiment un aperçu clair du potentiel du Magic Leap One. Le Microsoft Hololens, son principal concurrent n’aurait presque rien à lui envier à l’heure d’écrire ces lignes. Les équipes de la licorne californienne ont en revanche communiqué une date officielle de lancement réservée aux développeurs, à savoir d’ici la fin de l’été (21 septembre 2018 au maximum).

Le Magic Leap One toujours sans autorisation de commercialisation

Magic Leap a également conclu un partenariat exclusif avec l’opérateur télécom AT&T, dont le rôle se cantonnera à distribuer le produit dans cinq villes américaines le jour du lancement : Atlanta, Boston, Chicago, Los Angeles et San Francisco. Problème : la Commission fédérale des communications du pays n’a pas encore autorisé la location et la vente de l’appareil, peut-on lire sur un message discrètement affiché en bas du live. Magic Leap devra donc attendre l’aval de l’agence pour espérer commercialiser son bébé. AT&T a aussi participé au dernier tour d’investissement (série D) de la jeune pousse, apprend-on dans un communiqué, sans que l’on connaisse les chiffres exacts des sommes injectées.