Sans surprise, Orange s’est lui aussi dit prêt à revenir à un marché à trois opérateurs. Cette envie a été réaffirmée ce week-end.

Un retour à trois opérateurs ? L’Arcep ne s’y oppose plus. Depuis, on voit de plus en plus d’acteurs commenter la situation, indiquant leur ouverture ou non sur la question.

Plus encore, Martin Bouygues et Patrick Drahi se sont rencontrés afin que le premier, Bouygues, rachète le second, SFR. Des négociations qui, par le refus de Patrick Drahi de vendre sans maîtriser vraiment le prix, n’aboutissent pour le moment pas. Qu’en est-il pour Orange ?

Orange est ouvert à la discussion

Le journal Le Figaro, relayé par Universfreebox, a pu poser cette question lors des rencontres économiques d’Aix-en-Provence à Ramon Fernandez, directeur financier de l’opérateur.

Celui-ci a indiqué qu’Orange était « ouvert » à d’éventuelles discussions, comme le sont Free, Bouygues et SFR finalement. Ceci étant, il a rajouté qu’il était « très peu probable que les scénarios qui ont pu être précédemment envisagés se matérialisent à nouveau », en référence au mariage Bouygues / Orange qui aura rythmé l’actualité de 2016.

Pas de rôle actif

Ici, « le scénario précédent où Orange était sur le siège du conducteur me paraît très très improbable. En revanche, dans une voiture, il y a de la place pour plusieurs passagers. […] Nous verrons bien s’il faut à un moment donné s’asseoir sur un siège passager ».

La métaphore est assez claire : l’opérateur historique français ne lancera pas d’hostilité, mais fera partie des négociations. Une position qui concorde avec les propos tenus par Stéphane Richard, le PDG d’Orange, qui a longtemps argumenté que le marché à 4 opérateurs nuisait à l’investissement et la compétition.

À lire sur FrAndroid : « Pour Drahi, on est des lignes dans un fichier Excel » : SFR raconté par ses salariés lésés