En plus de laisser entrevoir la nouvelle direction empruntée par ses appareils milieu de gamme avec le Samsung Galaxy A50, le leader du marché mobile apporte surtout sur le marché un smartphone quasi premium avec un tarif relativement abordable. Si les smartphones de cette catégorie ont toujours été jugés trop onéreux pour le constructeur coréen, ce n’est pas forcément le cas avec cette nouvelle itération. En effet, Samsung doit — et veut — faire face à la montée de Xiaomi. On est alors tout à fait en droit de se demander ce que le Galaxy A50 vaut vraiment face au nouveau Xiaomi Mi 9 SE, sachant que les deux smartphones sont vendus quasi au même prix avec quasi les mêmes caractéristiques. À l’aide de notre comparatif détaillé, découvrez lequel des deux est le meilleur smartphone.

L’année 2019 marque un profond changement pour la gamme A du géant sud-coréen. Si de nombreuses références ont été annoncées — A10, A20, A30, A40, A60, A70 ou encore A80 — , c’est bel et bien l’itération Galaxy A50 qui va nous intéresser aujourd’hui. Bien différent des smartphones A7 2018 ou A8 2018, il représente une belle montée en gamme pour sa famille, avec notamment la présence du capteur d’empreintes sous l’écran et le module triple capteur photo, mais sans pour autant marcher sur les plates-bandes des produits premium du constructeur. Toutefois, on connait également un nouvel arrivant sur le marché qui propose quasi les mêmes caractéristiques… Évidemment, je veux parler du Xiaomi Mi 9 SE, la version allégée du récent flagship chinois. Pensez-vous que Samsung tient là l’appareil qui rivalisera avec le champion du rapport qualité/prix ?

Une question se pose : quel est le meilleur smartphone entre un Samsung Galaxy A50 et un Xiaomi Mi 9 SE ? Design, performances, photo, autonomie… Découvrez notre comparatif détaillé opposant les deux smartphones !

Fiches techniques

Modèle Samsung Galaxy A50 Xiaomi Mi 9 SE
Version de l'OS Android 9.0 Android 9.0
Interface constructeur N/C MIUI
Taille d'écran 6.4 pouces 5.97 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 403 ppp 432 ppp
Technologie OLED OLED
SoC Exynos 9610 Snapdragon 712
Puce Graphique (GPU) ARM Mali G72 MP3 Qualcomm Adreno 616
Mémoire vive (RAM) 4 Go 6 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go 64 Go, 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 25 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 5 Mpx
Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 13 Mpx
Capteur 3 : 8 Mpx
Appareil photo (frontal) 25 Mpx 20 Mpx
Enregistrement vidéo 4K 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac) Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 5.0
Réseaux LTE, HSPA, GSM LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui Oui
Capteur d'empreintes Oui Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C USB Type-C
Batterie 4000 mAh 3070 mAh
Dimensions 74.7 x 158.5 x 7.7mm 70.5 x 147.5 x 7.5mm
Poids 158 grammes 155 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu, Orange Argent, Bleu, Violet
Prix 265€ 266€
Fiche produit | Test Fiche produit | Test

Design : un look quasi identique

Si le Samsung Galaxy A50 représente un bouleversement pour sa propre gamme, on ne peut pas dire que son design soit des plus révolutionnaires. Ce n’est pas un mal, car le finitions sont exemplaires et la préhension du téléphone est très agréable au quotidien — notamment grâce à sa finesse très appréciée — , mais force est de constater que son look est loin d’être original en 2019. Eh oui, si Samsung s’était pourtant tant moqué de ses concurrents avec l’encoche, on a pourtant ici le premier smartphone coréen où l’écran est criblé du fameux notch sur la partie supérieure (cela si on ne compte pas la bulle de l’écran du S10). Pour sa défense, elle se veut très discrète avec sa forme en goutte d’eau, mais on aurait tout de même préféré que Samsung campe sur sa position de réfractaire. Le seul réel bémol vient surtout de son menton particulièrement imposant à la vue de l’utilisateur — même s’il ne mesure que 0,5 cm –, car cela implique une asymétrie flagrante entre les bordures du haut et du bas.

En retournant le téléphone, on s’aperçoit que le géant sud-coréen a tout fait dans la simplicité avec un dos en couleur uni uniquement perturbé par la présence du logo Samsung et du module triple capteur photo, qui a d’ailleurs le mérite de ne pas trop dépasser de la coque.

Concernant le Xiaomi Mi 9 SE, il reprend globalement le design du flagship actuel de Xiaomi. Absolument rien n’est changé ou modifié, comme si le célèbre constructeur chinois avait pris des coques vides de Mi 9 — néanmoins dans un format plus compact — pour y intégrer de nouveaux composants à l’intérieur. Cependant, le résultat est toujours aussi réussi avec un look clairement maîtrisé. Ici aussi, on retrouve une encoche très discrète en forme de gouttelette, avec d’ailleurs des bordures étonnamment fines pour un appareil de cette catégorie de prix, mais surtout avec un menton légèrement plus discret que sur le Galaxy A50.

Au dos, on retrouve toujours une belle surface en verre avec de beaux reflets, qui apporte tout de même une belle nuance face au ton peut-être trop uni du Galaxy A50. Enfin, on aperçoit également le module triple capteur apposé à la verticale, mais qui dépasse légèrement et qui induit une instabilité certaine lorsque le smartphone est posé sur une table.

Pour le coup, les deux constructeurs apportent un look très similaire avec leurs nouveaux smartphones milieu de gamme. Ce n’est alors définitivement pas sur le design que le Samsung Galaxy A50 et le Xiaomi Mi 9 SE vont se départager. Toutefois, il est important de préciser que le lecteur d’empreintes sous l’écran est beaucoup plus réactif sur le smartphone chinois que sur le smartphone coréen.

Écran : le savoir-faire incontestable de Samsung

Sans surprise avec le Galaxy A50, l’écran de Samsung est très bon. Il s’équipe d’une belle dalle AMOLED de 6,4 pouces avec une définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels. En effet, c’est toujours un plaisir de profiter du savoir-faire incontestable du géant sud-coréen, surtout à moins de 400 euros. Bref, les angles de vision sont excellents, les couleurs sont de prime abord très bien équilibrées (même si vous pouvez toujours faire un petit tour dans les paramètres du téléphone pour régler selon vos goûts) et le contraste qui tend vers l’infini est un régal pour les yeux. Son principal atout vient de sa forte luminosité pour être consultable, et ce quel que soit le contexte.

Le Xiaomi Mi 9 SE n’a pas à rougir face à son concurrent. Lui aussi s’équipe d’un écran AMOLED, néanmoins légèrement plus petit avec sa diagonale de 5,97 pouces, qui affiche également une définition Full HD+ de 2340 x 1080 pixels. Difficile de reprocher quelque chose à cette dalle OLED : les angles de vision sont excellents, les contrastes sont très bons et les couleurs bien qu’un peu froide sont facilement réglable depuis les options du téléphone. Toutefois, notre test a démontré que l’écran de Xiaomi n’est pas si lumineux qu’il en a l’air, ce qui pose problème lors des journées trop ensoleillées.

La réputation concernant la qualité des écrans Samsung n’est plus à prouver. Même si le Xiaomi Mi 9 SE propose une dalle OLED de bonne qualité, il ne fait malheureusement pas mieux que le champion en titre.

Logiciel : la fraîcheur de One UI

En sorti de boîte, le Samsung Galaxy A50 nous fait le plaisir de tourner sous Android 9.0 Pie avec One UI, et il faut dire que c’est un réel plaisir de profiter de cette interface sur un smartphone milieu de gamme. Cette interface apporte un souffle de fraîcheur indéniable alors que l’ancienne interface (Samsung Experience) commençait vraiment à paraître vieillotte. C’est moderne, agréable à utiliser au quotidien, intuitif et facilement accessible dans la majorité des cas, avec une attention toute particulière portée à l’ergonomie de l’expérience. La navigation par geste est d’ailleurs un peu différente avec One UI. Les boutons sont alors remplacés par des traits à faire glisser, ce qui permet de gagner de l’espace sans perdre le positionnement habituel des touches de la barre de navigation.

Petit bonus : un gros OUI pour le thème sombre !

Le Xiaomi Mi 9 SE propose également Android 9.0 Pie, mais avec MIUI, une interface s’inspirant en partie d’iOS. Si cela peut représenter une bonne transition pour les (anciens) possesseurs d’iPhone, c’est avant tout une interface complète avec de nombreux choix de personnalisation, même pour les utilisateurs d’Android. Si on peut regretter l’absence du tiroir d’applications, l’adaptation est néanmoins plutôt rapide, même pour un habitué d’Android. Loin d’être sans défauts, on regrette surtout que l’antivirus analyse systématiquement les applications téléchargées, et même si cette option est désactivable, cela est tout de même très embêtant puisqu’un utilisateur non averti sera poussé de télécharger via le store de Xiaomi, et non via le Play Store.

Si l’interface est avant tout une affaire de goût, il faut tout de même mettre en avant les efforts gros de Samsung avec sa nouvelle interface One UI pour proposer une expérience complète, ergonomique, intuitive et résolument plus moderne que l’interface MIUI.

Performances : la puissance du Snapdragon 712

Avec le Galaxy A50, Samsung a fait le choix d’intégrer un SoC Exynos 9610, épaulé par 4 Go de mémoire vive, dans les circuits imprimés de son nouveau smartphone milieu de gamme. Cette nouvelle puce dédiée au haut du panier dans le milieu de gamme du constructeur coréen offre des performances très satisfaisantes au quotidien. Toutefois, cette configuration n’est pas exempte de défauts, pour cause les quelques ralentissements constatés lors de notre test, notamment quand le smartphone est sollicité pour de nombreuses tâches. Si vous ne pouvez pas jouer à Fortnite mobile avec ce téléphone, il assure néanmoins une bonne stabilité — 60 images par seconde — sur des jeux comme Arena of Valor ou PUBG, avec des graphismes moyens.

Xiaomi est quant à lui un champion pour proposer sur la majorité de ses appareils un rapport performances/prix excellent. Ce Mi 9 SE ne viendra pas déroger à la règle avec l’intégration du Snapdragon 712 couplé à 6 Go de mémoire vive. Fluide et puissant sont des mots qui décrivent très bien la version pourtant dite « allégée » du récent fleuron chinois. L’expérience utilisateur se veut parfaitement fluide au quotidien et permet même de lire les jeux gourmands du Play Store dans de bonnes conditions, même si elles ne sont pas optimales.

  Samsung Galaxy A50 Xiaomi Mi 9 SE
SoC Exynos 9610 Snapdragon 712
AnTuTu 7.x 144 549 179 116

Les chiffres du tableau ci-dessus parlent d’eux-mêmes. Le Xiaomi Mi 9 SE et son Snapdragon 712 offre de bien meilleures performances que le Samsung Galaxy A50 et son Exynos 9610.

Photo : un petit défaut qui a son importance

Plutôt répandu ces derniers temps, on retrouve évidemment un module triple capteur photo sur le Galaxy A50. Sa configuration est la suivante : un capteur principal de 25 mégapixels (f/1,7), un second en soutien de 5 mégapixels (f/2,2) et un troisième ultra grand-angle de 8 mégapixels (f/2,4). Le résultat est globalement assez bon dans la plupart des situations. En plein jour, le niveau de détail est très satisfaisant, les couleurs sont bien retranscrites malgré une légère saturation qui se ressent sur les couleurs les plus vives et, de plus, le mode HDR apporte une réelle plus-value. Le seul problème vient de son mauvais équilibre avec les scènes aux grandes plages dynamiques, qui a pour cause d’assombrir certaines zones de l’image.

De nuit, c’est forcément moins bon, avec un bruit bien trop présent à cause de l’éclaircissement artificiel, mais cela est tout de même honorable pour un smartphone de cette tranche tarifaire. Concernant son mode ultra grand-angle, il a le mérite de capturer de bons clichés — même si la qualité s’effrite légèrement — tout en minimisant l’effet de distorsion qui était bien trop présent sur le Galaxy A7 2018, par exemple.

Tout comme son concurrent, le Xiaomi Mi 9 SE apporte une bonne polyvalence dans son utilisation grâce à son module triple capteur photo. Il embarque un capteur principal de 48 mégapixels (f/1,8), un second ultra grand-angle de 13 mégapixels (f/2,4) et un troisième téléobjectif de 8 mégapixels (f/2,4). Ici aussi, le résultat est très satisfaisant pour cette gamme de prix. De jour, les couleurs sont excellentes, quoiqu’un peu plus vives que le naturel, et les clichés ne manquent pas de précision. Néanmoins on peut regretter un mode HDR qui aura tendance à légèrement dédoubler certaines zones.

En revanche, son mode portrait est plutôt bon en comparaison du Galaxy A50. La détection des contours du sujet est vraiment réussie et un mode permet même de régler le niveau de flou ou de modifier l’éclairage. Concernant les clichés de nuit, le bruit est évidemment présent et les clichés manquent de netteté, mais encore une fois, difficile de lui reprocher cela pour cette gamme de prix, car le résultat final est tout de même exploitable. Le Xiaomi Mi 9 SE offre donc une bonne expérience photo à son utilisateur, mais on ne peut que pointer du doigt son temps de traitement relativement long (parfois pendant une bonne seconde).

Pour moins de 400 euros, les deux smartphones offrent une expérience photo satisfaisante, mais surtout polyvalente. Toutefois, il faut avouer que les défauts d’optimisation de Xiaomi peuvent nuire légèrement à l’expérience, et c’est bien dommage. En espérant qu’une mise à jour logicielle vienne vite corriger cela.

Batterie : la gamme Galaxy A est à l’honneur

La gamme Galaxy A a toujours été réputée pour sa bonne autonomie et le Galaxy A50 de Samsung s’inscrit parfaitement dans cette lignée. Avec sa batterie de 4 000 mAh, le smartphone milieu de gamme coréen n’est pas le plus endurant des smartphones, mais il est très bon dans ce domaine, ni plus ni moins. Il peut tenir facilement pendant plus d’une journée, même avec une utilisation très intensive. En effet, il paraît infatigable en perdant que très peu de pourcentage, que ce soit en regardant des vidéos ou ou jouant. De plus, vous pouvez récupérer rapidement de la batterie avec son chargeur de 10 W qui lui permet de passer de 10 à 100% en 1h30 environ.

Le Xiaomi Mi 9 SE n’est par contre pas un bon exemple de smartphone catégorisé comme autonome. Il intègre une petite batterie de 3 040 mAh, donc il n’y a pas à en attendre grand-chose, à part au moins tenir la journée. Toutefois, il a tout de même le mérite de tenir bien la charge en mode veille. Il faudra compter sur son système de charge rapide — compatible QuickCharge 3.0 — pour récupérer rapidement de la batterie, si besoin.

Sur notre test personnalisé Viser, le Samsung Galaxy A50 a tenu 11 heures et 12 minutes tandis que le Xiaomi Mi 9 SE n’a réussi qu’à tenir 9 heures et 15 minutes.

Conclusion : lequel est le meilleur smartphone ?

Xiaomi a toujours apporté un rapport qualité/prix imbattable avec ses smartphones, que ce soit sur de l’entrée, milieu ou haut de gamme. L’itération Mi 9 SE en reste un bon exemple avec sa belle dalle AMOLED, son capteur d’empreintes sous l’écran, ses performances au-dessus du lot ou encore son triple capteur photo plutôt polyvalent. Toutefois, il se frotte aujourd’hui à plus fort que lui. Avec le Galaxy A50, Samsung arrive à faire mieux dans la majorité des domaines, tout en étant moins cher que son concurrent chinois. C’est un peu le monde à l’envers, mais force est de constater que le constructeur coréen a de belles cartes à jouer avec le renouveau de sa gamme Galaxy A.

Si après ce comparatif, vous hésitez toujours, allez donc jeter un coup d’œil à nos tests complets :

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy A50 est commercialisé à 349 euros pour le modèle 128 Go.

Concernant le Xiaomi Mi 9 SE, il est tout juste lancé en France au tarif de 369 euros pour la version 64 Go.