Pour faire interdire le chiffrement des appareils mobiles, les politiques américains mettent la pression sur les constructeurs. Un projet de loi en ce sens a été déposé hier en Californie.

Nexus 6P (4 sur 8)

En Californie, on est permissif sur pas mal de choses – comme l’usage de marijuana – mais pas sur tout. D’ailleurs, l’État est souvent bien occupé par des démêlés judiciaires concernant des entreprises high-tech. Cette fois, il pourrait s’opposer directement aux géants de l’industrie puisque Jim Cooper, un membre de l’Assemblé de l’Etat de Californie, a déposé un projet de loi pour interdire les smartphones ne permettant pas d’être déchiffrés ou déverrouillés à distance.

« Ce projet de loi exigerait qu’un smartphone qui est fabriqué le 1er janvier 2017 ou après, et vendu en Californie, soit capable d’être déchiffré et déverrouillé par son fabricant ou le créateur de son OS », peut-on lire sur le document, accessible sur Internet. Et d’ailleurs, le projet de loi prévoit des amendes et des interdictions de vente. Dans le cas où le projet de loi aboutissait, le vendeur du smartphone s’exposerait « à une amende civile de 2 500 dollars pour chaque smartphone vendu ou loué ».

Un projet de loi encore loin de devenir réalité toutefois puisqu’il devra faire l’objet d’un vote. Le débat sur le chiffrement fait en tout cas rage aux États-Unis, où un projet de loi similaire a été déposé dans l’État de New York.