A l’occasion de sa conférence, Sony Ericsson a annoncé la mise en vente prochaine de l’Xperia Arc.

Lors du CES, Sony Ericsson avait montré au grand public l’Xperia Arc. Malheureusement, il n’était pas encore suffisamment abouti pour déboucher sur une commercialisation rapide. Hier soir, à l’occasion de sa conférence pré-MWC, le constructeur a annoncé la mise en vente au mois de mars de son téléphone, au niveau mondial. Pour la France, ce sera SFR qui prendra en charge sa distribution. Selon les éléments indiqués, il faudrait attendre le début du mois d’avril.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le téléphone, voici un bref rappel de ses caractéristiques. L’Arc dispose d’un écran de 4,2 pouces Reality Display avec Sony Mobile Bravia Engine. Sa résolution est de 854×480 pixels (identique au Neo) avec une reconnaissance de 32 doigts pour le multitouch ! Il propose un processeur Snapdragon simple-coeur cadencé à 1GHz. A l’arrière, une caméra de 8,1 mégapixels dispose de la technologie Exmor R, pour réaliser de bons clichés dans toutes les situations, et des vidéos HD. A l’avant, une caméra frontale profite des nouvelles fonctionnalités d’Android. Sur les applications présentées, aucune ne permettait le chat vidéo. Une connectique HDMI permet de voir tout les contenus depuis un téléviseur HD. Android 2.3.1 (Gingerbread) est proposé, mais je n’ai pas pu savoir si la dernière version (2.3.3) allait être fournie au lancement.

Son nom (Arc) vient du fait qu’il est prend la forme d’un arc, ce qui lui donne une épaisseur de seulement 8,7 mm au milieu. Ayant pu tester le téléphone, ce design n’est en aucun cas gênant. Il s’agit plutôt d’un design particulier et d’un argument commercial. Son poids de 117 grammes, lui confère des qualités de mobilité, car pour un écran de 4,2 pouces, c’est relativement léger. Sur les stands, je n’ai pu apercevoir que des variantes Mignight Blue, mais il existera également un coloris Misty Silver.

L’arrière est faite en plastique, ce qui ne rassure pas toujours. Mais l’Xperia Arc donne tout de même une impression de forte solidité. Sur le devant, on ne retrouve que trois boutons physiques : Retour / Accueil et Menu. Seul l’Xperia Play dispose de la touche Rechercher.

La mise à jour de l’interface constructeur avait fortement été mise en avant. Je n’ai jamais possédé de Xperia par le passé, mais j’ai relativement été déçu. Globalement, on retrouve quelques widgets ainsi que la possibilité de voir un aperçu de tous les bureaux. J’ai testé deux terminaux, car le premier a tout simplement planté. Il reste encore peu de temps à Sony Ericsson pour corriger le tir. L’aperçu du bureau est encore une fonctionnalité qui nécessite de nombreuses optimisations. Sur tous les appareils testés (dont Neo, Pro…), le résultat est identique.

La technologie Bravia m’a été vendue en m’indiquant de nouveaux procédés de fabrication. En réalité, le résultat est bien moins spectaculaire que prévu. Je ne dis en aucun cas que l’écran est mauvais, mais plutôt que comparativement à un SuperAMOLED, je n’ai absolument pas été bluffé par de meilleures performances. Le type de lieu (bar branché) ne se prêtait pas réellement, pour un test de l’écran.

L’appareil photo est excellent, tout comme son interface. Si je devais retenir deux points forts de ce téléphone, ce serait cette caméra ainsi que le design. Les erreurs du passé semblent se corriger, car le multitouch répond très bien. En ce qui concerne les mises à jour, le téléphone embarque déjà Gingerbread, ce qui est positif. L’échec de la gamme Xperia avec Android 1.6 au lancement ne sera pas réédité.

Si je devais m’attarder sur les points négatifs, je dirais qu’il reste encore du chemin avant la commercialisation. Il subsiste encore des bugs et de nombreuses optimisations doivent être faites, pour obtenir un excellent résultat.

Au final, j’avais une assez mauvaise image de la marque en arrivant à la conférence. Après avoir testé les quatre téléphones, mon impression est plutôt bonne. Cependant, lors du direct le PDG a indiqué vouloir devenir le leader du marché. Je pense qu’il reste encore un veste chemin à parcourir dans ce domaine. Les concurrents comme Samsung et Motorola disposent d’une meilleure image auprès du public, ce qui boostera davantage les ventes.

Voici une vidéo de présentation (vous remarquerez une petit blanc à un moment, j’ai sans faire exprès bougé la caméra d’un confrère ^^) :