Nokia indique qu’Android est la plus grande menace pour l’entreprise. Une telle déclaration est inattendue, dans le sens où le finlandais aurait pu utiliser ce système, à la place de Windows Phone 7.

Les résultats financiers du premier trimestre 2011 sont tombés il y a peu : il en ressort qu’Apple devance Nokia. Le premier a généré 11,9 milliards de dollars, tandis que le second a du se contenter de 9,4 milliards de dollars. En terme de valeur, la firme de Cupertino est passée devant Nokia. Pour ce qui est du volume, le finlandais continue de dominer avec 24 millions d’unités vendues contre 18,6. La stratégie des deux groupes est différente, car la première dispose d’une large gamme de téléphones, tandis que le second ne propose qu’un seul produit.

Mais pour le finlandais, ce n’est pas Apple qui est dangereux, mais bien Android. Le PDG de Nokia, Stephen Elop, a indiqué que le partenariat avec Microsoft – pour Windows Phone 7 – permettait d’affiner la réponse contre l’iPhone. Mais l’accent a été porté sur les plus gros concurrents sur Android : Samsung, HTC et Motorola :

« Nous avons été très clairs, notre concurrent numéro un est Android »

Selon Gartner, sur le marché des smartphones, Android a représenté 22,7% des ventes en 2010. En 2011, il devrait atteindre 38,5% et même 49,2% en 2012. A l’inverse, Nokia passerait successivement de 37,6%, à 19,2%, puis 5,2%. Ces chiffres ne sont pas exacts, car ils ne sont que des prévisions. Mais l’évolution devrait approximativement suivre ces deux courbes.

Nokia et Windows espèrent que leur union, va permettre de faire décoller le système d’exploitation, mais aussi de relancer les ventes du finlandais. Les deux parties devraient être gagnantes avec cet accord.

En parallèle, Nokia va économiser un milliard d’euros par an, dès 2013, car les systèmes d’exploitation – Symbian et Meego – seront moins présents dans la gamme de téléphones. Une conséquence directe sera la perte d’emplois. Selon le Financial Times, plusieurs milliers d’emplois pourraient être supprimés.

Selon certains analystes, le but inavoué de l’union Microsoft-Nokia serait de mettre en commun les brevets des deux entreprises. Dès lors, grâce à ce portefeuille conséquent, elles pourraient s’attaquer aux constructeurs utilisant Android. Cela les obligerait à payer des licenses et devraient alors augmenter leurs prix. Cette idée n’est pas fausse et correspond à une logique du marché. Nous verrons rapidement si cette affirmation se confirme, mais il faudra attendre que les premiers smartphones Nokia sous WP7 soient disponibles sur le marché. Cela ne devrait pas intervenir avant l’année prochaine.

Source : Financial Times via Generation-nt