Pour répondre à cette question, timesonline a pu interviewer Christopher David, le directeur des partenariats chez Sony Ericsson.

184_197_Christopher_David_01

Cet interview nous permet de comprendre l’intérêt que voit le constructeur dans la plateforme Android.

Dans une première partie, il explique que Sony Ericsson veut s’appuyer sur l’expérience utilisateur riche qu’amène une plateforme facile d’accès pour les développeurs. De plus, Christopher David explique que ce système open source leur oblige à travailler l’intégration tout en partageant l’innovation. C’est une confirmation de l’analyse qui veut que les constructeurs ont intérêt à fournir une interface personnalisée tout en permettant une large interopérabilité. C’est du gagnant-gagnant car le constructeur peut se démarquer de ses concurrents et l’utilisateur profiter de tous les avantages de la plateforme.

Il explique aussi l’intérêt qu’il trouve à un système centré sur Internet. L’avantage est de faire converger les usages du téléphone et de l’ordinateur pour que chacun apporte ses avantages à l’autre sans être en concurrence. Christopher David explique que grâce à Internet, l’utilisateur a une forte attente pour les réseaux sociaux, et le constructeur proposera des spécificités en rapport avec ce besoin. Sachant que la version 2.0 d’Android sera déjà tournée vers les réseaux sociaux, cela veut dire que Sony Ericsson a des idées supplémentaires comme leurs outils Timescape et Mediascape.

Nous apprenons avec plaisir que l’Xperia X10 sera le premier d’une gamme construite autour d’Android. Ce n’est donc pas un simple essai mais bien un placement stratégique.

sonyericsson_xperia_x3_0008

Cet interview est très positif pour la recherche en innovation autour d’Android sur laquelle travaille les employés de Sony Ericsson.