L’une des forces de l’Android Market pourrait se retourner contre lui, à savoir la non validation des applications soumises !

L’une des grandes différences aujourd’hui entre l’App Store d’Apple et l’Android Market, sans parler du mode de paiement qui fait beaucoup parler, est le temps de prise en compte d’une soumission d’application ou de ses mises à jour, instantanée pour l’Android Market contre une quinzaine de jour (minimum) pour la plateforme d’Apple.

Environ 1% des applications postées sur l’Android Market sont supprimées postérieurement à leur soumission. Pendant ce temps, des applications non fonctionnelles, malicieuses ou interdites (ex. pornographiques, racistes…) peuvent être diffusées et causer des dommages morales ou pire financière. Tel a été le cas dernièrement avec une application de fishing nommée Droid09. Egalement depuis le début de l’année, deux applications payantes diffusant du contenu pornographique, sont disponibles en téléchargement malgré leur interdiction. Qui empêcherait un enfant (ou plutôt un adolescent) de consulter ce genre d’application sur son téléphone alors que ses parents font bien attention à l’utilisation qu’il fait de l’Internet quand il est chez lui!

Il est à se demander si cela ne jouera pas contre la plateforme de distribution de Google. Certes le système d’Apple permet d’obtenir des applications de qualité (sans empêcher malheureusement des programmes malicieux) mais le cahier des charges est très lourds (environ 200 pages) et les temps de validation trop long.

Un autre système de validation pourrait être un système de certification payante, non pas des applications, mais des développeurs eux-mêmes. En passant une sorte « d’examens » ainsi que la signature d’un contrat spécifique permettraient d’identifier leurs applications sur l’Android Market comme « approuvées » de manière automatique.

Les utilisateurs disposeraient alors d’un gage de confiance sur l’application visée. Toute rupture au contrat engendrerait avertissement, suspension de contrat ou des applications puis la nécessité de valider à nouveau sa certification.

Certes, vous serez certainement nombreux (notamment les développeurs) à bondir à la lecture de cette article, mais la possibilité de programme malicieux ou interdit pourrait tendre à se développer et ainsi détruire rapidement l’efficacité et la force de notre Android Market ainsi que d’Android d’une manière générale.

Le sujet reste ouvert : commentez !