L’application Telegram a annoncé que plus de 2 000 canaux et bots liés à l’État islamique étaient supprimés chaque mois. Le but est notamment de faire taire ses détracteurs qui l’accusent d’être la plateforme préférée des terroristes.

telegram

Depuis les attentats du 13 novembre, l’application Telegram est pointée du doigt pour servir de réseau de propagande au groupe terroriste Daesh. L’État islamique utilise en effet beaucoup ce réseau social qui garantit un chiffrement très complet des conversations privées.

Le caractère secret de ces conversations permet en effet aux utilisateurs de Telegram de discuter entre eux avec la garantie que personne n’a accès au contenu de leurs messages. Il va de soi que cette qualité est forcément appréciée par les organisations illégales, les terroristes en tête.

Mais Telegram ne veut pas souffrir d’une telle image et l’entreprise a annoncé qu’elle luttait activement contre la propagande des idées extrémistes sur sa plateforme. On apprend ainsi que 60 canaux et bots liés à Daesh sont supprimés chaque jour. Soit plus de 2 000 par mois.

Des canaux publics faciles à fermer

Il est important de préciser ici qu’il s’agit uniquement de canaux publics qui ne sont pas protégés de la même manière que les discussions privées. En effet, ces dernières bénéficient d’un protocole end-to-end E2EE (AES 256, RSA 2048). Le chiffrement des messages se fait ainsi de client à client. Telegram ne garde aucune clé de sécurité sur les serveurs de la plateforme.

C’est toutefois différent pour les conversations publiques qui s’apparentent plus à un fil Twitter. Celles-ci peuvent donc être facilement repérées, puis fermées par Telegram.

Ainsi, Telegram met à contribution sa communauté pour signaler les discussions destinées à faire l’apologie du terrorisme. Suite aux attentats qui avaient frappé Paris en novembre, l’entreprise s’était déjà empressée d’annoncer la fermeture de 78 canaux de communication.

À lire sur FrAndroid : Comment l’application Telegram a séduit Daesh

Telegram Telegram Messenger LLP