C’est ce que l’on appelle l’effet Kodak. Archos a annoncé un portefeuille physique de cryptomonnaies en amont du Mobile World Congress, ce qui a eu pour conséquence de faire grimper en flèche son action en Bourse.

L’action d’Archos à l’EuroNext a pris 53 % au cours des 24 dernières heures. Ce n’est pas la trottinette sous Android qui explique cette explosion, mais le portefeuille physique de cryptomonnaies. En effet, Archos a présenté le Safe-T mini, qui sera disponible à partir de juin 2018 au prix de 49,99 euros. Il s’agit d’un nouveau concurrent à Ledger, le leader du secteur qui connaît un succès sans précédent.

+53,95 % en une journée !

Archos annonce que ce portefeuille physique est « le résultat des travaux menés par l’équipe R&D d’ARCHOS dans le domaine du chiffrement, de la sécurité et des monnaies virtuelles (…) il a été conçu, développé en France et sera fabriqué dans une usine française ». Son portefeuille est compatible avec Electrum, GreenAddress / Greenbits, MyCrypto et Mycelium. Cela lui permet de prendre en charge Bitcoin, Bitcoin Cash, Litecoin, Zcash et bien d’autres cryptomonnaies à venir.

A l’intérieur, on retrouve un processeur ARM Cortex-M3 cadencé 120 MHz avec un petit écran OLED de 128 x 64 pixels. La petite pièce hardware de 6 centimètres sur 0,78 centimètre fonctionne en microUSB avec Android, Linux, Mac et Windows 10.

Pour concevoir cet objet, Archos s’est associé à DomRaider. Une entreprise française qui a été créée autour de la récupération de noms de domaine expirés, une pratique que l’on appelle le dropcatching. Pas grand-chose à voir avec la blockchain à première vue, mais Domraider est une des premières entreprises françaises à avoir mené une ICO sur le territoire national. L’entreprise compte créer un système de vente aux enchères autour des cryptomonnaies.

Aujourd’hui, il est facile de s’improviser expert en cryptomonnaies, mais il est difficile d’improviser dans le hardware de sécurité

Nous restons très sceptiques autour du nouveau produit d’Archos : aujourd’hui, il est facile de s’improviser expert en cryptomonnaies, mais il est difficile d’improviser dans le hardware de sécurité. Même Ledger, l’un des spécialistes du secteur n’est pas à l’abri d’une faille de sécurité.

À lire sur FrAndroid : Introduction aux crypto-monnaies : Bitcoin, Ethereum, DAO, ICO, smart contracts