François Hollande s’est déclaré favorable à l’élargissement de la redevance audiovisuelle aux appareils électroniques du quotidien. La question sera en tout cas étudiée dès l’examen du budget 2015.

android 2014-10-03 à 10.21.21

Le sujet semble, malgré les contradictions de certains membres du gouvernement, être de plus en plus d’actualité. Lors de la conférence de clôture du séminaire de l’audiovisuel, François Hollande a évoqué le problème de la redevance audiovisuelle. Le Président de la République s’est en effet déclaré favorable à « une assiette plus large et plus juste » pour cette redevance, expliquée par le fait qu’il est désormais possible – et même courant – de regarder les chaines du service public sur nos ordinateurs, nos tablettes et nos smartphones. Selon ce constat, nul besoin d’être en possession d’un téléviseur pour être redevable, et posséder un simple smartphone suffit. François Hollande va ainsi dans le même sens que les patrons du secteur.

Pourtant, comme nous l’évoquions il y a une dizaine de jours, le gouvernement, par la voix de Fleur Pellerin notamment, avait fait savoir qu’il n’y aurait pas de changement concernant la redevance cette année, le délai étant bien trop court. Mais avec cette déclaration, François Hollande fait doucement rentrer dans les esprits que la rentrée prochaine pourrait être la bonne. Il faudra alors attendre septembre 2015 pour savoir si la redevance audiovisuelle s’étend à nos objets électroniques du quotidien.

Si cette nouvelle fait grincer des dents, il faut savoir que l’élargissement de l’assiette de la redevance n’est pas une taxe supplémentaire, et qu’elle ne s’appliquerait qu’aux 3 à 5 % de foyers français qui déclarent ne pas posséder de télévision. Ils seraient alors taxés sur leurs autres moyens d’accès aux programmes. Pour payer la redevance, il faut également être soumis à la taxe d’habitation, et les personnes de plus de 75 ans et les handicapés sont exonérés.