Netflix vient de publier ses résultats financiers pour l’année 2014. Le service de streaming américain se montre satisfait de sa croissance à l’international et compte réaliser de bons résultats en France en 2015.

Netflix

Si Netflix ne publie toujours pas les chiffres exacts de nouveaux abonnés provenant des nouveaux marchés sur lesquels il s’est lancé, le service de streaming américain se montre toutefois satisfait de ses premiers résultats à l’international. La publication de ses résultats financiers pour l’année 2014 a été l’occasion pour Netflix de dévoiler la croissance de ses abonnés, que ce soit sur le territoire américain ou à l’international. Au global, en 2014, ce sont 13 millions de nouveaux abonnés qui ont rejoint le service de streaming, ce qui porte le nombre d’abonnés total à 57,4 millions. Dans le détail, environ deux tiers des abonnés à Netflix (39,11 millions d’abonnés) sont américains, et le tiers restant (18,28 millions d’abonnés) est à l’international. Et si Netflix réalise de belles marges aux États-Unis, de l’ordre de 28 % du CA environ, il perd beaucoup d’argent à l’international (79 millions de dollars de perte pour un chiffre d’affaires de 388 millions de dollars).

Netflix prévoit toutefois une année 2015 placée sous le signe de la croissance. Le nombre d’utilisateurs devrait encore augmenter dans l’année et compte encore s’installer sur de nouveaux marchés en 2015. Netflix indique ainsi qu’il compte se développer sur autant de marchés que possible durant les deux prochaines années et annonce viser le chiffre de 200 pays dans lequel son service sera disponible. Le marché chinois est également dans la ligne de mire de la société américaine. « Pour la Chine, nous sommes toujours en train d’explorer les options possibles — et toutes sont des options modestes ». Le but pour Netflix est d’abord de mettre un pied sur le territoire Chinois de façon à savoir comment exploiter et s’adapter à ce marché très particulier. Enfin, concernant la France, Netflix continue de croire que c’est un marché porteur. « Notre lancement au troisième trimestre de 2014 en France, en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg s’est bien passé et le contenu localisé est particulièrement populaire. Avec l’arrivée de nouveaux contenus additionnels en 2015, l’année s’annonce importante pour nous en France, en Allemagne et dans les autres pays où nous nous sommes récemment lancés ».

Le pirate, principal concurrent de Netflix

Netflix explique également que l’un de ses concurrents les plus importants en 2014 en Europe est surtout le piratage. La société américaine ne s’étend pas beaucoup sur le sujet, mais se contente simplement d’illustrer son propos en renvoyant le lecteur vers un graphique de Google Trends comparant l’intérêt que portent l’utilisateur à Netflix, HBO et le service de streaming pirate PopCorn Time aux Pays-Bas. Le résultat est éloquent, quoique forcément biaisé. Une recherche similaire avec CanalPlay et sur le territoire français montre par exemple un intérêt beaucoup moins fort pour PopCorn Time en France.

Capture d’écran 2015-01-21 à 11.03.15

La recherche de termes Netflix, HBO et Popcorn Time aux Pays Bas

Capture d’écran 2015-01-21 à 11.03.26

La même recherche en remplaçant HBO par CanalPlay et en situant la recherche en France.

Dernier point, Netflix a profité de l’annonce de ses résultats pour dévoiler une partie des nouveaux films, séries et documentaires qui arriveront sur son service de vidéo à la demande en 2015. La liste complète, consultable à cette adresse, permet de savoir ce qu’il faut attendre pour l’année à venir. On apprend ainsi que les Américains et les Canadiens pourront voir The Interview sur Netflix dès la fin du mois, que Marseille, la série française produite par Netflix, est toujours prévue pour le courant de l’année et que la saison 3 de House of Cards ne sera pas disponible en France ni en Allemagne (Canal+ ayant acheté les droits de la série en France). Dans les bonnes nouvelles, il faut toutefois noter que la saison 3 de Orange is the new Black sera bien disponible en France dans le courant de l’année, tout comme la saison de Knights of Sidonia, un excellent et trop méconnu anime japonais exclusif à Netflix.