Dans une de ses usines, Foxconn viendrait de se séparer de 60 000 salariés, soit plus de la moitié de l’effectif. On pourrait penser à une forte baisse d’activité, mais il n’en est rien, puisque les humains ont en fait été remplacés par des robots dotés d’une intelligence artificielle.

Les conditions de travail des ouvriers de Foxconn sont souvent épinglées, pour le nombre d’heures de travail réalisées par ses employés, qui dorment souvent dans des locaux – et des dortoirs – généralement exigus, avec peu de place laissée aux activités personnelles. Foxconn, qui est l’un des principaux fournisseurs d’Apple et Samsung – s’active donc depuis quelques années à améliorer les conditions de travail de ses employés et tente de respecter le droit du travail local.

La conséquence est logique : une hausse du coût du travail et donc une réduction des bénéfices. Le sous-traitant chinois, qui emploie plus d’un million de salariés à travers le monde – mais majoritairement en Chine -, serait toutefois parvenu à trouver la solution pour abaisser ses charges.

 

Remplacer les salariés par des robots

La solution est simple, sur le papier : remercier 60 000 salariés, et les remplacer par quelques milliers de robots dotés d’une intelligence artificielle. Ainsi, l’une des usines chinoises de Foxconn qui comprenait 110 000 ouvriers n’en compte plus que 50 000.

Six cents entreprises du district de Kunshan compteraient passer elles aussi aux robots pour remplacer la main d’œuvre humaine, jugée trop coûteuse. Foxconn aurait en effet du mal dans ce district, avec une demande en chute libre au niveau des PC, puisque l’usine a fabriqué seulement 51 millions d’unités l’année dernière contre 120 millions au plus haut de son activité. Les smartphones représentent quant à eux un volume de 20 millions d’unités.

 

Licenciement ou formation ?

L’histoire ne dit pas si les 60 000 humains seront licenciés (directement par les robots ?) ou s’ils seront affectés à d’autres usines ou à d’autres tâches. Foxconn a précisé à la BBC que les robots étaient utilisés pour effectuer des tâches répétitives et que des formations permettraient aux employés de réaliser des tâches plus intéressantes, comme le contrôle qualité, voire la recherche et développement.

Selon Deloitte, 35 % des postes dans le monde pourraient être remplacé par des robots d’ici 20 ans. D’après l’ancien patron de McDonald, un employé payé 15 dollars de l’heure serait plus coûteux qu’un bras robotisé à 35 000 dollars. Pour information, le salaire minimum aux États-Unis est de 7,25 dollars par heure, mais atteint 15 dollars dans certains États. Les robots ne sont donc pas encore prêts à tous nous remplacer, mais les entreprises, elles, y réfléchissent sérieusement.

À lire sur FrAndroid : Sharp va bel et bien passer aux mains de Foxconn