Google s’est enfin décidé à dévoiler le Nexus 6 hier. Et il n’aura pas fallu longtemps avant d’entendre des milliers d’impatients crier à la trahison. En apparence, il y a effectivement de quoi râler. Bien loin de la très raisonnable diagonale de 5 pouces du Nexus 5 et surtout bien plus cher que son aîné, le Nexus 6 semble être un téléphone hors-norme, très éloigné de ce à quoi Google nous avait habitués par le passé. Mais Google nous doit-il réellement quelque chose avec ses téléphones Nexus ? Et le Nexus 6 est-il finalement un si mauvais représentant de la gamme Nexus que cela ?

nexus 6 4

Un téléphone hors-norme

Revenons un instant sur le cas du Nexus 6. Présenté hier par Google, le Nexus 6 est un smartphone construit par Motorola – qui a sorti ces derniers mois d’excellents téléphones – aux caractéristiques impressionnantes. Un peu trop même. C’est un smartphone doté d’un écran de 6 pouces, une taille que l’on considère comme bien trop grande pour une main « normale ». Cet écran fait partie des rares affichages de 2014 à proposer une définition QHD (soit 1440 × 2560 pixels) pour une résolution de 496 ppi. Sur le papier, c’est l’un des écrans les plus précis que l’on ait pu voir cette année.

nexus 6 1

Ensuite, l’intérieur du téléphone est constitué uniquement de composants haut de gamme. Il possède le processeur le plus puissant de 2014 (un Snapdragon 805), 3 Go de RAM, un appareil photo de 13 mégapixels avec un stabilisateur optique (seule une poignée de téléphones haut de gamme le propose) et une grosse batterie de 3220 mAh. Enfin, Nexus oblige, le Nexus 6 sera un appareil privilégié pour les mises à jour d’Android. Non seulement ce sera l’un des premiers appareils à disposer d’Android 5.0 (Lollipop) mais en plus il sera longtemps et rapidement mis à jour vers les nouvelles versions d’Android. Reste un détail, et de taille, son prix devrait avoisiner les 600 euros au mieux, voire les 700 euros si Google considère que 1 dollar = 1 euro. On est très loin de ce que proposait le Nexus 5, vendu 350 euros lors de sa sortie.

Nexus : « Google m’a tuer ? »

Et c’est bien cette comparaison avec le précédent Nexus qui chagrine nombre d’Androphiles. Si l’on en croit les nombreuses réactions lues sous les articles, Google aurait rompu le contrat tacite qui l’unissait aux consommateurs. Ce contrat, si l’on en croit ces commentateurs, laissait entendre que, par l’intermédiaire de la gamme Nexus, Google sortirait année après année des téléphones dotés de composants haut de gamme ou, tout du moins, de très bons composants, à un prix abordable au plus grand nombre. Après tout, n’était-ce pas ce que Google faisait depuis le Nexus 4 ? La réalité, hélas, est bien différente.

Google Nexus

Vendu 350 euros, le Nexus 5 séduit par son prix, mais a aussi de nombreux défauts.

D’abord parce qu’il faut bien préciser que Google n’a jamais passé explicitement ou implicitement de contrat ou d’accord avec les (potentiels) acheteurs de produits Nexus. Rappelons-le, les appareils Nexus sont construits par des fabricants de smartphones externes (HTC, Samsung, LG et maintenant Motorola) mais conçus ou, tout du moins, étroitement surveillés par Google, qui tient le cahier des charges. Et à ce titre, les appareils Nexus doivent être des exemples de design et de suivi logiciel pour tous les autres fabricants de smartphones. Le but du Nexus n’est pas tant de plaire au consommateur pour son prix que de le convaincre des multiples et nouvelles fonctionnalités d’Android qui est livré sur les téléphones Nexus dans sa version pure, ou stock. Mais au fait, le Nexus 6 respecte-t-il bien ces exigences ?

nexus 6 1

Le Nexus 6 sera là avant tout pour faire la promotion d’Android Lollipop. Et non pour être un succès commercial.

Du point de vue de l’ergonomie et du design, il y aurait beaucoup de choses à redire. D’accord, nous n’avons pas pu encore pu prendre le téléphone en main, mais le simple fait d’avoir choisi une diagonale de 6 pouces s’avère déjà un défaut rédhibitoire pour une grande partie des amateurs de téléphones. On critique déjà beaucoup les téléphones de 5,5 pouces pour leur taille gigantesque et les quelques smartphones de 6 pouces que nous avons déjà testés se sont révélés au mieux pénible, au pire impossible à utiliser sans un kit mains libres pour un usage de téléphonie. Est-ce cela, le modèle de smartphone Android que les autres constructeurs doivent suivre ? J’espère réellement que non et surtout que les smartphones de 6 pouces ne deviennent pas la norme en 2015.

Le Nexus 6 est un très bon rapport qualité-prix

Et puis il y a le problème du prix. Pourquoi Google commercialise-t-il un téléphone haut de gamme à 649 euro-dollars alors que le marché est déjà occupé par une dizaine de téléphones de ce créneau ? La réponse n’est pas évidente, mais elle tient peut-être au fait qu’avec l’arrivée massive des constructeurs chinois en Europe et aux États-Unis il est de plus en plus simple de trouver des smartphones très corrects en termes de performances à des prix de plus en plus doux. Google a-t-il réellement un intérêt à s’immiscer dans un marché actuellement âprement disputé ? Il semble que non.

nexus 6 3

Pour 649 euro-dollars, Google a plutôt fait le choix de proposer un téléphone haut de gamme au rapport qualité-prix non pas excellent, mais tout simplement bon. Il est nécessaire de le rappeler, un Galaxy Note 4 aux performances et aux composants pratiquement semblables coûte aujourd’hui 750 euros dans sa version de base. L’iPhone 6 Plus, lui, est plus proche du millier d’euros avec une mémoire de 64 Go. Pour 650 euros, le Nexus 6 est tout simplement le téléphone le plus puissant de cette fin d’année 2014 mais aussi le moins cher de sa catégorie. N’oublions pas que si le Nexus 5 était proposé à un prix très intéressant, c’était en dépit de son autonomie catastrophique et d’un appareil photo très moyen. Le Nexus 6 se veut être un smartphone sans faille, capable d’exploiter la nouvelle version d’Android sans souffrir de limitations hardware. Motorola a de ce point de vue mis une grosse batterie dans le Nexus 6 ainsi qu’un capteur photo Sony réputé (un IMX 214 déjà rencontré sur le OnePlus One, le Xiaomi Mi4 ou encore le LG G3).

Hangouts remplacé par Messenger

Enfin, il ne faut pas oublier que le Nexus 5 ne va pas disparaître des rayons du Play Store, permettant à Google d’avoir une gamme complète d’appareils Nexus en vente : un « petit » smartphone (le Nexus 5), une phablette (le Nexus 6) et une tablette (la Nexus 9). Sur le papier, le consommateur a désormais le choix entre trois tailles d’appareils. Dans les faits, on regrette vraiment que Google n’ait pas proposé un Nexus 5 en édition 2014 avec un processeur mis à jour, toujours quelques défauts pénibles mais un prix plus abordable pour la majorité du grand public.

Google ne veut pas se mettre à dos des constructeurs déjà soumis à une rude concurrence

Google a-t-il donc trahi l’esprit Nexus ? Indéniablement non. Google a succombé à la mode des téléphones géants aux performances et aux dimensions ébouriffantes, et vise certainement à montrer qu’il est possible, dans un format phablette, de proposer un téléphone digne de ce nom. Plus prosaïquement, si Google fait aussi un téléphone aussi grand, c’est pour éviter d’empiéter sur les platebandes de ses partenaires de toujours, à savoir Samsung (dont les derniers résultats sont en baisse), Sony, Motorola, LG, ou tout autre constructeur qui a sorti un téléphone haut de gamme de plus de 5 pouces cette année. Si on pousse le raisonnement un peu plus loin, on peut penser que si le Nexus 6 est aussi cher c’est aussi pour éviter de concurrencer les principaux constructeurs de smartphones. Désormais le consommateur n’aura plus le choix entre un smartphone à 650 euros haut de gamme ou le Nexus 5, mais tout simplement un téléphone haut de gamme de plus parmi ce que proposent déjà les constructeurs. Pression ? Diplomatie ? Dans tous les cas, Google a intérêt à encourager ses constructeurs partenaires qui lui rapportent bien plus que ses téléphones.

Le Nexus est finalement un excellent miroir de ce qu’a proposé et ce que va proposer l’industrie du smartphone cette année et l’année prochaine : des téléphones toujours plus grands, toujours plus puissants et dépassant systématiquement des limites qu’on pensait infranchissables. Avant de revenir à quelque chose de plus raisonnable ? Je suis certain qu’en 2015 Google proposera à nouveau un téléphone de 5 pouces, beaucoup plus raisonnable et surtout bien plus adapté à nos « petites » mains. Mark my words.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid