Le Google Nexus S émettrait deux fois moins de rayonnements que son prédecesseur. Le test peut être effectué avec l’application tawkon.

Aujourd’hui, lorsqu’on achète un téléphone, les critères sont variés d’une personne à l’autre : spécifications, applications, design, finition…. Mais vous trouverez rarement les émissions de radiofréquences comme une priorité. Il suffit très simplement de Googler la réponse, pour que les premiers résultats affichés datent de 2008 ! Pour autant cela devrait être une préoccupation majeure, car un téléphone reste dans sa poche ou émet un appel proche du cerveau. Pour mesurer le taux d’énergie absorbé par le corps, lorsqu’il est exposé à des fréquences radios, on utilise le SAR (Specific Arbsorption Rate), ou DAS en français, comme indicateur. La valeur indiquée est toujours dans le pire des cas, lorsque le téléphone émet à pleine puissance. Les normes actuelles en France fixent la limite à 2 Watt/kg sur 10g de tissu humain au niveau du tronc et de la tête. Généralement, on trouve des valeurs entre 0,4 et 1Watt/kg sur 10g.

Les risques semblent élevés pour la santé, mais les chercheurs se contredisent entre eux. La raison principale est que les téléphones n’ont connu un boom qu’à partir des années 2000. Or l’apparition de cancers et autres maladies, ne peuvent être certifiées qu’après 20 à 30 ans. Pour autant des effets à court terme sont déjà apparus : effets négatifs sur le sperme (et oui !!!), insomnies, maux de tête et dépressions et augmenterait les chances de pertes de mémoire. Il faut relativiser toutes ces mauvaises nouvelles en indiquant l’effet psychologique de tels dispositifs. Récemment, j’avais entendu parler que des gens se plaignaient de maux de tête suite à l’installation d’une antenne relais proche. Le seul hic était qu’elle n’était pas encore en marche. Quoi qu’il en soit, agir avec prudence est donc une bonne initiative à prendre.

Le DAS du Google Nexus One est de 0,87 pour la tête et 1,39 Watt/kg pour le corps. Son petit frère, le Nexus S, fait beaucoup mieux avec seulement 0,58 pour la tête et 0,9Watt/kg sur le corps. Les améliorations matérielles ne se sont pas uniquement focalisées sur les performances brutes, mais aussi sur la santé des usagers. Le même type de phénomène se produit chez les constructeurs, mais pourrait être plus fort si les consommateurs privilégiaient cette donnée.

Il y a quelques mois, nous vous parlions d’une application qui pouvait estimer le niveau de rayonnement : tawkon. Elle n’était alors disponible que pour la gamme des Samsung Galaxy S (et variantes). Bien que gratuite, des publicités étaient affichées. Une version BlackBerry existe également, mais est payante. Quant à l’OS fabriqué par une pomme, l’application n’a pas pu pointer son nez sur la fameuse boutique. Aujourd’hui, nous apprenons la sortie d’une nouvelle version qui supporte en plus le Nexus S. Les deux téléphones étant proches, cela pourrait expliquait sa compatibilité. L’éditeur de l’application fait par ailleurs une « offre » en lançant une édition limitée qui allie à la fois gratuité et non présence de publicités. Si vous avez donc ce téléphone, n’hésitez pas à la télécharger.

Si toutefois vous ne vous rappeliez pas du fonctionnement de twakon, elle peut :

  • Lors d’un appel, afficher en temps réel des alertes et des suggestions pour faire baisser le taux
  • Après l’appel, des statistiques (sous forme de graphiques) pour voir la radiation cumulée que votre corps a absorbé
  • Afficher une carte mondiale de radiations qui se génère automatiquement via l’envoi de requêtes depuis l’application. Au plus l’émetteur est loin d’un émetteur, au plus la puissance dégagée sera forte et créera alors des zones rouges

Bien que l’application puisse sembler être un gadget, elle permet aussi de responsabiliser les personnes devant leurs actes.

tawkon Nexus S Limited Edition
tawkon Nexus S Limited Edition

Concernant les autres téléphones, une page de téléchargement est proposée. Mais attention, « téléchargement » n’est pas le bon mot à employer, car seuls les deux smartphones précédemment cités sont compatibles. Pour le reste, vous recevrez un mail dès que l’application sera disponible. La liste est tout de même imposante, car on retrouve des modèles HTC, LG, Motorola et Sony Ericsson.

Pour conclure cet article, cette citation est à réfléchir :

« La différence entre les téléphones et le tabac, est que les téléphones jouent un rôle positif dans notre société ».

Avant que vous ne criez au scandale d’un article commandé (ce qui n’est pas le cas), FrAndroid est aussi là pour vous faire penser à vos modes de consommation… surtout un dimanche !