Google a racheté Motorola Mobility pour ses brevets mais n’intervient pas sur l’activité « matérielle ». Huawei pourrait justement être intéressé pour récupérer cette branche.

Face à la multiplication des procès, Google se devait de réagir et de protéger Android. Après plusieurs solutions ayant abouti à un échec, le géant de Mountain View a finalement racheté Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars à la mi-août 2011. La volonté de Google n’a jamais été de produire des terminaux mobiles, mais plutôt de récupérer la portefeuille de brevets de Motorola, qui en contient plus de 17 000.

Le rachat a été accepté dans la plupart des pays, mais n’a pas encore été officialisé en Chine. Selon le sérieux Wall Street Journal, Huawei pourrait récupérer cette division mobile (ou matérielle) et laisser à Google uniquement le portefeuille de brevets. La raison serait simple : le géant de la recherche ne saurait tout simplement pas quoi faire de cette division, qui lui plombe par ailleurs ses finances, car Motorola n’est pas au plus fort de sa forme.

Depuis l’annonce du rachat de Motorola par Google, de nombreuses voix se sont élevées car le rapprochement entre les deux entreprises pourrait amener le père d’Android à privilégier Motorola, plutôt que d’autres constructeurs (HTC, Samsung, LG…). Google a toujours défendu sa position de neutralité dans le domaine et par exemple le dernier Nexus a été fabriqué par Samsung. De plus Motorola continue bec et ongle à vouloir intégrer sa couche MotoBlur (ou MotoSwitch selon les terminaux), là où Google préfèrerait voir Android de base.

Racheter Motorola permettrait à Huawei de s’imposer encore plus sur les marchés nord-américains et européens, là où il est encore vu comme un constructeur d’entrée de gamme et relativement peu connu du grand public.

On pourrait alors imaginer plusieurs scénarios : la fusion des deux marques en une seule pour avoir une image forte ou laisser les deux entités vivre séparément mais assister à des partenariats. Par exemple des terminaux Motorola pourraient utiliser le processeur de Huawei.

Selon des sources asiatiques (espérons qu’elles ne viennent pas tout droit de Digitimes….), Google aura déjà envoyé une offre à Huawei avec un prix relativement élevé. Nous en saurons plus prochainement…