Meizu présente aujourd’hui son nouveau terminal « Blue Charm », un M3 situé en entrée de gamme. Un smartphone qui améliore légèrement les caractéristiques de son prédécesseur, le M2, tout en conservant son petit prix.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.03.17

Plus une semaine ne passe sans que Meizu, semble-t-il résolu à renouveler l’ensemble de ses gammes de smartphones, n’annonce un nouveau modèle. Le dernier en date était prévu pour ce 25 avril, et bénéficiait d’une mise en scène l’accompagnant d’une console Game Boy. On s’attendait donc à un appareil au look très plastique, mais aussi très ludique.

Ce M3 ressemble surtout à s’y méprendre à un Meizu M2, à ceci près qu’il en conserve peu ou prou le petit prix en améliorant ses caractéristiques. Le smartphone, toujours décliné en couleurs (bleu, rose, blanc, mais aussi gris et doré), conserve un écran IPS HD de 5 pouces, dans un format compact, et avec une vitre 2,5D permettant d’améliorer le confort de prise en main. Il arbore, comme le M2, un bouton situé sous son écran, mais Meizu ne fait aucune mention d’un capteur d’empreintes qui serait venu s’y cacher.

meizu-m3-2

Au rayon des améliorations, Meizu a opté pour un SoC MediaTek MT6750 (MT6735 chez son prédécesseur) associé à 2 ou 3 Go de RAM selon les versions, et à 16 ou 32 Go de stockage. Si le M3 est compatible avec deux cartes SIM, sa deuxième carte SIM peut être remplacée par une carte mémoire jusqu’à 128 Go.

Une sortie réservée à la Chine ?

Côté photographie, on retrouve un capteur de 13 mégapixels au dos, avec un autofocus à détection de phase et un flash à deux tons, tandis qu’un appareil photo de 5 mégapixels est présent en façade. C’est sensiblement ce que présentait en son temps le M2, tandis que le M3 gagne un peu de batterie, avec une capacité de 2870 mAh au lieu de 2500 mAh. Dernier bon point, le Meizu M3 coûtera 599 yuans en version 2 Go (82 euros) et 799 yuans en version 3 Go (110 euros, sans les taxes et frais d’import). À son annonce, le M2 était étiqueté à 699 yuans pour son unique version.

En revanche, il est question d’une intégration logicielle de YunOS, l’OS développé par Alibaba, ce qui pointe vers une commercialisation principalement destinée à la Chine. On peut toutefois espérer qu’une mouture FlymeOS de ce M3 et destinée aux marchés occidentaux soit développée par la suite.