Pour faire la démonstration de son nouveau système d’exploitation Windows 10 S, Microsoft a présenté le Surface Laptop, un ordinateur portable haut de gamme. Ce nouvel appareil a généré beaucoup de débats sur internet, et beaucoup questionnent certains choix de Microsoft et l’utilisation de Windows 10 S. On ne peut s’empêcher de penser qu’il y a des points qui clochent avec le Microsoft Surface Laptop.

 

Une connectique trop limitée

Commençons par l’une des premières remarques émises par les journalistes à la présentation du Surface Laptop et par les fans de la marque, la connectique du Surface Laptop est plutôt pauvre. Le Surface Laptop propose en effet une connectique plus limitée que la Surface Pro, qui est pourtant une tablette plus compacte.

Le Surface Laptop propose un port USB 3.1 classique (Type-A), un port DisplayPort, un port jack et le port Surface Connect pour l’alimentation et la connexion au dock de Microsoft. La firme a choisi de ne pas remplacer son connecteur propriétaire par de l’USB Type-C, comme l’a pourtant fait Apple sur son MacBook Pro.

Le plus problématique est peut-être l’absence de toute extension de stockage. Le Surface Laptop n’intègre en effet pas de lecteur de carte SD ou microSD, c’est pourtant le cas de tous les autres produits Surface. Il faudra donc compter exclusivement sur le stockage interne de la machine.

Un prototype de Surface Laptop offrant des ports USB Type-C

Un stockage encore trop cher

Or ce stockage est très léger dans les configurations les moins chères du produit. Là où nos smartphones haut de gamme intègrent de plus en plus souvent 64 ou 128 Go de stockage, avec souvent la possibilité d’insérer une carte mémoire, le Surface Laptop de base intègre 128 Go de stockage flash, sans lecteur de carte.

Microsoft fait de plus payer très cher les extensions de stockage et il faudra débourser 2 499 euros pour la version équipée de 512 Go de stockage.

Le SSD PCIe de la tablette Surface Pro 4

Un prix élevé qui met en question le concurrent ciblé

Le point qui fâche le plus concernant l’ordinateur portable de Microsoft est sans aucun doute son prix de vente. Revenons à la conférence : la firme a commencé par annoncer Windows 10 S, une version bridée du système qui doit reprendre le marché de l’éducation à Chrome OS, et a annoncé que les premières machines sous Windows 10 S arriveraient cet été à partir de 189 dollars.

Panos Panay, directeur de la division Surface, est ensuite monté sur scène pour annoncer le Surface Laptop, le premier PC portable sous Windows 10 S. Au vu des caractéristiques de la machine, il s’agit résolument d’un produit haut de gamme. Finalement, le Surface Laptop est annoncé avec un prix débutant à 999 dollars HT aux États-Unis, ou 1 149 euros TTC en France.

De 1 149 à 2 499 euros, le Surface Laptop est vendu très cher en France

Cette différence de prix entre les premiers ordinateurs qui seront vendus à 189 dollars et une machine qui débute à 1 1149 euros a probablement beaucoup choqué.

Tout au long de la présentation, Microsoft a comparé sa machine au MacBook d’Apple et au MacBook Pro plus précisément. La firme a été très claire, avec ce produit elle veut séduire les étudiants au niveau supérieur, et non les élèves d’école primaire qui est pourtant la cible de Windows 10 S.

C’est là où l’incohérence devient frappante, de l’avis de beaucoup, le Surface Laptop devrait tourner sous Windows 10 Pro. Cela semble d’ailleurs être un avis partagé par Microsoft qui offre gratuitement le passage de Windows 10 S à Windows 10 Pro jusqu’à la fin de l’année 2017.

 

L’intégration de Windows 10 S : une erreur de Microsoft ?

Finalement on arrive au point le plus discuté depuis la présentation du Surface Laptop, le choix de Microsoft d’intégrer Windows 10 S, une version bridée du système, dans un appareil vendu aussi cher.

Si on prend en compte que Microsoft souhaite concurrencer Chrome OS avec Windows 10 S, alors on peut placer le Surface Laptop comme un concurrent direct du Chromebook Pixel, l’ordinateur fabriqué par Google et commercialisé à 999 dollars, qui servait lui aussi de vitrine.

L’intégration de Windows 10 S dans un produit aussi cher semble incompréhensible

Pourtant, si Microsoft souhaitait concurrencer le Chromebook Pixel, il semble étrange que la firme ait choisi de se comparer à Apple, de communiquer autour du marché des étudiants, et surtout, de lancer le Surface Laptop à une aussi grande échelle. Google assumait que le Chromebook Pixel soit un produit vitrine et ne l’a jamais distribué à grande échelle.

Pour Microsoft, l’avenir est sans doute dans Windows 10 S, un système contrôlé où l’éditeur à la main mise sur la distribution des logiciels et peut demander jusqu’à 30% de leurs revenus aux éditeurs. C’est aussi un système où les utilisateurs auront certainement plus de satisfaction, car moins vulnérable au ralentissement du système et aux malwares.

Finalement, choisir d’installer Windows 10 S sur le Surface Laptop par défaut, c’est peut-être faire accepter le système sur les prochaines générations de machines comme quelque chose de naturel. On s’en souvient peu, mais Apple avait choqué son audience en intégrant iOS au premier iPad au lieu d’OS X, aujourd’hui plus personne n’est choqué.

 

Où est mon Surface Laptop burgundy Microsoft ?

Lors de la présentation du Surface Laptop, Microsoft a insisté sur le design, plutôt réussi, de la machine, et en particulier sur les coloris que la firme proposera.

Le Surface Laptop aura le droit à 4 coloris

Le Surface Laptop sera proposé en Platine, le coloris gris habituel des produits Surface, mais aussi en bleu Cobalt, en rouge Burgundy et en or Graphite. Malheureusement, en France il faudra se contenter du modèle Platine puisque les trois autres coloris seront proposés exclusivement aux États-Unis, et uniquement pour le modèle avec 256 Go de stockage et 8 Go de RAM.

On se demande pourquoi Microsoft a autant communiqué sur les couleurs de son ordinateur, s’il ne va les proposer qu’aux États-Unis et que sur une seule configuration.

 

Est-on toujours intéressé par le Surface Laptop ?

Après ces quelques reproches aussi bien sur le produit lui-même que sur la façon dont Microsoft gère sa communication, est-on toujours intéressé par le Surface Laptop ?

La réponse est sans aucun doute oui, en attendant les tests de la presse. Les journalistes qui ont eu la chance de prendre le produit en main confirment tous, à l’unanimité, qu’il s’agit d’un très bel appareil à la conception surement très travaillé.

Excepté la quantité de stockage ou la connectique, le Surface Laptop intègre tous de même une fiche technique de premier ordre. Microsoft promet que sa machine peut atteindre 14 heures en lecture vidéo sur Wi-Fi. Si cela se vérifie, il pourrait s’agir en effet d’une machine parfaite pour les étudiants, surtout si l’autonomie se maintient après le passage à Windows 10 Pro.