Le Moto X fait le buzz en Amérique du Nord, et désormais beaucoup moins en Europe où il a été confirmé que le smartphone ne serait jamais commercialisé. Et là bas, il place la barre bien haut : Motorola souhaite en sortir 100 000 exemplaires de son usine texane chaque semaine.

Motorola

Ceux qui souhaitent se rendre compte des conditions de fabrication du Moto X peuvent s’offrir une petite visite dans l’usine de Motorola, située au Texas, et où sont assemblés les smartphones personnalisables, puisque Google Maps inclut désormais l’intérieur des chaînes de production dans sa fonction Street View (à voir ici).

Et les petites mains de Google-Motorola doivent s’activer sérieusement si elles veulent suivre la cadence réclamée par Motorola, dans son usine capable de produire des dizaines de millions de produits : la firme américaine indique en effet que son usine fournit actuellement 100 000 Moto X par semaine, soit une capacité totale dépassant les 5 millions de livraisons pour un an. Nous sommes en effet loin des scores d’un Samsung qui, pour comparaison, dépasse généralement la dizaine de millions de livraisons pour ses flagships dès les premiers mois de leur commercialisation, mais un score honorable pour un smartphone plutôt cher vu son positionnement technique, et qui mise essentiellement sur un écoulement des stocks via les opérateurs américains. A la décharge de Motorola, rappelons toutefois que le Moto X n’est disponible qu’au pays de l’oncle Sam, ce qui réduit considérablement ses perspectives de vente.

« Quand vous souhaitez augmenter la capacité de production d’une usine, vous avez besoin d’un plan, et nous avons des objectifs de livraisons que nous avons besoin de définir avec nos partenaires opérateurs. Nous avons besoin aujourd’hui d’atteindre 100 000 unités, et ce que nous faisons« , a ainsi déclaré Dennis Woodside, le CEO de Motorola Mobility.

Il ne reste plus désormais qu’à confirmer quelle proportion de smartphones sortant de l’usine Motorola rentre dans la catégorie des terminaux personnalisés commandés directement depuis le site Internet du constructeur, et combien d’appareils sont simplement commandés dans leur version standard via les opérateurs.