Lors de la présentation de ses résultats financiers, Qualcomm est revenu sur les rumeurs concernant le Snapdragon 810. La société a confirmé qu’elle avait perdu un client majeur, l’obligeant à revoir à la baisse ses perspectives financières. Il se pourrait bien que le client en question ne soit autre que Samsung.

LG G Flex 2 Qualcomm

Le Snapdragon 810 au sein du LG G FLex 2

La saga du Snapdragon 810 n’en finit plus. Après les rumeurs des médias asiatiques, au tour de Qualcomm de prendre la parole. La société a confirmé les informations qu’on avait pu voir passer sur Internet ses derniers jours : un client majeur a annulé ses commandes de Snapdragon 810. Et justement, il y a quelques jours, nous relayions une information selon laquelle Samsung ne voulait plus de Snapdragon 810 pour son Galaxy S6. En cause : les problèmes de chauffe rencontrés avec le dernier SoC de Qualcomm.

Qualcomm n’a pas précisé de quel client il s’agissait, mais il y a donc de fortes chances pour que Samsung soit en cause. Le spécialiste des puces mobiles a profité de la conférence avec les analystes pour aborder le sujet de la chauffe du Snapdragon 810. Selon la société, ce problème serait limité à un seul constructeur. Encore une fois, on ne peut s’empêcher de penser à Samsung. Dans tous les cas, c’est un coup dur pour Qualcomm qui a vu son action dévisser de plus de 8 % suite à l’annonce de ses résultats financiers. Pourtant, les résultats sont plutôt bons avec des bénéfices de 2 milliards de dollars sur le premier trimestre fiscal 2015 contre 1,91 milliard de dollars il y a un an à la même période. L’entreprise a toutefois revu ses objectifs annuels à la baisse avec un bénéfice par action compris entre 4,75 et 5,05 dollars contre 5,05 à 5,35 dollars auparavant.

Qualcomm ne préparerait donc pas de Snapdragon 810 modifié pour Samsung contrairement à ce que les rumeurs laissaient entendre. Il faut donc s’attendre à un Galaxy S6 équipé de l’Exynos 7420 maison, que ce soit dans sa version asiatique, mais aussi européenne et nord-américaine. Une première pour le géant coréen qui était habitué à se fournir chez Qualcomm pour les versions européenne et nord-américaine de ses flagships.