Malgré l’accueil mitigé de la critique, la Nintendo Switch affiche dans certaines zones des ruptures de stock ce qui prouve que le public a sans nul doute été plus réceptif à la présentation de la machine. Car malgré des zones d’ombres et un prix contesté, la console hybride offre de belles promesses pour chacun d’entre nous. Car que nous soyons joueur de longue date ou plus occasionnel, Nintendo semble pouvoir répondre à toutes les demandes et les usages, réconcilier à la fois les mordus de Nintendo, les autres joueurs et les non joueurs.

La Switch cartonne

ll n’y a pas que les journalistes ou professionnels qui ont eu l’occasion d’essayer la Switch. Rien qu’en France, le Grand Palais accueillait le dimanche 15 janvier de très nombreuses personnes étrangères au milieu de la presse ou de l’industrie vidéoludique. Une partie du grand public a donc pu se faire une idée de la bête. Et d’après le nombre de précommandes, le public semble plutôt conquis.

Aux États-Unis, les joueurs se sont emballés puisqu’en quelques jours seulement les principaux sites de distribution ont affiché une rupture de stock. Un engouement un peu moins marqué en France, même si le nombre de précommandes reste honorable et dans le top des ventes dans sa catégorie sur Amazon. Nous prévoyons d’ailleurs un stock de 100 000 unités dans l’Hexagone.

L’échec de la Wii U : un mal pour un bien ?

Il est sûr qu’un jeu aussi attendu que The Legend of Zelda pourrait pour un grand nombre des joueurs justifier l’achat d’une console. En France, le collector de Breath of the Wild sur Switch est par ailleurs déjà en rupture de stock. Mais le titre sortira également sur Wii U et les autres jeux annoncés sur la Switch seront, soit commercialisés bien plus tard comme Super Mario Odyssey, soit il s’agit de portages améliorés comme Mario Kart, on espère d’ailleurs un Super Smash Bros. d’ici peu. Mais il ne faudrait pas oublier que si certains de ces jeux sont à l’origine également sur la Wii U, les possesseurs de Wii U sont, eux, très peu nombreux.

D’après l’indicateur VGChartz, la console de salon actuelle de Nintendo ne s’est vendue qu’à 13,6 millions d’unités, bien loin derrière les 49 millions de la PlayStation 4 et dans une moindre mesure, des 25,5 millions de la Xbox One. Il faut dire que la communication entourant la bête a été pour le moins désastreuse. La présentation du concept a été très confuse et le nom choisi ainsi que l’apparence de la machine y sont aussi sans doute pour quelque chose. Une partie du grand public a d’ailleurs pensé que la mablette était un accessoire pour la Nintendo Wii. Avec un lancement qui ne décolle pas, une ludothèque moins attrayante, peu soutenue par les éditeurs tiers et une tablette de qualité moyenne, la Wii U a vite été oubliée par le public, les éditeurs et Nintendo.

Si le concept de la Switch peut emballer un public plus large et casu qui n’aurait pas forcément acquis la Wii U, alors oui des rééditions ou remake trouveront leur public, de même que les portages de jeux d’éditeurs tiers sortis il y a plusieurs années comme Elder Scroll: Skyrim pourront satisfaire les fans les plus hardcore de Nintendo, un pionnier du jeu vidéo qui peut se vanter d’avoir une grande communauté et de nombreux fidèles.

La Switch, cette Wii U réussie ?

La Nintendo Switch a fait grincer des dents notamment à cause du prix affiché avec en échange encore peu de garanties. Mais la console, même si elle nous apparaît pour le moment imparfaite, comporte des qualités. Rapidement, nous avons cette impression que c’est à ça qu’aurait dû ressembler la Wii U, en tout cas pour la partie tablette. Une fois celle-ci prise en main, nous nous rendons compte qu’il s’agit d’un bel objet, absolument pas cheap, mais d’une tablette de très bonne qualité. Ce n’est pas un jouet, contrairement à la Wii U qui avait alors pour le coup un effet très plastique. La Switch compose avec des matériaux plus nobles, comme toute tablette qui se respecte.

Elle est aussi agréable à prendre en main, qu’il s’agisse de la taille de son écran, de la qualité de celui-ci, ou de son rendu ainsi que l’espacement entre les deux Joy-con. Bref, un point qualité qui rassure énormément.

Une machine unique

Le prix tant reproché n’aurait pas empêché les joueurs de passer à la caisse. Si Nintendo la vend comme une console de salon qui bénéficie de fonctionnalités portables, alors elle n’est pas si onéreuse que cela pour une console de sa génération, l’inflation prise en compte. Dans les faits pourtant, sa fiche technique et ses usages la place clairement plus comme une console portable qui stream sur un plus grand écran avec cependant une autonomie peu importante.

Mais sur le marché, elle n’en reste pas moins une machine hybride, unique, et donc, sans réellement de référentiel… Difficile donc aujourd’hui de comparer ou d’avoir suffisamment de recul pour condamner fermement son prix. En tout cas, cela n’aura pas arrêté les joueurs de précommander massivement la Nintendo Switch.

Du lourd à venir ?

Toucher un grand public comme au temps de la Wii, oui. Mais Nintendo espère aussi garder celui-ci avec une ludothèque bien fournie du début jusqu’à la fin de vie de la machine. Même si son line-up reste encore timide avec quelques petits jeux multi, cette année nous aurons tout de même le droit à de grands titres attendus : The Legend of Zelda à la sortie de la machine, un Mario Kart LE rendez-vous habituel, Splatoon 2 avec ENFIN un vrai mode multijoueur en local, un Mario 3D plutôt ambitieux avec Super Mario Odyssey et sa casquette à lunette qui pourrait même faire penser à de la réalité virtuelle et enfin, un Xenoblade inédit qui sortira cette année au Japon. Reste à voir si les éditeurs tiers joueront cette fois le jeu en prenant le risque de proposer de fortes licences et des exclusivités comme tend à le faire croire Ubisoft.

Les licences de Nintendo sont fortes et exclusives au constructeur. Alors, imaginez-les mêlées à un concept innovant, les joueurs ont de quoi être séduits. Nombreux sont convaincus que son plus grand succès, après l’innovation démocratisée, Nintendo le doit à ses jeux. L’entreprise profite bien entendu de la « Nintendo Différence », refusant toujours de jouer le jeu de la concurrence avec Sony et Microsoft Xbox. Il n’est pas rare par ailleurs de retrouver dans nos salons les combos Nintendo/Sony ou Nintendo/Microsoft.

La (re)conquête de l’Empire Nintendo

Nintendo entend renouer avec le grand public, mais aussi les joueurs les plus assidus. La société veut apporter une solution pour tous les types d’usages. Voilà ce qu’elle nous propose avec sa nouvelle machine : acheter la ou les manettes qui nous conviennent et switcher (huhuhu) facilement entre les parties canapé et celles des déplacements, le jeu familial ou le hardcore gaming. Nintendo, si elle peut semer la confusion avec sa console de double nature, a pourtant une politique claire : Nintendo partout, Nintendo tout le temps, Nintendo avec tout le monde, même avec l’e-sport autrefois pourtant boudé.

Le géant veut encore grandir et pour cela, il entend bien placer sur tous les fronts son empire, avec pour drapeau sa mascotte Mario. C’est aussi amusant de voir que la vidéo de promotion pour Mario Run est si évocatrice : Mario court dans les rues de Manhattan et réussit à rallier tout le monde à sa cause. Nintendo veut s’inscrire et marquer le monde réel, être vu partout et sous toutes les formes possibles, qu’il s’agisse de Mario à New York dans Super Mario Odyssey, de parties dans le salon et à l’extérieur avec la Switch, sur notre smartphone avec les applications sociales comme Miitomo ou pour accéder au online de la Switch, mais aussi, les jeux mobiles. Nintendo se déploie encore et encore pour devenir un gigantesque écosystème.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Des rêves et des promesses

Finalement, la Nintendo Switch, même si elle s’est en partie dévoilée, reste encore un objet mystérieux et de désir. Du côté de la presse, qu’elle soit Française ou Américaine, spécialisée jeu vidéo ou plus large, la console japonaise ne semble pas parfaite, mais pas dénuée d’ingéniosité. L’attente a été si importante que la déception n’en est que plus grande.

Pour les joueurs, Nintendo semble remplir le contrat si on en croit les chiffres de précommande et il faut dire que derrière la désillusion, la Switch a de belles promesses à tenir, d’autant qu’elle n’a pas sorti encore toutes ses cartouches. Le jeu vidéo est décidément un média qui est à la fois créateur et nourri de fantasmes. Qui n’a jamais rêvé de jouer à ses licences préférées n’importe où et de n’importe quelle manière ?

Seul l’avenir pourra nous rassurer alors ne crions pas encore une énième fois à la mort de Nintendo n’en déplaise à Michael Pachter. RDV à l’E3 2017 ?

À lire sur FrAndroid : Vidéo : Nous avons testé la Nintendo Switch, voici notre avis sur la future console