Les offres prépayées n’avaient plus vraiment la cote depuis l’avènement des offres low-cost disponibles sur la toile et emmenées dans le sillage de Free Mobile. Pourtant, c’est ce mode de fonctionnement que reprend Bouygues Telecom avec sa nouvelle offre annoncée ce jour, la Carte Bouygues Telecom associée au réseau 4G.

Bouygues Telecom prépayé

Les plus connectés ont délaissé les formules prépayées « à carte » depuis maintenant deux ans au profit d’abonnements low-cost sans engagement, en témoigne la perte de clients en masse enregistrée sur ce secteur par les grands opérateurs (départ de 371 000 à l’automne 2012 annoncé par Bouygues Telecom), et même, toujours chez le troisième acteur hexagonal, la cession de l’offre prépayée de B&You au MVNO Simyo en juillet 2013.

Tous les moyens sont bons pourtant pour faire essayer la 4G aux plus réticents. Nous évoquions ce matin des hotspots WiFi dispersés dans des taxis G7 et connectés au réseau 4G Bouygues, mais aussi des offres « satisfait ou remboursé » lancées par l’opérateur, auxquelles succèdent aujourd’hui des packs prépayés dotés d’une connexion 4G, en marge d’offres classiques avec connexion 2G/3G.

Pour les intéressés, il s’agit d’une recharge à 35 euros valable pendant un mois, et qui inclut désormais 2 Go d’Internet en 4G ainsi que les appels, les SMS et MMS illimités pendant cette durée. Notez au passage que toutes les recharges dès 10 euros sont désormais dotées des MMS illimités, et toutes les cartes de 5 à 25 euros disposent d’une validité de deux mois.

Avec le lancement d’une carte prépayée 4G, Bouygues Telecom cherche avant tout à encourager les mobinautes à tester son réseau, avant de passer à un engagement plus avantageux pour l’abonné, mais aussi pour l’opérateur qui peut ainsi fidéliser son client sur plusieurs mois. Pensons à ce titre que les formules 4G de Bouygues Telecom sans engagement et avec une carte SIM seule démarrent à 29,99 euros mensuels, et comptent non plus 2 Go mais 3 Go de data. A méditer tout de même, pour ceux qui, plutôt versés dans l’usage du web qu’amateurs de boutiques physiques, se moquent bien d’acheter leur recharge au bureau de tabac du coin.