L’Arcep a mis à jour ses cartes de couverture, avec une nouvelle échelle plus précise. Chacun peut ainsi déterminer quel son meilleur opérateur.

Quel est le meilleur opérateur de téléphonie mobile ? Que veut le réseau de cet opérateur qui fait une promo ? S’il est assez facile d’établir un classement national, celui-ci n’est pas très pertinent à l’échelle individuelle. En effet, à quoi bon s’abonner au meilleur opérateur national si votre domicile ou votre bureau ne sont couverts que par un autre opérateur ? Comme nous le rappelons dans chacun des articles dans lequel nous évoquons la couverture des réseaux mobiles, chacun doit déterminer quel est son meilleur opérateur.

Dans ce contexte, l’Arcep a entrepris une refonte de ses cartes de couverture mobile, dont elle a lancé lundi une première évolution. L’autorité française de régulation des télécoms veut « stimuler la concurrence pour stimuler l’investissement ». « Les podiums c’est joli, ça participe à l’émulation, mais ce n’est pas ce qui correspond à l’expérience des gens », déclarait Sébastien Soriano, président de l’Arcep, lors d’une conférence de presse ce matin. « Les consommateurs veulent leur podium, selon leurs lieux de vie : maison, métro, route, etc. »

Un choc de transparence

À la demande des consommateurs mais aussi des autorités, l’Arcep bascule donc ses cartes de couverture d’une échelle binaire (couvert ou non) à une échelle à quatre niveaux, dans un premier pour les services voix et SMS :

  • très bonne couverture : à l’extérieur des bâtiments et dans la plupart des cas à l’intérieur
  • bonne couverture : à l’extérieur et dans certains cas à l’intérieur
  • couverture limitée : à l’extérieur mais probablement pas à l’intérieur
  • pas de couverture

L’Arcep reconnait que ces cartes « ne sont pas parfaites », car elles reposent sur des simulations numériques (en fonction de la configuration des antennes et du relief). En attendant une future harmonisation, chaque opérateur fournit ses cartes selon son propre modèle de simulation, puis le régulateur les contrôle. Pour cette première publication, il estime qu’elles sont fiables à plus de 95%.

Mon Réseau Mobile

Ces nouvelles cartes sont disponibles dès à présent sur le site monreseaumobile.fr.

On y trouve désormais deux volets :

  • un volet couverture simulée : ces cartes donnent une information concernant l’ensemble du territoire mais présentent des visions nécessairement simplifiées et donc encore imparfaites de la réalité
  • un volet qualité mesurée : des mesures réalisées en conditions réelles, qui représentent parfaitement la réalité du terrain, mais ne permettent pas, par nature, d’avoir une vision exhaustive du territoire

On peut chercher un lieu, zoomer ou dézoomer, et basculer d’un opérateur à un autre.

Un comparateur de couverture ?

Conformément à la loi de 2016 pour une République numérique, toutes les données sont en open data. Sébastien Sorano a confié ce matin qu’il rêve que des organismes indépendants exploitent ces données pour concevoir leurs comparateurs de couverture des opérateurs mobiles. « Il s’agit de provoquer un choc de transparence, pour réorienter la concurrence que se livrent les opérateurs, afin que celle-ci porte non seulement sur les prix mais aussi sur les performances des réseaux, » précise le communiqué.

La couverture internet en 2018

Cette première étape ne concerne dans un premier temps que la voix et les SMS en France métropolitaine. Les cartes de couverture de l’internet mobile en 3G et 4G sont encore binaires, mais l’Arcep annonce qu’elle les mettra à jour courant 2018. Elle publiera aussi courant 2018 les données en Outre-mer. Enfin, elle proposera en parallèle un formulaire de signalement, qui permettra aux consommateurs de signaler des zones blanches non répertoriées.

À lire sur FrAndroid : Orange, Bouygues, SFR et Free : quel est le meilleur réseau mobile ?