Introduction

40 % plus petit, mais la même puissance. La NVIDIA Shield TV (2017) a pourtant d’autres atouts dans sa manche, nous l’avons testée pour vous livrer un verdict complet. Est-elle toujours la référence des box Android TV ? Réponse dans notre test.

Depuis 2015, la NVIDIA Shield Android TV est la première box au monde 4K sous Android TV, et le premier dispositif de streaming capable de gérer l’Ultra HD. Nous étions en 2015, et nous vous avions livré un avis très positif de cette box.

Nous sommes en 2017, la Shield TV vient d’être remise au goût du jour, mais elle intègre toujours le SoC NVIDIA Tegra X1. Entre temps, les machines compatibles Ultra HD 4K se sont multipliées, le Chromecast Ultra est compatible 4K, tout comme de nombreuses box chinoises que l’on retrouve à quelques dizaines d’euros, ainsi que la Xiaomi Mi Box sous Android TV à moins de 80 euros.

Entre temps, nous nous sommes également bien mieux équipés en téléviseurs 4K. Elles sont devenues plus abordables, toujours plus connectées (plusieurs d’entre elle intègrent Android TV de base) et remplissent les étalages de nos magasins spécialisés et nos hypermarchés. Bref, la Nvidia Shield TV a t-elle toujours un intérêt dans ce contexte ? Nous allons répondre à ces questions.

 

 

Caractéristiques techniques

Le tableau de caractéristiques ci-dessous est simple à comprendre : les caractéristiques sont très similaires à quelques points près. Comme vous pouvez le voir, les connectiques très complètes de l’ancien modèle, le sont un peu moins sur la nouvelle. Elle perd son port microUSB, qui servait essentiellement à brancher sa box à son PC. C’était en effet une fonctionnalité assez peu utilisée, qui servait essentiellement aux développeurs et aux bidouilleurs. Il est toujours possible d’effectuer ces tâches, à travers le réseau local.

J’ai vérifié à plusieurs reprises pour en être sûr, le slot microSD a disparu. C’est dommage, mais il reste toujours possible de brancher des supports de stockage externe à travers l’USB 3.0 (de type A). Enfin, il lui manque une sortie optique, comme la première box, personnellement ma barre de son est directement branchée à ma TV, le son transite ensuite via le HDMI. La connectique et la connectivité est toujours aussi complète : HDMI 2.0b, HDCP 2.2, Wi-Fi 802.11ac MIMO 2×2, Bluetooth 4.1/BLE, réseau Gigabit, USB 3.0, etc.

ModèleNvidia Shield Android TV (2015)Nvidia Shield TV (2017)
Version Android au lancementAndroid TV 5.1Android TV 7.0
Définition maximale prise en chargeUHD / 4K (3840 x 2160 pixels) @ 60 HzUHD / 4K (3840 x 2160 pixels) @ 60 Hz
SoCNvidia Tegra X1Nvidia Tegra X1
CPU4 coeurs A57 @ 2 GHz + 4 coeurs A534 coeurs A57 @ 2 GHz + 4 coeurs A53
GPUMaxwell (256 CUDA core)Maxwell (256 CUDA core)
Mémoire RAM3 Go LPDDR4-32003 Go LPDDR4-3200
Mémoire interne16 Go ou 500 Go16 Go ou 500 Go
MicroSDXCOuiNon
Wi-Fi et Bluetooth802.11a/b/g/n/ac (MIMO 2 X 2) + Bluetooth 4.1 BLE802.11a/b/g/n/ac (MIMO 2 X 2) + Bluetooth 4.1 BLE
Ports1 x microUSB (ADB)
2 x USB 3.0
1 x HDMI 2.0
1 x Gigabit Ethernet
1 x Émetteur infra-rouge
2 x USB 3.0
1 x HDMI 2.0b avec support HDCP 2.2 et CEC
1 x Gigabit Ethernet
1 x Émetteur infra-rouge
DimensionsHauteur : 130 mm
Largeur : 210 mm
Profondeur : 25 mm
Hauteur : 98 mm
Largeur : 159 mm
Profondeur : 26 mm
Poids654 grammes250 grammes
AccessoiresManetteManette et télécommande
Prix de lancement199 dollars (16 Go)
299 dollars (500 Go)
229,99 euros (16 Go)
329,99 euros (500 Go)

Enfin, vous remarquerez également les différences de dimensions et de poids, la Shield TV (2017) est 40 % plus petite que sa prédécesseur. Nous allons nous y intéresser un peu plus.

 

Déballage et contenu de la boite 

La Shield TV est disponible en deux variantes, le premier pack est vendu avec une Shield TV avec 16 Go de mémoire Flash tandis que l’autre pack est une Shield TV avec un HDD (2,5 pouces) de 500 Go. Contrairement à la première version, ces packs contiennent une manette de jeu Shield Controller, ainsi qu’une Shield Remote. C’est ce qui explique en partie la hausse de prix, la télécommande n’était pas inclus précédemment. Le reste est complet : les câbles nécessaires pour tout brancher sont présents, le chargeur n’est pas si gros et les différents câbles USB sont bien présents. Notez cependant l’absence de câble HDMI, contrairement au premier modèle.

En bonus, la vidéo qui se lance au premier démarrage.

Les différences de design

Elles arborent un design très similaires, à une différence près : tout a été miniaturisé sur le nouveau modèle. La différence est flagrante, la nouvelle Shield TV est environ 2/3 plus petite l’ancienne box. Son poids a été divisé par trois, ce qui n’aura pas vraiment d’incidence : ce n’est pas un produit mobile, par contre cela prouve que NVIDIA a réalisé un gros travail de miniaturisation. 

Son design est toujours une réussite : un rectangle de plastique aux angles découpés de surfaces brillantes et mates, elle s’intègre parfaitement dans le mobilier intérieur, surtout avec sa taille actuelle. Elle tient debout toute seule, mais je vous conseille d’acquérir le socle de base sur vous voulez l’utiliser dans cette position verticale. Personnellement, je la pose tout simplement à l’horizontale.

Le capteur infrarouge de la machine est toujours présent, vous pourrez facilement l’utiliser avec des télécommandes tierces de type Logitech Harmony. Elle perd les capacités tactiles qui permettait de sortir de veille ou d’éteindre la console directement en appuyant sur le logo NVIDIA, mais garde sa LED lumineuse.

Son épaisseur est similaire à l’ancien modèle, néanmoins on peut souligner un changement de taille : malgré la présence d’un ventilateur interne (pour refroidir le Tegra X1), la nouvelle box est complètement inaudible par rapport à l’ancien modèle. On ne l’entend pas du tout, même lorsque des jeux gourmands sont lancés. Le système de refroidissement s’avère donc très efficace,meilleur que le premier modèle. Difficile de savoir si la base est toujours composée d’une plaque d’aluminium comme le premier modèle, cette plaque servait surtout à dissiper la chaleur.

Le design de la NVIDIA Shield est donc un parti pris esthétique que l’on avait déjà salué sur le précédent modèle, avec cette taille, elle arrive désormais dans la cour des petites box… l’ancien modèle était à mi-chemin entre une Apple TV et une console de jeu de salon. Cette miniaturisation s’est cependant faite au détriment de matériau de qualité que l’on retrouvait sur le premier modèle.

 

Shield Remote : évolution de la télécommande

La télécommande a évolué : son design est très similaire à l’ancien modèle, à quelques exceptions près. Elle est plus épaisse et plus lourde, elle est désormais en plastique et perd son port casque.

Une partie de ces changements s’explique par un modification majeure à l’intérieur : NVIDIA a modifié le microphone qui peut désormais être ouvert tout le temps, ce qu’on appelle un microphone mains-libres. Cette fonctionnalité était nécessaire pour offrir les fonctionnalités de Google Assistant, vous pouvez à tout moment parler à votre Shield : « OK Google« . Fonctionnalité que vous pouvez désactiver, heureusement.

Selon NVIDIA, son autonomie est également plus importante, c’était un point faible de l’ancien modèle qui tenait à peine 5 à 6 jours en utilisation normale. Pour le moment, je n’ai pas assez de recul pour me prononcer sur ce sujet, je ferai une mise à jour de ce test après plus de deux semaines minimum d’utilisation. Enfin, cette télécommande a certainement une plus grosse autonomie, mais elle n’intègre plus de port microUSB et utilise une simple pile. 

En tout cas, c’est une bonne idée de la trouver dans le pack de base, elle reste très pratique pour les usages multimédia, et plus discrète que la manette de jeu.

 

Shield Controller : évolution de la manette de jeu

Gros changement pour cette manette de jeu : elle perd la zone tactile, quasi-inutile, et perd quelques grammes au passage. Comme la box, elle a été soumise à une cure d’amaigrissement réussie. Elle est bien plus agréable en main, les sticks analogiques ont été revus et son design reprend des formes de prisme qui lui donne une allure rafraîchissante. 

 

Les performances

NVIDIA a fait le choix de garder son NVIDIA Tegra X1 avec quatre cœurs ARM Cortex-A57, 256 cœurs Maxwell pour le GPU. Cela peut sembler être une déception aux premiers abords, le précédent modèle est tout de même sorti il y a plus de 18 mois. Nous aurions pu nous attendre à un Tegra « Parker », par exemple, que l’on retrouve aujourd’hui sur un ou deux modèles de voitures connectées.

Mais à quoi bon ? Le NVIDIA Tegra X1 ne rechigne pas, la box ne ralentit pas et possède toutes les compétences pour décoder/encoder du flux vidéo 4K et peut même fournir les performances graphiques maximales aux jeux Android. Elle lit tous les formats, même le H.265 et le VP9. Elle est compatible avec Vulkan, mais aussi OpenGL 4.5, ainsi qu’Open GL ES, la version mobile de l’API OpenGL. C’est d’ailleurs fort probable que cela soit la solution choisie pour la Nintendo Switch. Bref, c’est encore un des SoC ARM les plus puissants du marché, surtout dans un box avec un système de refroidissement plus efficace qu’une tablette ou un smartphone.

Sling Shot ExtremeNVIDIA Shield TV (2017)NVIDIA Shield Android TV (2015)
GPUNVIDIA Tegra X1NVIDIA Tegra X1
Version d'AndroidAndroid 7.0 NougatAndroid 6.0 Marshmallow
Score moyen39983854
Score physiques20892170
Score graphiques54284951
Test physiques #131 FPS27 FPS
Test physiques #219 FPS17,9 FPS
Test physiques partie 148 FPS47,7 FPS
Test physiques partie 221 FPS23,1 FPS
Test physiques partie 310 FPS11,1 FPS

Sans doute que NVIDIA se repose bien trop sur ses lauriers avec cette solution qui date de 2015, néanmoins pour le moment ce Tegra X1 peut tout faire. Il consomme également peu d’énergie, l’adaptateur secteur fournit 40 watts, mais la console ne consomme pas plus de 13 watts en fonctionnement (cela oscille plutôt entre 7 et 10 watts). En veille, ce qui est important étant donné qu’elle ne s’éteint pas (enfin, possible dans les paramètres), elle consomme 2,7 watts et s’allume en seulement 2 secondes. 

 

En tant que box multimédia

La NVIDIA Shield Android TV était un vrai couteau suisse multimédia, la Shield TV est toujours un couteau suisse multimédia. Vous allez voir que ses usages sont très variés, elle peut désormais tout faire.

Applications multimédia

Android TV oblige, la Shield TV intègre le protocole Chromecast (mais aussi DLNA/UPnP), ce qui est déjà une bonne chose. En effet, le Chromecast Ultra coûte près de 70 euros, et ce dernier ne fait que « Chromecast« . Vous retrouvez ensuite toutes les applications Android TV, dont une bonne partie des applications des chaînes TV qui fournissent des services de VOD et de catch-up TV ( la vidéo de rattrapage).

Elle est également nativement compatible avec Netflix en 4K HD, et verra bientôt arriver Amazon Prime Vidéo qui a été annoncé aux Etats-Unis.  Elle est également compatible avec Kodin, VLC et Mx Player. Bref, que du bonheur.

Vous n’aurez aucun soucis à lire des fichiers UltraHD, elle lit tout en décodage matériel (H.264, H.265 ou VP9), elle est même capable de gérer les DRM avec un circuit certifié HDCP 2.2. Elle sait envoyer un signal stéréo, 5.1 ou 7.1 et cela jusqu’en 24-bit/192KHz. Tout s’exécute rapidement, et tout est fluide.  

 

Serveur et client Plex

C’est une de ses particularité, en plus d’être client Plex, elle peut également être serveur Plex. A ce petit jeu, elle se débrouille mieux que tous les NAS et consommera moins que votre PC, elle peut décoder du Full HD sans broncher, et envoyer du flux à distance.

L’installation de l’application se fait en quelques secondes, et le disque dur externe est reconnu tout de suite. 

 

Molotov TV

Une surprise, elle est compatible avec Molotov TV, comme l’Apple TV actuelle. Vous pourrez donc carrément vous séparer de votre box TV traditionnelle, la Shield TV pourra lire toutes les chaînes TV TNT en HD, et vous fournir des services avancées de SVOD et catch-up TV, mais aussi de l’enregistrement programmé d’émission. 

NVIDIA m’a également certifié que l’on pourrait avoir des surprises avec les quelques services qui ne sont pas encore compatibles Android TV, nous devrions être au courant très vite. 

 

En tant que console de jeu

NVIDIA en a fait une vraie console de jeu, mais en a t-elle l’étoffe ? Voyons-ça.

Jeux Android

Elle lit tous les jeux Android TV. Vous les trouverez sur le Play Store, et vous en aurez certainement déjà achetés sur votre smartphone ou votre tablette Android. Etant donné que la Shield fonctionne avec une multitude de manettes (PS4, Xbox One, etc.), vous allez pouvoir vous donner à cœur joie. Personnellement, j’utilise ma Shield Android TV (2015) avec plusieurs émulateurs de vieilles consoles. 

Mais la NVIDIA distribue directement des titres exclusifs comme Portal, Doom 3 ou Half Life 2 (et Half-Life 2: Episode 2 également), mais aussi Borderlands 2 ou encore Metal Gear Rising: Revengeance. Ces jeux Android ne fonctionnent que sur les Shield Android TV, ce sont des portages de jeux PC. 

Petit bémol : les 16 Go de la version de base se remplissent très vite, surtout avec des jeux qui peuvent peser plus d’1 Go. Heureusement, un support de stockage externe pourra être utilisé en complément. Pas besoin d’acheter la version 500 Go : préférez la version 16 Go en mémoire flash. 

 

NVIDIA GameStream

Si vous êtes possesseur d’un PC équipé d’une carte graphique GeForce GTX, la Shield est un parfait compagnon. Cette dernière va être capable d’accueillir le flux vidéo de votre PC pour diffuser jusqu’à de la 4K Ultra HD sur votre téléviseur.

Vous pourrez ensuite jouer à vos jeux de PC favoris avec la manette de la console, votre manette habituelle ou avec votre kit clavier et souris. L’expérience est très réussie à condition que vous branchiez les deux appareils en RJ45 sur le même réseau local, même s’il est possible d’y jouer sans fil. Pas de latence dans mon expérience, le tout fonctionne bien mieux que le Steam Link pour ma part, le démarrage prend moins de 5 secondes.

D’ailleurs, NVIDIA introduit la possibilité d’afficher l’interface Steam sur votre TV, ce qui donne une expérience 100 % similaire à celle d’un Steam Link. Bien évidemment, il faut être équipé d’un PC avec un GPU dédié, mais c’est une réel plaisir de pouvoir basculer de son PC à sa TV en quelques secondes. C’est ce que l’on peut appeler, du cloud gaming local. 

 

NVIDIA GeForce Now

Voici la technologie GeForce Now de NVIDIA. Il s’agit de cloud gaming, comprenez : les jeux que vous lancez ne se lancent pas sur votre box, mais à des centaines de kilmètres dans serveurs distants.

Technique, c’est simple : la box reçoit le flux vidéo et le décode, elle envoie également les commandes. Evidemment, l’expérience dépend de votre bande passante. Si vous n’avez pas un bon débit, si vous êtes en bout de ligne ADSL par exemple, l’expérience de jeu sera gâchée par une dégradation assez forte de l’image et sûrement des interruptions, ainsi de la latence. Le serveur distant NVIDIA s’adapte en compressant davantage le flux vidéo, mais ne vous attendez pas à de la magie. Si vous êtes en ADSL2+, câble coaxiale ou fibre optique, l’expérience reste toujours aussi impressionnante. La latence ne se ressent pas, et NVIDIA a fait évoluer son matériel : ce sont désormais des GPU Pascal dans l’infrastructure de NVIDIA, vous allez donc pouvoir jouer dans de meilleures conditions. 

Théoriquement, vous pouvez jouer jusqu’en définition 4K avec un rendu graphique HDR. Personnellement, j’ai pu jouer jusqu’en définition 2560 x 1600 pixels (60 fps), car je n’ai pas trouvé de jeux dans le catalogue qui pouvaient aller au delà. Dans tous les cas, le rendu graphique restait impressionnant, et la latence n’était pas visible.

Dans l’offre GeForce Now, NVIDIA met à disposition un catalogue de jeux accessible à travers un abonnement de 9,99 euros/mois. Vous n’aurez pas accès à tous les titres PC, mais à une sélection de quelques dizaines jeux, ainsi que très prochainement l’ensemble du catalogue UPlay d’Ubisoft, y compris les titres AAA. Il est ainsi possible de lancer The Witcher 3: Wild Hunt, mais ce dernier sera payant. En effet, l’abonnement ne donne accès qu’à une partie du catalogue de jeux, les autres jeux restent payants.

GeForce Now n’en reste pas moins un des services de jeux à la demande les plus avancées, la plateforme permet de jouer à des jeux dans de bonnes conditions sans investir dans une console de salon, ni dans un PC de gamers. Pour ceux qui ont déjà un PC équipé d’une GeForce, passez votre chemin. 

 

En tant qu’assistant connecté

La nouvelle base logicielle de la SHIELD Android TV sera le premier appareil tiers à intégrer Google Assistant dans le courant du début d’année. Et pas seulement, les Samsung SmartThings sont également compatibles. C’est pour cette raison que NVIDIA a intégré un nouveau microphone à sa télécommande. Dans les prochains mois, un accessoire ajoutera la compatibilité Zigbee et Z-Wave. L’objectif de NVIDIA : transformer la Shield TV en plaque tournante de la domotique

Quelques commandes orales basiques sont déjà fonctionnelles

Google Assistant n’est pas encore disponible en français (prévu pour cette année), mais les premiers tests en langue anglaise sont plutôt encourageants. Il est possible de allumer ses ampoules Philips Hue, contrôler son thermostat connecté et ainsi de suite… directement en s’adressant à sa Shield TV. 

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

La nouvelle base logicielle de la SHIELD Android TV est la première à intégrer l’assistant Google. L’entreprise américaine a même dévoilé un produit complémentaire qui sera lancé officiellement dans les mois qui viennent : le SHIELD Spot. Il s’agit d’un appareil contenant un micro permettant de contrôler votre SHIELD et les appareils qui lui sont liées depuis n’importe quelle pièce de la maison.

 

Disponibilités et prix

La première édition de la Shield TV n’est plus en vente, il faudra donc regarder sur le marché de l’occasion, ou choisir entre un des deux packs : le pack 16 Go, ou le pack 500 Go. La différence de prix est de 100 euros entre les deux modèles.

 

Conclusion

Note finale 8/10
La NVIDIA Shield TV est un bijou à tout faire. Si vous vouliez la box multimédia parfaite, elle s'en rapproche beaucoup. Chromecast, Google Assistant, Android TV, Nvidia GeForce NOW, GameStream.... les usages multimédia sont très nombreux. Elle lit tous les formats, jusqu'à une définition 4K en 60 fps avec un traitement HDR. C'est sûrement un des meilleurs compagnons de votre PC, si vous avez une GeForce GTX. Quant au service GeForce NOW, il est toujours aussi bluffant avec une bonne connexion, il faudra désormais que NVIDIA arrive à convaincre encore plus d'éditeurs de proposer leurs jeux dans son catalogue.

Enfin, la nouvelle stratégie Assistant est très encourageante, elle s'intégrera parfaitement au cœur des problèmes de domotique de la maison. Difficile de juger cet aspect pour le moment, le service Google Assistant n'est pas encore proposé en France. Avec Android 7.0 Nougat

Mais dans l'univers Android TV, Nvidia se classe toujours comme le leader incontestable. La Shield TV est réactive, silencieuse et performante. C'est un produit qui pourrait désormais remplacer votre décodeur TNT / ADSL, mais aussi votre console de salon. A condition d'avoir une bonne connexion.
  • Points positifs
    • Miniaturisation de la box
    • Ergonomie de la manette Shield Controller
    • Compatibilité totale 4K Ultra HD HDR
    • Télécommande fournie avec le pack
    • Android 7.0 Nougat de base
  • Points négatifs
    • Pas d'évolution des performances
    • La Shield Remote est moins complète
    • La box Android TV la plus cher du marché
    • Stockage (16 Go) trop faible

 

Les alternatives

Les alternatives, le choix n’est pas énorme. Si vous recherchez une solution pour diffuser du contenu en 4K Ultra HD, une Freebox Mini 4K, une Xiaomi Mi Box ou encore un Chromecast Ultra vont faire le boulot. La Xiaomi Mi Box ne proposera pas une expérience aussi fluide et réactive, mais elle pré-embarque Android TV. Si vous voulez une solution de cloud gaming local, vous pouvez acquérir un Steam Link ou acheter un long câble HDMI entre votre PC et votre TV (et encore, il faudra également une manette sans fil). Vous pouvez également regarder du côté de l’Apple TV, qui propose une expérience ergonomique, mais vous n’aurez pas autant de possibilités qu’Android TV.