Test de la Xiaomi Mi Box S : un petit prix implique de petites responsabilités

Box Multimédia • 2018

Xiaomi Mi Box S
7 /10

Note de la rédaction

7 /10

Note de la rédaction

La Xiaomi Mi Box S est une mise à jour mineure de la célèbre box Android TV. Elle profite d'une intégration directement dans la télécommande, un bouton Netflix sur celle-ci et un nouveau SoC Amlogic S905X épaulé par 2 Go de RAM. Elle tourne à sa sortie sous Android TV 8.1 Oreo.

 

La Xiaomi Mi Box S est l’une des box sous Android TV les moins chères du marché. Cette nouvelle itération tourne sous Android 8.1 et permet de gérer des vidéos 4K UHD et HDR. Au-delà du prix, cet appareil propose-t-il une bonne expérience ? Réponse dans notre test.

Erratum du 31 janvier 2019

Suite à la publication du test, plusieurs lecteurs ont signalé une erreur concernant l’identification du SoC interne de la Mi Box S. Après vérification, le SoC de l’exemplaire de test est en effet un Amlogic S905X, compatible avec le Wi-Fi 5 (802.11ac) et prenant en charge le codec VP9. J’ai donc corrigé le texte du test et sa conclusion.

L’utilisation de l’application AIDA64 identifiant le SoC comme étant le S905L, et la publication de plusieurs articles concernant la sortie d’une Mi Box S équipée de ce SoC m’ont induit en erreur. Il est courant que des fabricants proposent des appareils avec le même nom, mais des composants différents (surtout quand ils sont vendus à petit prix) selon les régions, aussi la mention de la compatibilité Wi-Fi 5 et VP9 sur la fiche technique du site américain de Xiaomi ne m’ont pas mis la puce à l’oreille concernant mon erreur.

Je tiens à présenter mes excuses pour cette erreur et je tâcherai de redoubler de vigilance à l’avenir.

Fiche technique

Modèle Xiaomi Mi Box S
Version Android Android 8.1 Oreo (TV)
Définition maximale prise en charge UHD / 4K (3840 x 2160 pixels) à 60 Hz (supporte le HDR)
SoC Amlogic S905L
CPU 4 coeurs Cortex-A53 à 1,5 GHz
GPU Mali 450 à 750 Mhz
Mémoire RAM 2 Go DDR3
Mémoire interne 8 Go
MicroSDXC Non
Wi-Fi et Bluetooth Wi-Fi 5 (802.11ac)
Bluetooth 4.2
Ports 1 x USB Type-A
1 x port alimentation
1 x HDMI 2.0a
1 x sortie audio SPDIF 3.5 mm
Dimensions 9,52 x 9,52 x 1,67 cm
Poids 147 grammes
Accessoires Télécommande bluetooth (deux piles AAA, non fournies)
Prix

Notre exemplaire de test a été offert par Gearbest

Design

La Mi Box S fait partie de ses box TV qui vont à l’essentiel en matière de design. On a donc ici un boitier carré, noir, de 9,5 cm de côté, pour une épaisseur de 1,67 cm et c’est à peu près tout ce que l’on peut en dire. Le produit est pensé pour se faire oublier dans un meuble TV ou derrière le téléviseur, et il y arrive très bien.

La Mi Box S est légèrement plus petite que la Mi Box

L’ancienne Mi Box à gauche, la Mi Box S à droite.

La connectique est, elle aussi, assez légère : un port HDMI 2.0A, un jack 3,5 mm (optique), un USB 2.0 Type-A et le port d’alimentation. Parlons d’ailleurs de ce dernier, il se connecte à un bloc secteur dont le transformateur se situe au niveau de la prise. Comprenez qu’il sera un peu encombrant si vous le branchez sur une multiprise, comme c’est souvent le cas avec les appareils près d’un téléviseur.

Connectique de la Mi Box S

Télécommande

La box est évidemment fournie avec une petite télécommande Bluetooth. En revanche, les deux piles AAA nécessaires devront être achetées séparément. On a là aussi quelque chose d’assez classique, Xiaomi n’a pas réinventé la roue, une petite télécommande avec les contrôles nécessaires pour Android TV :

  • les boutons directionnels
  • le bouton de validation
  • le bouton d’alimentation
  • les boutons de navigations : retour à l’accueil et précédent
  • un bouton permettant d’afficher la liste des applications
  • les boutons de réglage du volume

En plus de cela, la télécommande propose aussi un bouton pour Google Assistant, un bouton Netflix pour accéder à l’application du service, et un bouton « Live » dont on n’a pas vraiment compris l’usage. Il s’agit probablement d’un bouton permettant de lancer la TV dans les pays où Xiaomi propose un service de ce type.

En main, la télécommande est un peu grossière. Le plastique utilisé ne respire pas vraiment la qualité, et l’objet et un peu volumineux comparés à d’autres télécommandes comme celles de la Nvidia Shield.

Android TV

La Mi Box S tourne sous Android TV, et plus précisément sur la version basée sur Android 8.1 Oreo. On ne trouve ici aucun élément supplémentaire venant de Xiaomi, et surtout pas d’éléments d’interfaces venant de MIUI. Il faut préciser que ce n’est pas avec la version chinoise de la box, mais c’est ici une version internationale qui est testée.

La box tourne sous Android TV

La box tourne sous Android TV

On ne présente plus vraiment Android TV, qui évolue d’ailleurs très peu entre chaque version d’Android. Depuis Oreo, le système de Google met particulièrement en avant les services que vous avez installés en leur attribuant une ligne chacun. Ces services peuvent aussi ajouter du contenu à « la sélection » qui réunit de fait une sélection de vidéos, séries, films ou émissions à consommer.

Les meilleures applications sont bien disponibles, par l’intermédiaire du Play Store, comme Netflix, OCS, Plex ou encore Molotov. On est à ce titre rassuré de voir que l’appareil est certifié Widevine L1, contraire à ce que Xiaomi pratique avec ses smartphones. Cela signifie que les contenus HD verrouillés par des DRM sur les différents services de VOD sont bien proposés. Le contraire aurait été inexcusable pour une box TV.

On regrette surtout le peu d’effort apporté par Google à sa plateforme. En janvier 2019, YouTube Music n’a toujours pas le droit à une application Android TV, et l’application YouTube principale est bien loin de proposer la même ergonomie que sur smartphone ou sur PC. Cette dernière ne prend d’ailleurs pas en charge le mode Picture-in-Picture, qui permettrait de continuer à regarder sa vidéo YouTube en consultant une autre application ou une autre vidéo.

Google Chromecast intégré

Comme tous les appareils sous Android TV, la Mi Box intègre la technologie Google Cast, qui permet de retrouver les fonctions du fameux Google Chromecast. Ici, j’ai noté que si la box était en veille, la fonction Cast du smartphone pouvait mettre un peu de temps (plus que pour une Nvidia Shield) trouver la Mi Box S. Une fois trouvée en revanche, aucun problème pour se connecter à la box, diffuser le contenu et se servir du smartphone comme télécommande. On retrouve une expérience identique à celle du Chromecast.

Performances

Notre exemplaire de test de la Xiaomi Mi Box S intègre une puce Amlogic S905X. Il s’agit d’un SoC conçu pour les box bon marché, qui comprend un processeur ARM Cortex-A53 à 1,5 GHz et une puce graphique Mali 450 à 750 MHz. Ici, il est épaulé par 2 Go de RAM et Android TV est installé sur un stockage de 8 Go.

Le plus important pour un SoC de box TV, c’est les formats vidéo et audio qu’il est capable de décoder. Ici on retrouve les classiques H.264 (1080p à 60 fps) et H.265 (4K UHD à 60 fps), et les également importants VP9 (profile-2, 4K à 60 fps) VC-1 (1080p à 60 fps), AVS (1080p à 60 fps), MPEG-1 et MPEG-2 (1080p à 60 fps) et enfin les RealVideo 8, 9 et 10 (1080p à 60 fps).

La puce Mali 450 chargée des calculs 3D exclut à peu près toute utilisation ludique de l’appareil. Il s’agit d’un processeur graphique lancé en 2012, et qui prend à peine en charge OpenGL ES 2.0. Cela se limitera à l’émulation de vieux jeux console, ou à un accès au cloud gaming en streaming.

Le jeu en émulation est possible

Le jeu en émulation est possible

Encore faudra-t-il réussir à connecter une manette en Bluetooth. Cela a été impossible lors de mes essais avec une manette Sony Dualshock 4 et une manette Xbox One Bluetooth. Cette dernière fonctionnait en revanche en USB.

Une expérience un brin ralentie

Le SoC choisi par Xiaomi permet bien de faire tourner Android TV, mais on sent que la stabilité ne tient qu’à un fil. À plusieurs reprises, on se surprend à noter des ralentissements pour passer d’un raccourci à un autre, ou pour lancer une application. Les ralentissements se font encore un peu plus présents quand des applications tournent en tâche de fond. L’interface reste fluide dans l’ensemble, et en prenant en compte le prix de l’appareil, on est pas totalement déçu.

Il faut vraiment garder à l’esprit que dans l’ensemble, l’expérience reste plaisante, malgré ces quelques petits accrocs ici ou là.

Prix et disponibilité

En France la Xiaomi Mi Box S est disponible dans plusieurs boutiques pratiquant l’importation. Au moment où ce test est écrit, Xiaomi France ne commercialise l’appareil que dans ses boutiques physiques, et non sur Internet. On le trouve à 79,65 euros sur GearBest.

À ce tarif, la box de Xiaomi se place parmi les moins chers du marché pour proposer un système comme Android TV. Les box haut de gamme comme l’Apple TV ou la Nvidia Shield coûte plus du double. En revanche, le fameux Chromecast de Google coûte deux fois moins que la Mi Box S.

Nos photos

Note finale du test
7 /10
Si vous cherchez une box TV 4K à petit prix, la Mi Box S de Xiaomi est une bonne solution. Cet appareil vaut indubitablement le prix auquel il est commercialisé, ni plus ni moins. Une bonne box 4K sous Android, mais dont il faut connaitre les limites. Le SoC peu performant montre déjà ses limites avec l'interface d'Android TV, et ne permet vraiment pas de jouer à des jeux vidéo. C'est donc un appareil qui servira à consommer du contenu en streaming avant tout.

En définitive, la Mi Box S est d'abord une bonne alternative à la Nvidia Shield TV ou l'Apple TV, car vendu bien moins cher. C'est aussi une alternative au Google Chromecast, même si on ne retrouve pas le prix plancher du petit objet vendu par Google. La Box de Xiaomi sera plus simple à utiliser au quotidien grâce sa télécommande et son interface complète et autonome sous Android TV.
Points positifs
  • Rapport qualité/prix
  • Google Cast intégré
Points négatifs
  • Pas de jeux gourmands en 3D

Les derniers articles

  • OnePlus concevrait ses propres écouteurs type AirPods

    OnePlus

    OnePlus concevrait ses propres écouteurs type AirPods

    11 décembre 201911/12/2019 • 10:18