En janvier, au CES 2019, le refus d’attribuer un prix d’innovation à un sextoy féminin avait provoqué une polémique sur la question du sexisme dans le secteur de la Tech. Aujourd’hui, cette affaire connait un dénouement heureux puisque les créatrices du produit ont fini par obtenir leur trophée.

Remontons un peu le cours du temps. Pendant le CES 2019 qui se tenait à Las Vegas en janvier, une polémique avait agité le plus grand des salons dédiés aux nouvelles technologies. Les créatrices d’Osé, un sextoy féminin robotisé, avaient en effet gagné un prix d’innovation pour leur produit avant d’en être privées pour des raisons assez obscures.

Les responsables du CES avaient pendant un moment tenté de justifier leur volte-face en qualifiant le sextoy d’obscène. L’entreprise Lora Dicarlo, à l’origine du produit, avait alors tenu à mettre cette affaire en avant tout en dénonçant une atmosphère sexiste non seulement dans le salon américain, mais aussi dans le secteur des technologies en général.

« Ils ont peur des vagins » : comment un sextoy « osé » soulève la question du sexisme au CES 2019

Revenons maintenant au présent. Comme le signale The Verge, l’association qui produit le CES, la CTA, est une nouvelle fois revenue sur sa décision et a fini par accorder le prix d’innovation à Lora Dicarlo. L’organisme a reconnu « ne pas avoir géré correctement ce prix » et que cela l’a poussé à entamer « des discussions importantes » sur la politique du salon autour des technologies liées à la sexualité.

On suppose donc que les responsables du CES veulent montrer leur volonté d’afficher une plus grande ouverture d’esprit et davantage de tolérance lors de l’édition 2020 de leur événement. Toutefois, nous ne savons pas encore quels changements concrets seront apportés. D’ailleurs, une question reste en suspens : l’entreprise Lora Dicarlo aura-t-elle le droit d’exposer son sextoy l’année prochaine ?

Rappelons en effet qu’en janvier dernier, le sextoy Osé n’avait pas eu cette chance. Le stand de la startup servait donc uniquement à rencontrer les créatrices et aucun prototype n’était visible. La CTA a indiqué que les changements entrepris seront annoncés quelques mois avant le CES 2020.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lora Haddock, fondatrice de l’entreprise Lora Dicarlo, affirme être « reconnaissante » de cette nouvelle décision. Elle souligne toutefois que la polémique de janvier montre que des « changements significatifs » doivent encore être réalisés.

« Prenez la parole » : le message d’une experte Android aux femmes de la Tech