StopCovid : l’application de traçage sera disponible le 2 juin

Sans l'aide d'Apple

 

Comme pressenti, le lancement de l'application de traçage StopCovid est finalement repoussée. Ce matin, Cédric O. indiquait qu’elle serait disponible le 2 juin. Les premiers tests débutent la semaine prochaine.

Application StopCovid

Source : Frandroid à partir d’une image de TheDigitalArtist

Alors que le début du déconfinement débutera le 11 mai prochain, l’application StopCovid ne fera pas partie du plan du gouvernement. En tout cas dans un premier temps. Cédric O, secrétaire d’État au Numérique, indiquait ce matin au micro de BFM Business que l’application de traçage serait déployée dès le 2 juin 2020. « Le temps de développement avance relativement bien », assure-t-il. Et d’ajouter :

Nous entrerons dès la semaine prochaine en phase de test, c’est-à-dire que nous reproduirons des situations réelles pour vérifier que l’application fonctionne bien, ce qui nous permettrait (…) de revenir devant les parlementaires comme cela a été promis dans la semaine du 25 mai pour envisager un déploiement lors de la deuxième phase du déconfinement à partir du 2 juin.

Néanmoins, avant de lancer officiellement StopCovid, la CNIL devra se prononcer. Il y a quelques semaines, la présidente de l’autorité du numérique assurait que ses équipes éplucheraient de A à Z l’application de traçage. Elle faisait alors état de plusieurs craintes. Les premières étaient liées à la fracture numérique, une partie de la population (les personnes âgées plus fragiles) ne possédant pas de smartphones. Les autres réserves portaient sur l’utilité du dispositif et les données privées.

Pas d’inquiétude du côté de Cédric O qui confie avoir « bon espoir » et assure même qu’aujourd’hui « on peut se dire qu’on sera prêts pour le 2 juin ».

Des reproches à l’égard d’Apple

Interrogé sur le soutien des géants de la tech dans le déploiement du dispositif, Cédric O. explique qu’Apple n’a pas souhaité apporter son aide à l’État. Il déclare :

Apple aurait pu nous aider à faire en sorte que l’application marche encore mieux sur iPhone mais n’a pas voulu le faire, pour une raison que je ne m’explique guère.

Il tient néanmoins à rassurer. « Ça marchera très bien sur les iPhone » promet-il « mais ça aurait pu marcher encore mieux » avec le soutien d’Apple. Une situation que le Secrétaire d’État trouve « regrettable dans une période ou chacun aurait pu être mobilisé contre l’épidémie » surtout venant « d’une grande entreprise qui ne s’est jamais aussi bien portée en termes économiques ».

Si pour Cédric O Apple est donc le principal fautif, notons que l’Américain a très tôt proposé son aide aux gouvernements du monde entier. L’entreprise a même scellé un partenariat historique avec Google pour développer des outils communs (API disponible pour tous les États) dont l’unique but était d’accompagner les autorités dans le déploiement de leurs applications. Les deux géants ont même publié un aperçu de ce à quoi pourraient ressembler ces applications de traçage.

Problème : les conditions de l’État français ne concordaient pas avec la politique d’Apple sur les données privées. Le gouvernement a donc opté, pour le moment, de faire cavalier seul.

Après le confinement viendra le déconfinement et pour se préparer au mieux à cette phase particulière, envisagée pour le 11 mai prochain par le gouvernement, les autorités souhaitent mettre en place un système de traçage des personnes atteintes par le…
Lire la suite

Les derniers articles