Les capteurs d’empreinte de Samsung pourraient lui coûter 2,8 milliards de dollars

 

Samsung est sous le feu d’une nouvelle affaire juridique. Cette fois, cela concerne des brevets concernant la biométrie.

L’identification biométrique de l’utilisateur est aujourd’hui proposée sur la grande majorité des smartphones de Samsung. Même le Galaxy J5 (2017) propose un lecteur d’empreintes en façade.

Cela explique sans doute pourquoi Samsung risque une amende de 2,82 milliards de dollars dans une récente affaire d’infraction à la propriété intellectuelle. La société américaine Pacid accuse le fabricant d’enfreindre 2 brevets américains et 1 brevet coréen concernant la biométrie, et ce, depuis le Samsung Galaxy S6.

Une nouvelle affaire de patent troll

D’après des analystes interrogés par Android Police, Pacid ne serait pas réellement une firme dédiée à la sécurité, mais un simple patent troll. Ce nom est donné aux entreprises malveillantes qui enregistrent des brevets, souvent très génériques, dans le seul but de pouvoir porter plainte par la suite.

Dans le cadre de cette nouvelle affaire, d’autres sociétés membres de la FIDO Alliance, qui a récemment annoncé un protocole pour en finir avec les mots de passe, pourraient également être poursuivies par Pacid, comme Samsung. Cette alliance comprend de nombreuses firmes : ARM, Amazon, Alibaba, Google, MasterCard, Microsoft, etc.

Les résultats de cette nouvelle affaire pourraient donc avoir un impact assez large sur l’industrie.

Les derniers articles

  • Test de la Razer Naga Pro : la souris à tout faire
    9 /10

    Razer

    Test de la Razer Naga Pro : la souris à tout faire

    25 octobre 202025/10/2020 • 20:00