Oups, Google pourrait bien savoir ce que vous consultez en navigation privée

Une nouvelle action collective déposée contre Google...

 

Google fait l'objet d'un nouveau recours collectif en Californie. Le groupe est accusé d'utiliser ses services pour suivre, sans leur consentement et de manière individualisée, l'activité de ses utilisateurs... même en de navigation privée.

Google accusé d’être toujours plus curieux quant à nos habitudes de navigation

Google accusé d’être toujours plus curieux quant à nos habitudes de navigation // Source : Christian Wiediger – Unsplash

Et si les services de Google étaient encore plus indiscrets qu’on pouvait le croire ? Une action collective déposée cette semaine en Californie accuse le géant de Mountain View de les utiliser de manière trompeuse pour scruter les habitudes et historiques de navigation des utilisateurs… et la plupart du temps sans leur consentement.

À l’aide de ses services (dont Google Analytics, Google Ad Manager, Google Sign In, ainsi que de nombreux plug-ins et applications), utilisés par 70 % des éditeurs de contenus en ligne et massivement exploités par Android, Google serait notamment capable de savoir ce que l’utilisateur est en train de consulter et ce qu’il a consulté juste avant, tout en collectant des informations sur les appareils utilisés et, plus important, en relevant l’adresse IP. Ce suivi ciblé s’opérerait même en mode de navigation privé, avancent les plaignants.

Des millions de plaignants potentiels…

D’après l’action collective, ce suivi personnalisé s’effectuerait le plus souvent sans l’accord de l’utilisateur. Les sites web ne sont en effet pas tenus par Google de révéler les données collectées en cours de navigation par… Google. C’est notamment sur cette base que 5000 dollars de dommages et intérêts par utilisateur, ou trois fois l’amende la plus sévère pour non-respect de la vie privée, sont réclamés.

Ce recours collectif est par ailleurs ouvert à tous les détenteurs d’appareils Android ayant déjà visité une page web utilisant les services de Google. Les utilisateurs disposant d’un compte Google aux États-Unis ayant déjà visité une page en mode privée depuis un appareil non-Android (en utilisant l’identification de Google) peuvent aussi se joindre à la danse, ajoute ZDNet. Au total, ce sont plusieurs millions de personnes qui pourraient ainsi rejoindre le rang des plaignants, lit-on.

Quand on le chasse par la porte, Google rentre par la fenêtre

Cette affaire s’ajoute à une autre plainte déposée cette fois en Arizona la semaine dernière. Intéressante, cette dernière estime que Google utiliserait aussi de manière trompeuse ses services pour suivre la localisation des utilisateurs sans leur accord. Pire, Google y est également accusé d’avoir conçu son système d’exploitation Android de manière à suivre par des moyens détournés les déplacements et la position de l’utilisateur, même si ce dernier a sciemment désactivé la localisation et l’historique des déplacements sur son appareil.

D’autres plaintes similaires ont par ailleurs été déposées, toujours contre Google et pour ce même motif, en Australie et au Royaume-Uni. Rappelons que le géant californien écopait d’une amende de 170 millions de dollars en septembre dernier pour avoir collecté les données personnelles d’enfants grâce à leur activité sur YouTube.

Les derniers articles

  • Apple Watch : comment créer et partager vos cadrans ?

    Apple

    Apple Watch : comment créer et partager vos cadrans ?

    27 septembre 202027/09/2020 • 16:00

  • Test du Fairphone 3+ : le Fairphone 3.1
    6 /10

    Fairphone

    Test du Fairphone 3+ : le Fairphone 3.1

    27 septembre 202027/09/2020 • 14:00