Malgré les tensions existantes entre Google et le pays, la firme américaine construit une équipe de 150 personnes à Shanghai pour pouvoir profiter de coûts de production moins élevés.

 

Entre Google et la Chine, les relations ne sont pas au beau fixe. Loin de là. Les services du géant américain sont en effet très limités dans le pays le plus peuplé du monde. Son moteur de recherche y est interdit depuis 2010 et des plateformes comme YouTube et le Play Store sont fortement restreintes.

Mais l’état actuel des choses serait apparemment en train de changer. D’après un rapport de The Information relayé par Android Authority, la firme de Mountain View aurait décidé de monter une équipe hardware à Shanghai.

Focus sur les smartphones et Google Home

Ou, plus précisément, il s’agit de renforcer considérablement le pôle déjà existant. L’équipe de Shanghai passerait ainsi de 20 à 150 ingénieurs en seulement un an. Et toute cette matière grise serait concentrée sur les smartphones et sur Google Home. Les nouveaux membres auraient d’ailleurs été fraîchement recrutés dans les rangs d’Apple et d’Amazon et jouiraient d’une « expérience dans le hardware et dans la gestion des chaînes d’approvisionnement ».

D’après ces informations, Google ne souhaiterait pas vendre de produits en Chine — du moins, pas pour le moment — et préférerait tirer profit des fabricants à faible coût basés dans la région pour ses futurs appareils. Dans cette optique, le géant du web aurait déjà « conclu des accords » avec des entreprises locales.

Avec plus d’un milliard de smartphones en circulation, on se doute que le marché chinois finira par devenir une priorité pour l’équipe hardware basée à Shanghai.

Des produits moins chers

Autrement dit, ces partenariats permettraient à Google de lancer ses produits dans le reste du monde à des tarifs moins onéreux grâce à un coût de production moins élevé. Par ailleurs, la firme de Mountain View est habituée à la collaboration avec d’autres fabricants pour concevoir ses smartphones.

The Information indique aussi que l’équipe Google de Shanghai travaillerait aussi sur des objets connectés, des casques de réalité virtuels et des Pixelbook ce que la firme fait déjà en occident. Par ailleurs, on pourrait aussi penser que des anciens de HTC feront également partie de cette équipe après le rachat partiel de HTC par Google déjà validé par Taïwan.