C’est un coup de gueule de Donald Trump envers Google. Le sujet du coup de gueule ? Les résultats du moteur de recherche lorsque l’on effectue des recherches sur le président des Etats-Unis.

Comme à son habitude, Donald Trump a utilisé son compte Twitter pour pousser un coup de gueule. Dans une série de tweets, il a mis en avant que les résultats de recherche Google sur la requête Trump News n’affichent que du contenu de médias de fake news . Selon lui, les médias républicains et conservateurs sont exclus des résultats… ce qui serait illégal.

Donald Trump a continué son coup de gueule dans d’autres tweets : « (…) les résultats sur Trump News mènent à des médias de gauche, très dangereux. Google et d’autres sont en train de réprimer les voix des conservateurs et de cacher les informations et les news qui sont correctes. Ils contrôlent ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir. C’est une situation très grave et nous allons nous en occuper« .

Le président américain n’a pas fourni de preuves à l’appui de ses affirmations et il fait probablement référence à un récent article publié par le média conservateur PJ Media sous : « 96 % des résultats de recherche Google pour Trump proviennent de médias libéraux.« . Entre temps, le coup de gueule de Donald Trump et l’article de PJ Media ont été réfutés par des utilisateurs sur Twitter. D’ailleurs, c’est Fox News qui remonte en première position sur le terme « Trump News »… un média conservateur.

Google a finalement répondu à Donald Trump

Google a répondu à Donald Trump à travers un communiqué : « Lorsque les utilisateurs effectuent des requêtes sur Google, notre objectif est de s’assurer qu’ils recevront les réponses les plus pertinentes en quelques secondes (…) La recherche n’est pas utilisée pour établir un agenda politique et nous ne biaisons pas nos résultats vers une idéologie politique. Chaque année, nous apportons des centaines d’améliorations à nos algorithmes pour nous assurer qu’ils diffusent un contenu de haute qualité en réponse aux requêtes des utilisateurs. Nous travaillons continuellement pour améliorer la recherche Google et nous ne classons jamais les résultats de recherche pour manipuler la société.« .

Google n’est pas la première entreprise de technologie à être dans la ligne de mire de Donald Trump. Le mois dernier, le président américain a critiqué Twitter. Les conservateurs et l’extrême droite américain font été état depuis plusieurs mois « censure politique » permanente en ligne de la part des grandes sociétés de la Silicon Valley. Par ailleurs, les législateurs se penchent sur les médias sociaux et les ingérences électorales. Twitter, Google et Facebook seront interrogés par la majorité républicaine devant une commission du Congrès le 5 septembre prochain. Affaire à suivre.

À lire sur Numerama : Twitter ne peut pas modérer normalement Donald Trump car c’est un leader mondial