Dans le cadre d’une interview accordée au média CNBC, Richard Yu, le PDG de Huawei, s’est montré très enclin à l’idée de développer un casque de réalité augmentée dans les prochaines années. Une déclaration qui tombe à pic, alors que l’entreprise chinoise prépare doucement mais sûrement sa transition vers la 5G.

Les appareils mobiles, les assistants personnels et maintenant la réalité augmentée : à regarder les segments sur lesquels se positionne l’entreprise chinoise Huawei, on se demande quand la soif de l’ogre asiatique en termes d’innovation sera vraiment assouvie. Actuellement second plus important constructeur de téléphones portables au monde, le groupe qui souhaiterait exporter son IA à l’internationale chercherait désormais à entrer dans la danse des casques de réalité augmentée.

C’est tout du moins ce que laisse manifestement penser Richard Yu, le PDG de la société, à l’occasion d’une interview réalisée par CNBC. « Au départ, vous pouvez estimer que la réalité augmentée n’est pas grand-chose. Mais à l’avenir, vous vous rendrez compte de sa valeur », débute-t-il, comme pour sous-entendre ses ambitions. « Dans la prochaine ou les deux prochaines années à venir, je pense que l’industrie commercialisera des lunettes AR (grand public, ndlr), dont Huawei », finit-il par admettre.

La réalité augmentée, un marché en pleine construction

Le message semble clair : à l’heure où les flagships de la marque offrent déjà des expériences en réalité augmentée par le biais d’applications dédiées — et propulsées par ARCore — , Richard Yu n’hésite pas à encenser le potentiel de cette technologie immersive. Actuellement partagé entre Microsoft (Microsoft Hololens) et Magic Leap — et Google, dans une moindre mesure — , le marché de l’AR devrait considérablement s’étoffer au cours des prochaines années avec l’arrivée de produits Apple et Samsung, tous deux sur le pied de guerre.

Le caque de réalité augmentée Magic Leap

Si Richard Yu ne mentionne pas la 5G, il y a fort à penser que le futur produit AR de Huawei soit compatible une telle technologie. Le groupe de l’Empire du Milieu prépare en effet cette nouvelle ère en approche (2019-2020) en tentant de réfléchir aux différentes problématiques engendrées par la 5G, comme la surchauffe de l’appareil électronique et la surconsommation de sa batterie. Le fait est que la 5G devrait être indispensable pour la transmission de données entre l’utilisateur et les serveurs cloud.

Contenus et grille tarifaire : les autres enjeux de l’AR

La prochaine génération de casques de réalité augmentée devrait sans aucun doute combiner avec cette cinquième génération du standard de télécommunication. Mais outre ces aspects techniques, d’autres enjeux feront face aux fabricants, comme la capacité à proposer une large offre de contenus capable de susciter l’intérêt du grand public, sans oublier une grille tarifaire abordable pour les portefeuilles les plus modestes.

Problème : les coûts de production sont généralement élevés, obligeant les distributeurs à vendre le produit à un prix rarement agressif. Aujourd’hui dédiés aux usages professionnels, les casques AR de demain auront pour ambition de s’inviter sur le nez de milliers d’utilisateurs. À condition, de toute évidence, de respecter l’ensemble des conditions susmentionnées.