Il avait déjà fait part, sur FrAndroid, de son expérience avec le Huawei Mate 9, mais le voilà de retour ! Diantro, qui compte parmi nos plus fidèles lecteurs, a passé deux ans avec son smartphone. L’occasion pour lui de refaire le point. Nous lui laissons donc une nouvelle fois cette tribune.

Je vous avais proposé, l’année dernière, un petit récapitulatif sur l’utilisation d’un Huawei Mate 9 pendant un an. Aujourd’hui sa deuxième année entre mes mains est révolue. Je ne pensais pas en arriver là honnêtement, c’est même un record en ce qui me concerne de garder un smartphone aussi longtemps. Voyons ensemble si « l’obsolescence programmée » rend le Huawei Mate 9 bon pour la poubelle.

Un design qui prend un coup de vieux…

Le Mate 9 fait maintenant très daté. Les téléphones allongés à encoches ont fleuri un peu partout. Ceux-ci sont plus étroits, plus faciles à prendre en main. Le Mate 9 lui, est large, lourd, et son dos en aluminium est définitivement d’un autre temps.

Pour autant, la qualité de la finition fait du Mate 9 un téléphone qui vieillit très bien en termes d’aspect. Pas de craquements, pas de faiblesses, il est comme neuf à l’exception d’un certain nombre de micro-rayures apparues au dos de l’appareil. Celles-ci ont été provoquées par la coque officielle fournie par Huawei, qui laisse passer les poussières entre la coque et le téléphone. Un comble.

Ce ne sont pas des poussières, mais une multitude de micro-rayures

Un écran qui fait toujours le job

L’écran est toujours aussi bon. Certes, il n’est pas OLED, certes il est en 16/9, mais sa surface d’affichage est incomparable. Évidemment, j’aimerais mieux un écran bord à bord, mais ce n’est pas suffisant pour me donner envie de changer de smartphone.

Un suivi plutôt bon…

Avec le temps, le suivi de Huawei s’est amélioré. Les mises à jour de sécurité ont été régulières : le constructeur s’est enfin décidé à fournir un log des changements introduits à chaque mise à jour, ce qu’il ne faisait pas auparavant. Le Mate 9 a reçu Android 9.0 Pie, ce qui remplit le contrat d’un suivi de deux ans, en espérant que cela ne s’arrête pas là car il n’y a plus eu de mise à jour de sécurité depuis le passage sur Pie (correctifs de sécurité de février 2019).

Les mises à jour d’EMUI et d’Android apportent également certaines nouveautés copiées sur Apple comme le Face Unlock ou la Navigation par gestes, même si personnellement ni l’un ni l’autre n’ont réussi à me faire changer mes habitudes.

… mais une surcouche qui date.

Ce qui change très peu avec EMUI par contre, c’est l’aspect assez vieillot de l’interface. L’ensemble reste pratique et fonctionnel, mais daté. Les thèmes proposés dans le magasin sont d’une manière générale assez pauvres, voire laids (voitures de sport, paysages sur-saturés, poneys, chats…), avec des packs d’icônes qui gèrent toujours très mal les icônes des applications peu connues.

Thème typique un peu gnangnan

Des photos plus au niveau…

La qualité photo est égale à ce qu’elle était à l’époque : acceptable, sans plus, avec un deuxième capteur monochrome qui tient plus du gadget qu’autre chose. Depuis, les smartphones avec triple capteur, modes nuits hyper performants et super zooms sont apparus. Le Mate 9 n’est simplement plus du tout à la hauteur. Un mode Portrait a été ajouté dans l’application photo pour tenter de suivre une autre des tendances du moment, mais ça ne suffit pas à combler le retard pris sur les smartphones récents dans ce domaine.

Une autonomie exemplaire

Contrairement à d’autres flagships que j’ai pu avoir, aucune mise à jour ne semble avoir affecté l’autonomie du Mate 9 de façon vraiment notable. Il fait toujours ses sept ou huit heures d’écran allumé sans broncher, Wi-Fi, GPS et Bluetooth activés, ce qui est franchement bon pour un téléphone de cet âge ! Le seul bémol à apporter est l’autonomie en veille : le Mate 9 perd facilement 7 à 8 % de batterie la nuit, même en mode avion, ce qu’il ne faisait pas au début de sa vie.

Des performances suffisantes pour M. Tout Le Monde

Pour mon usage — YouTube, Internet, mail, Instagram, Deezer, Google Maps et Clash Royale — tout va bien, le Kirin 960 du Mate 9 tient toujours le choc deux ans après, pas de lag, pas de freeze, pas de plantages, pas de bugs, même avec beaucoup d’applications en arrière-plan. Pour les accros, voici une petite capture d’écran d’Antutu après la mise à jour vers Android Pie :

La politique agressive de Huawei en matière de gestion des applications peut être parfois gênante au quotidien, par exemple si vous faites une recherche sur Google Maps, que vous répondez à un appel, et que vous rebasculez sur Google Maps, vous avez toutes les chances d’avoir à refaire votre recherche, car cela équivaut à relancer l’application. Mais sinon, j’apprécie assez que l’OS s’occupe de faire le ménage lui-même dans mes applications ouvertes.

Pour des applications ou des jeux un peu plus dans l’air du temps, le Mate 9 ne conviendra pas et il vous faudra un appareil plus récent. Impossible de jouer à Fortnite par exemple, le jeu ne s’installe même pas.

Oups…

Alors, faut-il changer ?

Au final, le Huawei Mate 9 reste un téléphone toujours dans le coup. Il est à peu près à jour, il ne flanche pas (merci les 4 Go de RAM) pour les tâches quotidiennes, et il faut vraiment aller chercher des jeux récents très gourmands pour trouver des incompatibilités. Il vieillit très bien, l’autonomie est toujours bonne, et si le design ou la qualité photo commencent à pêcher un peu, il n’y a rien de vraiment gênant au quotidien qui donne envie de changer absolument.

Pour un téléphone « hors de prix » à sa sortie (à 699 euros), le bilan au bout de deux ans est très bon. Si vous hésitez aujourd’hui à vous diriger vers un haut de gamme Huawei avec dans l’idée de le garder au moins deux années, vous pouvez y aller tranquillement, vous ne devriez pas avoir de mauvaise surprise.

Merci Diantro pour ce retour d’expérience !

Où acheter le Huawei Mate 9 au meilleur prix ?

Un an avec le Huawei Mate 9 : retour d’expérience d’un lecteur de FrAndroid