La capitalisation boursière de Microsoft a dépassé celle d’Apple aux États-Unis pendant un temps. Le secteur des nouvelles technologies semble définitivement avoir éclipsé l’industrie pétrolière.

Satya Nadella, actuel CEO de Microsoft

En août 2018, Apple a marqué le coup en devant la première entreprise à atteindre une capitalisation boursière au-dessus de 1 000 milliards de dollars. La marque avait gagné cette course face à Amazon, Google et Microsoft — également dans le peloton de tête.

Les analystes et les actionnaires ne semblent toutefois pas satisfaits de la rentrée d’Apple, et notamment du doute qui plane sur les ventes de la nouvelle génération d’iPhone. Résultat, la capitalisation boursière d’Apple se situe plutôt autour des 800 milliards de dollars aujourd’hui. Une chance pour Microsoft.

Grâce au cloud, Microsoft devient premier

À l’inverse, Microsoft continue sa croissance de trimestre en trimestre, notamment grâce à ses excellents résultats dans le cloud, avec son offre Azure. Depuis l’arrivée de Satya Nadella comme CEO en 2014, la firme a grandement rationalisé ses produits, en s’appuyant sur ses forces et en abandonnant ses produits qui n’ont pas rencontré le succès (Windows Phone et Groove notamment). Au passage, le nouveau CEO a aussi supprimé de nombreux postes, avec 18 000 licenciements en 2014 notamment.

Tout cela a permis à Microsoft de dépasser Alphabet (Google) en capitalisation boursière plus tôt dans l’année, puis Apple cette semaine, pendant près d’une journée. Depuis, l’action Apple est suffisamment remontée pour permettre à la marque à la pomme de redevenir première.

Il s’agit en tout cas d’un événement qui permet de confirmer que la stratégie de Nadella fonctionne pour le moment, avec des signaux positifs sur le cloud, les services aux entreprises (Office 365 et CRM), mais aussi dans le jeu vidéo.