Microsoft propose avec la Xbox Elite Série 2, une manette très haut de gamme. Peut-on justifier l’achat d’une manette à 180 euros ? Réponse avec ce test.

Nous avons testé pendant plus d’une semaine la nouvelle manette très haut de gamme de Microsoft, la Xbox Elite Série 2.

Fiche technique

  • Connexion : Bluetooth, Wi-Fi Direct, filaire
  • Ports : USB Type-C, jack 3,5mm et port Xbox propriétaire
  • Coloris : noir
  • Recharge : dock ou câble USB Type-C de 2,7 mètres
  • Poids : 345 grammes (+/- 15 grammes selon la configuration)
  • Prix : 179,99 euros

La manette testée ici a été achetée par le journaliste pour son usage personnel.

Design et maniabilité

On commence tout de suite par le plus important quand il s’agit d’une manette, le design. Je n’ai jamais eu la première génération de manette Xbox Elite en main, donc je ne pourrais pas faire de comparaison direct, mais j’ai en revanche l’habitude de jouer sur Xbox One, Switch et PlayStation 4 avec leurs manettes respectives.

Unboxing

Avant de parler de la manette elle-même, parlons de l’expérience « unboxing » et des accessoires si importants pour ce produit. L’ouverture de la boite se fait très facilement grâce à des adhésifs qui collent peu, avec une languette pour tirer plus facilement, et on découvre alors la boite de transport fourni avec la manette. C’est un détail, mais pour un produit haut de gamme, c’est important d’avoir le souci du détail. À ce prix, on est intransigeant.

La manette et sa boite de rangement

Cette boite intègre tous les accessoires proposés par Microsoft sur lesquels nous reviendrons, un socle de recharge sans-fil, et la manette évidemment.

La manette

Fort de son expérience dans le jeu vidéo, Microsoft s’est mis en tête de concevoir une manette sans concession pour les passionnés au large budget. Cela se traduit d’abord par une manette avec des poignées en caoutchouc antidérapant, une croix directionnelle et des sticks amovibles, et des gâchettes réglables.

En main, la manette donne immédiatement une impression de grande qualité et de confort. Elle respire la qualité de fabrication, dans chacun de ses détails.

La manette est plus lourde avec 326 grammes sur la balance sans les palettes arrières, qu’une manette Xbox One à batterie classique (265 grammes) ou la DualShock 4 (220 grammes). En main, ça se ressent immédiatement, et cela confère à la manette un côte dense qui rassure, on a l’impression d’avoir un produit de haute qualité. Cette différence de poids n’est pas problématique pour un adulte, je ne suis pas particulièrement musclé, mais pourrait être gênante pour un enfant.

Le meilleur test pour savoir à quel point cette manette contraste avec les autres est justement de repasser sur une manette classique Xbox One, ce que j’ai fait au bout d’une semaine. Alors que j’ai toujours considéré la manette Xbox One comme l’une des meilleures manettes du marché, la manette Elite Serie 2 m’a rendu bien difficile en l’espace d’une semaine. Le retour en arrière m’a donné une vraie impression « cheap » sur la manette Xbox One, comme si c’était un produit entrée de gamme, ce qu’elle n’est objectivement pas.

Deux boutons sous la manette permettent de régler la course de chaque gâchette indépendamment, on peut par exemple régler la gâchette droite pour qu’elle se déclenche sur un appui très cours, particulièrement pratique pour les jeux d’actions et les FPS. Les gâchettes LT / RT sont texturées, pour être plus facilement identifiée sous le doigt.

Pour le reste, du côté des boutons de façade A, B, X et Y, mais aussi les boutons de menu, je n’ai pas noté de changements particuliers par rapport à une manette classique, sinon qu’ils sont colorés en noirs pour mieux se fondre avec le design de la manette.

Modularité

La Xbox Elite Serie 2 a la particularité d’être modulaire. La sacoche de transport de la manette propose en effet un pavé directionnel et quatre joysticks alternatifs. Il est également possible de retirer les palettes à l’arrière de la manette, et Microsoft propose enfin de régler la résistance des joysticks à l’aide d’une petite clé fournie dans la boite.

Les changements de pièces se font très facilement grâce à un système aimanté, on tire un peu le joystick pour le retirer et on l’échange avec un autre de la boite. Malheureusement, la manette ne propose pas d’échanger la position du joystick gauche avec le pavé directionnel, ce qui permettrait d’obtenir une manette symétrique comme la DualShock 4 de Sony. Préférant la disposition asymétrique, ça ne m’a pas posé de problème, mais certains concurrents proposent cette option.

Attention à la poussière

Malheureusement, la manette Elite Series 2 n’est pas exempte de tout reproche concernant son design. Sa capacité à attirer rapidement la poussière et les salissures est sans doute le plus important d’entre eux concernant le design. Au bout d’une semaine, la manette rapidement a pris quelques taches, notamment de farine (oui je mange du pain), qui se glissent dans les recoins des joysticks ou les interstices de la manette. Elle est également assez difficile à nettoyer à cause des nombreux éléments texturés.

Connexion et configuration

La manette Elite Series 2 intègre à la fois le Bluetooth et le Wi-Fi Direct, en plus du filaire évidemment, ce qui la rend compatible avec un grand nombre d’appareils et en premier lieu les Xbox One, la future Xbox Scarlett et les ordinateurs sous Windows. J’ai surtout testé la manette en la connectant à un PC fixe équipé d’une carte Bluetooth 5.0.

C’est l’un des éléments où j’ai été finalement le plus déçu de mon expérience avec cette manette. Sur PC, Microsoft propose l’application Accessoires Xbox pour Windows 10 qui permet en principe de gérer la manette. Malheureusement la gestion de la manette ne marche pas en Bluetooth. Obligé donc de connecter la manette par câble, c’est d’autant plus dommage que l’application permet de relever le niveau de batterie : elle en est incapable en Bluetooth, et elle indique fatalement « branchée » quand la manette est reliée par câble au PC.

Au-delà de ça, la manette propose de créer jusqu’à trois profils personnalisés à stocker dans la manette, la bascule entre les profils se fait facilement en un seul clic sur un bouton dédié. C’est l’un des grands arguments de vente de la manette : sa modularité. Malheureusement, j’ai été déçu du manque d’options concernant certains éléments, comme si Microsoft n’était pas aller au bout de la démarche.

Par exemple, la manette permet de « remapper » les touches. Vous pouvez donc décider qu’un appui sur le bouton « A » engendre l’action « Joystick L vers le haut ». De même pour les quatre palettes supplémentaires à l’arrière qu’il sera possible de configurer comme un bouton « B » ou « RB » ou encore « flèche haut », vous avez compris le principe. Dommage qu’il ne soit pas possible de créer des macros ou d’associer des boutons avec des touches habituellement trouvées sur le clavier. J’aurais par exemple apprécié de pouvoir associer la palette « P1 » avec la lettre i du clavier, et ainsi ouvrir rapidement l’inventaire dans la plupart des jeux PC.

L’application propose aussi de régler finement les mouvements de joysticks avec plusieurs courbes de sensibilité et différents modes de calculs, permettant en principe de bien doser la zone morte. J’ai cependant trouvé que les options manquaient de clarté. Je ne sais pas vraiment à quoi correspondent les calculs « Radial », « vraies diagonales » ou « indépendant des axes », ni ce qu’elle option choisir pour mon confort. Ces remarques s’appliquent aussi aux réglages des gâchettes.

Ces options sont plus que bienvenues pour un produit de ce calibre, mais Microsoft devrait proposer plus d’explications pour aider l’utilisateur à configurer la manette selon ses goûts, avec peut-être des tests plus explicites.

Autonomie

Contrairement à la manette Xbox One classique, à laquelle il faut ajouter des piles ou acheter une batterie, la manette Elite Serie 2 est bien fournie avec une batterie, mais celle-ci est inamovible. Microsoft annonce que la manette peut tenir 40 heures d’autonomie. Dans les faits je n’ai pour ainsi dire jamais vu une manette avec autant d’autonomie. Sur plus d’une semaine, j’ai effectivement joué pendant environ 40 heures en Bluetooth avant de tomber à court de batterie.

La recharge se fait de plusieurs façons, soit directement par le port USB Type-C de la manette, soit par un dock fournit. Microsoft propose également de glisser ce dock dans la boite de rangement de la manette et de faire passer le câble de charger à travers un trou dans la housse prévue à cet effet, le souci du détail une nouvelle fois. Mention spéciale pour le câble USB tressé de 2,7 mètres, là aussi de bonne qualité.

À l’heure où Microsoft communique sur l’importance de l’environnement en particulier avec Xbox, on ne peut que regretter l’intégration d’une batterie inamovible. Cela pose inévitablement la question de la durée de vie de ce produit, impossible à noter dans ce test.

Prix et disponibilité

La manette Xbox Elite Série 2 est disponible à partir de 179 euros sur Amazon.

Note finale du test 9/10
La manette Xbox Elite Serie 2 est un produit haut de gamme, vendu à un tarif rarement atteint par une manette de jeu grand public. Je suis de ceux qui pensent qu'un produit haut de gamme peut justifier son prix s'il apporte des performances ou un confort supplémentaire et c'est tout à fait le cas de la manette de Microsoft. Ce contrôleur est en fait une option de plus destinée aux passionnés de jeux avec un budget généreux. C'est aussi sans aucun doute un très beau cadeau à offrir.

Confort, autonomie, qualité de fabrication et soucis du détail sont les maitres mots de cette manette Xbox Elite 2 convaincante dès sa première prise en main.

Tout n'est pas parfait pour autant, et ce prix demande aussi d'être intransigeant sur les défauts. La manette se salit assez facilement, et sa batterie inamovible soulève des interrogations concernant sa durée de vie. Enfin l'expérience logicielle sur Windows n'est pas au niveau de la qualité de fabrication du produit.
Points positifs
  • Qualité de fabrication
  • Design modulaire
  • Autonomie monstre
  • USB-C
  • Compatible Bluetooth, Xbox One et Xbox Scarlett
Points négatifs
  • Batterie inamovible 😒
  • Application Windows décevante
  • Se salit très facilement