Bill Gates : son départ de Microsoft pourrait être motivé par une affaire de mœurs

Une affaire vieille d'une vingtaine d'années

 

Accusé d'avoir eu une relation inappropriée avec une employée dans les années 2000, alors qu'il était encore CEO de Microsoft, Bill Gates aurait été contraint de renoncer à son siège au Conseil d'Administration du groupe... trois mois seulement après avoir été réélu.

Microsoft aurait poussé Bill Gates à quitter le Conseil d’Administration à la suite des allégations de relations inappropriées avec une employée, corroborées par une enquête interne.

Microsoft aurait poussé Bill Gates à quitter le Conseil d’Administration à la suite des allégations de relations inappropriées avec une employée, corroborées par une enquête interne.

Il y a un peu plus d’un an, en mars 2020, Bill Gates laissait vacante la place qu’il conservait jusqu’alors au Conseil d’Administration de Microsoft pour se consacrer plus largement aux problématiques en lien avec la « santé mondiale, le développement et l’éducation ». L’intéressé justifiait aussi son départ par sa volonté d’engagement croissant « dans la lutte contre le changement climatique ».

Autant de thématiques centrales pour Bill Gates et la Bill & Melinda Gates Foundation, il est vrai, mais d’après le Wall Street Journal, l’homme d’affaires aurait surtout été contraint de laisser son siège à la suite de  révélations d’une employée de Microsoft avec qui il aurait entretenu des rapports « inappropriés » au début des années 2000. Il était alors toujours CEO du groupe.

Microsoft aurait mené l’enquête

Selon l’enquête menée par le Wall Street Journal, l’information aurait été portée à la connaissance du Conseil d’Administration de Microsoft en fin d’année 2019. Plusieurs membres du CA auraient alors décidé de faire appel aux services d’un cabinet d’avocats pour enquêter sur ces affirmations.

« Tout au long de l’enquête, Microsoft a apporté un soutien important à l’employé qui a signalé le problème », précise le WSJ. Cette ingénieure aurait par ailleurs réclamé « des changements dans son rôle chez Microsoft », lit-on. Prise au sérieux par Microsoft, cette affaire aurait pu causer du tort à l’entreprise alors que le mouvement #MeToo battait encore son plein.

Bill Gates s’en tient à son motif de départ initial

De son côté, Bill Gates n’a pas attendu les conclusions de l’enquête pour annoncer qu’il quitterait son poste. D’après un porte-parole de Bill Gates contacté par le WSJ, cette affaire ne serait d’ailleurs pas liée au départ de l’intéressé.

« Il y a eu une liaison il y a presque 20 ans qui s’est terminée à l’amiable », a-t-il déclaré. « Sa décision de quitter le Conseil d’Administration n’était en aucun cas liée à cette affaire. Il avait même exprimé le désir de consacrer plus de temps à ses activités philanthropiques plusieurs années auparavant ».

Comme le souligne Neowin, l’enquête du Wall Street Journal émerge consécutivement à l’annonce du divorce de Bill Gates et son épouse Melinda après 27 ans d’union. Une séparation actée sur fond de relations troubles entre l’ancien patron de Microsoft et Jeffrey Epstein, retrouvé pendu dans sa cellule après avoir été incarcéré en 2019 en vue d’un procès pour trafic de mineurs.

Les derniers articles