La puce Snapdragon 1000 de Qualcomm refait parler d’elle. Microsoft serait l’un des premiers à utiliser ce nouveau processeur très prometteur, capable de gérer 16 Go de RAM.

Depuis quelques semaines, la rumeur veut que Qualcomm soit occupé à développer une nouvelle gamme de puces avec le Snapdragon 1000, particulièrement pensé pour les ordinateurs sous Windows 10. Le mot d’ordre de cette nouvelle puce serait : se servir de l’espace supplémentaire présent dans les PC pour décupler les performances des puces Snapdragon, et pouvoir enfin rivaliser avec les processeurs Intel.

Cette nouvelle puce est connue en interne sous le nom de code « Poipu », un lieu de l’ile Kauai faisant partie de l’archipel d’Hawaii. Or, c’est à Hawaii que Qualcomm a pris l’habitude de dévoiler ses meilleures puces Snapdragon.

Une plateforme de test avec 16 Go de RAM

D’après de nouvelles informations glanées par Roland Quandt pour WinFuture.de, la plateforme de test de Qualcomm distribuée auprès de ses partenaires fabricants serait équipée de 16 Go de RAM et 256 Go de stockage en UFS 2.1 (répartis entre deux modules de 128 Go).

Ces caractéristiques sont bien celles d’un ordinateur, les smartphones avec 256 Go de stockage sont encore rares, et les meilleurs appareils sous Android ont plutôt 8 Go que 16.

Une taille de puce bien plus grosse

Autre information intéressante, le Snapdragon 1000 aurait un encombrement de 20 x 15 millimètres, c’est bien plus que les 12,4 x 12,4 millimètres occupés par le Snapdragon 845.

Cette place supplémentaire pourrait être utilisée pour un processeur plus gros, équipé de plus de cœurs, un moyen simple d’augmenter ses performances brutes. Il est également question d’une nouvelle puce de gestion de l’alimentation.

Un Microsoft Surface dans les starting-blocks

Un employé de Qualcomm a laissé échapper sur son profil LinkedIn des informations supplémentaires sur le Snapdragon 1000.

On peut y lire qu’il supervise les tests du Snapdragon 845 et du Snapdragon 1000 pour les ordinateurs de bureau, Hololens, et les appareils de réalité augmentée, virtuelle ou mixte. Le texte mentionne également Andromeda, le nouvel appareil mobile développé par Microsoft Surface et qui doit sortir en 2018.

Si Qualcomm veut vraiment intégrer son nouveau Snapdragon dans des ordinateurs de bureau, cela semble confirmer le gros gain de performance à attendre de ce processeur.

À lire sur FrAndroid : Une semaine avec un PC Windows 10 toujours connecté en 4G et équipé d’un Snapdragon 835