Samsung : l’héritier de la firme retourne en prison

 

Retour à la case prison pour Lee Jae-yong. Le président héritier de Samsung est impliqué dans un scandale national de corruption en Corée du Sud. L'homme d'affaires avait pourtant été libéré après avoir purgé un an de sa peine.

Le campus Samsung en Californie

Le campus de Samsung en Californie // Source : Samsung

Alors qu’il vient de dévoiler ses Galaxy S21, Samsung connaît une actualité plus morose en Corée du Sud, sa terre natale. Et cela touche directement la direction de la firme. L’héritier du conglomérat, Lee Jae-yong — aussi appelé Jay Y. Lee en Occident — a ainsi été renvoyé en prison. L’homme d’affaires est pourtant le patron de facto du groupe depuis 2014 et en est officiellement devenu le président en octobre 2020 à la suite du décès de son père.

Retour à la case prison

En 2017, la justice sud-coréenne a condamné Lee Jae-yong à une peine de cinq ans de prison à cause de son implication dans une affaire de corruption de grande ampleur mêlant la présidente du pays, Park Geun-hye, qui a depuis été destituée et mise derrière les barreaux. Le patron de Samsung était en effet accusé d’avoir offert des chevaux et autres pots-de-vin à un proche de l’ancienne chef d’État afin d’obtenir des faveurs de la part du gouvernement.

Lee Jae-yong avait passé un an en prison avant que sa peine ne soit réduite de moitié, puis suspendue. Il a ainsi été libéré en 2018, mais la Cour suprême de Corée du Sud a exigé un nouveau jugement en 2019 et la décision a été rendue ce lundi 18 janvier 2021. Le patron de Samsung va ainsi être à nouveau enfermé pendant deux ans et demi.

Un vide à la direction qui pourrait faire mal

Rappelons que Lee Jae-yong est le petit-fils du fondateur de Samsung. Cependant, dans des excuses publiques, il expliquait qu’il ne léguerait pas la direction de Samsung à ses enfants. En attendant, l’homme d’affaires devrait pouvoir gérer l’entreprise depuis la prison, mais cette situation sera évidemment fort peu pratique pour mener à bien des stratégies importantes.

D’aucuns craignent ainsi un vide difficile à combler à la tête de Samsung pendant les mois à venir. Alors que la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 agite toujours la planète et que la concurrence fait de plus en plus rage dans tous les secteurs de la Tech, le géant sud-coréen devra courber le dos et assurer un bon leadership en interne malgré l’absence de son président. La firme n’a pas souhaité commenter cette affaire.

Les derniers articles