Surprise : Hogwarts Legacy a sabré une part de son open-world pour tenir sur Switch

Un portage néanmoins honnête !

 

Une analyse plus pointue du portage d'Hogwarts Legacy sur Nintendo Switch révèle que le titre a bien sacrifié un élément crucial de son monde ouvert sur l'autel de la fluidité. Une nouvelle assez peu surprenante compte tenu des capacités limitées de la petite console de Nintendo.

Capture d’écran de Poudlard dans Hogwarts Legacy // Source : Warner Bros

Porter sur Nintendo Switch un titre « Next Gen » pensé pour les Xbox Series et PlayStation 5 n’est pas mince affaire. Pour y parvenir, il était évident que des concessions seraient faites, et c’est bien le cas de Hogwarts Legacy. On en prend désormais la mesure au travers des diverses « performance reviews » partagées en ligne. Celle de la chaîne spécialisée SwitchUp revient ainsi en détail sur les coupes-sombres auxquelles les développeurs d’Avalanche Software ont été contraints.

On découvre ainsi qu’au-delà d’une définition 720p, d’un framerate limité à 30 images par seconde, d’une distance d’affichage nettement abaissée et de textures fatalement beaucoup plus grossières que sur consoles de salon, le portage Switch du jeu a été contraint de sacrifier un élément important de son monde ouvert pour parvenir à proposer une expérience de jeu honnête sur la petite machine de Nintendo.

Des temps de chargement partout, tout le temps…

Comme le souligne ComicBook, la version Switch d’Hogwarts Legacy souffre en effet de temps de chargement récurrents. Là où le monde ouvert du titre sur PS5 et Series X pousse à l’exploration sans retenue, l’open world de ce portage Switch est pour sa part très fragmenté… et beaucoup moins « ouvert » à proprement parler. Il faudra en effet passer par des temps de chargement pour aller d’un endroit de la carte à l’autre, pour franchir un simple pont dans Pré-au-Lard, arpenter les abords de Poudlard, ou même pour visiter un commerçant.

Ces interruptions du gameplay s’avèrent par ailleurs aussi fréquentes que longuettes : comptez 30 à 50 secondes pour en voir le bout à chaque fois. De quoi en refroidir certains et en pousser d’autres à réfréner leurs envies d’exploration. Cela étant dit, il est admirable de constater qu’un jeu récent, aussi exigeant qu’Hogwarts Legacy, parvient à être animé à 30 images par seconde sans ralentissements notables sur Switch. Le titre y est par ailleurs restitué dans son intégralité, ce qui n’était pas forcément gagné compte tenu des performances très modestes offertes par la Nintendo Switch.