À peine sortie, déjà émulée ? Une développeuse indépendante travaille sur la conversion d’un émulateur Nintendo Switch, la dernière console de Nintendo, pour Android.

Il est une tradition qui perdure au fil des ans : le destin de toutes les consoles est d’être émulé sur PC. Que le but du développeur soit noble (sauvegarder l’histoire du jeu vidéo) ou non (jouer sans avoir à acheter la console), ce type de projet ne cesse d’être développé.

La Nintendo Switch, dernière console de Nintendo sortie il y a deux ans maintenant, n’y est pas étrangère. Malgré sa jeunesse, un premier projet d’émulateur montre déjà ses progrès.

Émulateur Nintendo Switch sur Android

La team Ryujinx a réussi à créer un émulateur pour Windows. Celui-ci est déjà capable de lancer quelques jeux, mais les performances ne sont pas au rendez-vous.

Désormais, c’est une adaptation sur Android de ce même émulateur qui est à l’ordre du jour. Le membre ctrninja du forum GBA Temp a réussi à convertir le projet sur notre plateforme mobile et l’appeler MonoNX. Si celui-ci est loin d’être prêt et n’affiche pour l’instant que l’output de la console, en prime d’arriver à lancer quelques vieux homebrews, c’est un premier pas plus qu’impressionnant.

Celui-ci ne demande qu’un processeur ARM64 ou un x86 64 bits pour fonctionner. Ses travaux, toujours en cours, sont disponibles au téléchargement sur le Play Store.

Qu’une question de temps

Il faut bien comprendre que la création d’un émulateur est bien souvent une histoire de passion pour le reverse engineering. Ces projets naissent souvent de la curiosité d’un développeur pour la manière de fonctionner d’un système particulier, qu’ils décortiquent avant de le reproduire. Ici, par exemple, ce portage Android est réalisé par une jeune développeuse de 17 ans répondant au pseudo de Cyuubi.

Malgré tout, ce n’est qu’une question de temps avant qu’un émulateur Nintendo Switch parfaitement fonctionnel n’arrive. Et pour cause : au mouvement des développeurs s’ajoute la relative facilité de la procédure. Cyuubi nous a expliqué que le développement d’un émulateur Nintendo Switch avançait particulièrement vite du fait que l’architecture Maxwell du Tegra X1 est très bien documentée par Nvidia, facilitant le travail de reverse engineering nécessaire à la création d’un émulateur.

Malgré tout, il est plus que probable que Nintendo leur livre une guerre sans merci : les émulateurs continuent d’exister dans une zone de gris légalement parlant, et le constructeur japonais a toujours en tête l’enfer du piratage des Nintendo DS et Wii. La développeuse nous a indiqué que l’émulateur n’était pas livré avec des jeux mais des homebrews, le principe légal permettant aux émulateurs d’exister. Si toutefois Nintendo souhaitait aller plus loin pour lutter contre son existence, elle n’arrêterait pas le développement et passerait simplement par des plateformes moins connues pour distribuer l’émulateur.

À lire sur FrAndroid : Comment émuler de vieux jeux vidéo sur un smartphone ou une tablette Android ?