Google voudrait utiliser les drones pour les vidéoconférences

 

Google a déposé un brevet qui permettrait d’utiliser les drones pour réaliser des sessions de vidéoconférence en téléprésence. Le drone pourrait donc remplacer les robots actuellement utilisés et, pourquoi pas, projeter un hologramme ou même fonctionner de concert avec la réalité virtuelle.

Google drone vidéo conférence

Depuis quelques années, on croise parfois dans les salons ou dans les entreprises des robots, de la taille d’un humain, un iPad en guise de tête et des roues en guise de pied. Ils peuvent suivre une personne à la trace et la rencontre est toujours assez étrange, puisque l’iPad affiche le visage d’un humain – bien réel – qui peut voir tout ce qui se passe aux alentours du robot. Ces robots sont en fait la démonstration de la technologie de téléprésence, qui permet à une personne d’assister à une réunion en étant physiquement à plusieurs milliers de kilomètres. Et si à la place des robots, on utilisait des drones ? C’est l’idée que semble avoir eu Google, qui a déposé un brevet en ce sens.

Si l’on en croit le brevet repéré par le site Quartz, Google imagine un quadricoptère (à l’image des DJI Phantom 4 et Bebop 2 de Parrot) qui embarque une caméra ou qui peut même accueillir un smartphone qui pourra retransmettre l’image en temps réel avec une connexion Internet et propose un écran pour retransmettre l’image de l’interlocuteur. Le drone permettrait alors à l’interlocuteur de se balader dans les locaux d’une entreprise par exemple, et de ne pas rester statique dans une pièce à l’image des caméras classiques de vidéoconférence. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

 

Les limites des drones

En l’état actuelle de la technologie, la téléprésence avec des drones semble être inimaginable. En effet, les drones font un boucan d’enfer, disposent d’une autonomie limitée et peuvent être extrêmement dangereux avec des hélices qui tournent à plusieurs milliers de tours par minutes. N’oublions toutefois pas que des progrès se réalisent chaque année puisque le dernier Phantom 4 dispose d’une autonomie de pratiquement 30 minutes et peut éviter les obstacles de manière autonome.

 

Réalité virtuelle et hologramme

Finalement, le détail qui nous fait le plus rêver dans ce brevet est la présence de la possibilité pour le drone de diffuser une image. Serait-ce là les prémices d’un hologramme diffusé en temps réel par l’intermédiaire d’un drone ? Si l’on va un peu plus loin, on peut aussi imaginer une expérience de réalité virtuelle qui permet de se déplacer dans un lieu lointain grâce à une caméra à 360° fixée sur le drone.

L’été dernier, Google présentait son projet Wing, un service de livraison de colis par drones. À l’époque, des tests grandeur nature avaient été réalisés en Australie grâce à la législation beaucoup plus souple qu’aux États-Unis. David Vos,…
Lire la suite

Les derniers articles

  • OnePlus est-il encore OnePlus ?

    OnePlus

    OnePlus est-il encore OnePlus ?

    26 octobre 202026/10/2020 • 18:45