La marque américaine General Motors a levé le voile sur deux vélos électriques lancés sous la marque ARĪV, fraîchement créée pour se positionner sur le créneau. Meld et Merge, de leurs noms, débarqueront en Europe d’ici quelques mois.

Une belle somme de 10 000 dollars pour celui ou celle qui dénichera le nom de marque de vélo électrique le plus pertinent : voilà ce qu’avait promis General Motors, en novembre 2018, à l’ensemble de sa communauté souhaitant participer à ce petit concours aux allures sympathiques — et alléchant financièrement parlant. Quatre mois plus tard, le groupe a, semble-t-il, terminé ses recherches et parachevé son projet.

Le communiqué de presse publié le 14 février 2019, accueilli par les férus de vélos électriques comme une lettre d’amour tombée du ciel, a en effet levé le voile sur deux modèles électriques estampillés ARĪV, la fameuse nouvelle marque de GM dédiée à ce mode de mobilité urbain. Ainsi sont nées l’ARĪV Meld et l’ARĪV Merge, l’un compact, l’autre pliable.

Des prix encore très onéreux

A l’heure d’écrire ces lignes, la France n’est pas concernée par le lancement des précommandes. Seuls les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne bénéficieront dans un premier temps de ce binôme, en raison de la forte demande de vélos électriques observée dans ces pays. La grille tarifaire s’avère peu ou prou la même selon les états :

  • Belgique : l’ARĪV Meld à 2800 euros, ARĪV Merge à 3400 euros
  • Pays-Bas : l’ARĪV Meld à 2800 euros, ARĪV Merge à 3400 euros
  • Allemagne : l’ARĪV Meld à 2750 euros, ARĪV Merge à 3350 euros

Pour ce prix, l’utilisateur sera aux commandes d’un deux roues capable de tenir jusqu’à 64 kilomètres, grâce à sa batterie rechargeable en 3,5 heures seulement. Un temps de chargement modeste, en somme. Pour la sécurité du cycliste, des phares LED avant et arrière ont été ajoutés, de manière à lui assurer une bonne visibilité auprès des autres usagers de la route.

Des vélos connectés

Comme la majorité des autres vélos électriques du secteur, l’ARĪV Meld et l’ARĪV Merge ont la capacité de s’appareiller à une application mobile via une connexion Bluetooth. Un moyen de consulter toute une série de données, de la vitesse à la distance en passant par le niveau de batterie restant, le kilométrage ou le niveau d’assistance du moteur.

Enfin, le support Quad Lock, réputé pour sa fiabilité et sa solidité, accueillera votre smartphone en toute sécurité. Un port USB lui permettra même de se recharger lors d’un itinéraire effectué. Les premières commandes débarqueront dans le courant du second trimestre 2019. En toute logique, le marché français devrait être de la partie au cours des prochains mois.

À lire sur FrAndroid : Comment choisir son vélo électrique en 2019 ?