Avec son moteur 250 watts, ses 21 vitesses et sa conception relativement réussie, l’E-Road Pluto M permet à la fois de se faire plaisir en forêt que de faire de longues balades pépères. Un VTT à assistance électrique qui méritait bien un test complet.

Après notre test du VanMoof Electrified X2, place à l’essai d’un modèle moins… urbain, et bien moins cher aussi. Notre compagnon de route est cette fois-ci le E-Road Pluto M, un VTT à assistance électrique vendu… 990 euros ! Attention, vous le trouverez sans doute sur le net à 1590 euros, son prix initial, mais la boutique E-Road (de Bobigny, en région parisienne) qui nous a prêté ce modèle en test pratique actuellement une promotion sur ce modèle qui, comme vous allez le voir, a de beaux atouts à faire valoir !

Fiche technique

  • Modèle : E-Road Pluto M
  • Type : Vélo à assistance électrique
  • Jantes : 27,5 pouces (aluminium)
  • Pneus : KendaTire, 27,5 x 2,10 (Small Block Eight K1047)
  • Freins : freins à disque mécanique avant et arrière
  • Vitesses : 21 (Shimano Acera)
  • Chaîne : chaîne à réglage de tension automatique
  • Cintre : Promax 620 mm
  • Batterie : 36 volts – 10,4 Ah – 375 Wh (LG)
  • Chargeur : 36V / 2 Ah – 4 à 6 h pour une charge complète
  • Moteur : 250 W, roue arrière / 9 modes d’assistance
  • Autonomie : 40 et 60 km
  • Affichage : écran LCD rétroéclairé
  • Dimensions : 185 x 62,5 x 112 cm
  • Poids : 20 kg

Si vous êtes à la recherche d’un vélo à assistance électrique, vous avez forcément remarqué que l’offre tarifaire est plus vaste : ces engins ne sont plus réservés aux plus riches. Alors c’est sûr, vous avec un budget d’environ 1000 euros, oubliez les marques telles que Canyon, Moustache ou encore Lapierre. Pour autant, il est tout à fait possible de faire de bonnes affaires.

Peut-être avez-vous vu le buzz provoqué sur la Toile par le Nakamura E-Summit 710, un autre VTT AE vendu par les enseignes Intersport à 999 euros. Et bien nous n’avons pas (encore) testé ce modèle et pourtant nous sommes déjà convaincus que ce Pluto M a de quoi lui tenir tête et peut-être même faire mieux… mais seul un duel nous permettrait de le vérifier. Quoi qu’il en soit, si vous ne connaissez pas la marque E-Road, sachez qu’il s’agit à la base d’un constructeur chinois, Apollo, spécialisé dans les Dirt-Bike et qui exporte ses produits, vélos et trottinettes électriques, en France sous la marque E-Road.

Une conception tout à fait convaincante

De la même manière que les constructeurs tels que Huawei, Xiaomi, OnePlus ou encore Oppo ont réussi à faire changer « l’opinion publique » sur les produits chinois, E-Road réalise ici un vélo qui n’a pas de quoi rougir face aux concurrents positionnés sur le même segment de prix.

En fait, s’il joue plutôt la carte de la sobriété, ce Pluto M a même su nous séduire. Pas spécialement par sa teinte bi-ton noire et blanche qui donne d’ailleurs l’illusion (d’optique) d’être plus mince, mais plutôt par le fait que le cadre est assez bien dessiné. Le tube horizontal démarre juste à la base du guidon puis s’incline légèrement pour rejoindre la tige de selle. Son inclinaison n’étant pas spécialement très prononcée, il faut tout de même lever la jambe (d’autant qu’il s’agit d’un modèle 27,5 pouces), mais rien de franchement compliqué — notamment notre gabarit de 1,75 m. En revanche, une fois la hauteur de selle réglée, à aucun moment nous n’avons été gênés par ce tube, même lorsqu’il a fallu « danser une peu ».

De son côté, le tube oblique est plus massif. Forcément, c’est lui qui intègre la batterie la batterie 36 volts – 10,4 Ah de marque LG. Sur le papier, cette puissance de 375 Wh correspond donc de très près au 372,6 Wh de la batterie qui équipe le Nakamura E-Summit 710. La différence c’est que cette batterie est ici totalement intégrée dans le cadre… nous y reviendrons.

Nous avons aussi apprécié sur ce vélo la grande taille de l’écran, parfaitement lisible d’un rapide coup d’œil et riche en informations. Vitesse instantanée, vitesse max, kilomètres parcourus, niveau de charge restante dans la batterie, niveau d’assistance utilisée… rien ne manque, pas même le rétroéclairage.

Petit coup de cœur aussi pour ses poignées agréables qui, malgré nos balades de plus de 40 km sur des chemins de forêt, ne nous ont jamais meurtri les mains ou les poignets. À noter que si vous êtes fan des embouts courbés (les fameux bar-ends), ils seront vraiment très simples à installer.

Les poignées d’origine étant maintenues par des vis, il suffit de les desserrer (pas besoin de les décoller), décaler poignées et sélecteurs et installer les embouts. Là encore, ce petit détail résonne comme une bonne idée pratique.

Lorsqu’on y regarde de plus près, on apprécie la présence sur la gauche du cintre d’une sonnette, mais aussi les finitions tout à fait convenables. Pour un vélo à moins de 1000 euros on ne peut pas dire que le constructeur a bâclé les soudures, celles-ci sont plutôt propres.

En revanche, certains pourront reprocher le manque de réglages du guidon. Précisons au passage que le cintre Promax, légèrement courbé (on ne peut pas réellement parler de cintre semi-relevé), mesure 62 cm, ce qui présente l’avantage de ne pas être trop large pour se faufiler entre les voitures lorsque ce sera nécessaire.

Un bon compagnon pour tout chemin

Si vous êtes adeptes de vélo à assistance, c’est que vous en avez perçu les avantages. Faire des kilomètres à vélo pour aller bosser sans mouiller la chemise. Avoir le plaisir d’étendre toujours plus le périmètre de ses sorties en forêts… et on en passe. Et lorsque vous en faites « la pub » auprès de vos proches, nombreux sont ceux qui doivent vous répondre « que ce sont des vélos de fainéants ».  Pour nous, ceux-ci sont aussi de superbes outils pour se remettre en forme ou suivre des amis plus sportifs à l’occasion de sorties au-dessus de nos capacités.

Et c’est spécifiquement sur ce sujet de la remise en forme que ce Pluto M marque des points. En effet, en plus de sa batterie et son moteur 250 watts, ce vélo propose 21 vitesses et neuf modes d’assistance. Vous l’aurez compris, il devient possible d’ajuster au plus fin l’énergie qu’on souhaite dépenser avec une grande précision.

Le dérailleur Shimano Acera (proposant un bon rapport qualité/prix) fait glisser chaque rapport sur la cassette 7 vitesses avec bonne précision. C’est tout du moins le cas avec notre engin qui est neuf. Peut-être faudra-t-il entretenir les réglages de ce mécanisme à câble.

Les commandes au guidon sont bien placées, tout comme les boutons permettant de configurer le niveau d’assistance. Le moteur réagit d’ailleurs assez rapidement au changement des modes. Sitôt qu’on presse les boutons situés à gauche sur le guidon, l’assistance répond. Certes, le fait qu’il s’agisse d’un moteur de 250 Watts placé dans la roue arrière n’est pas idéal pour tous les profils de chemin, mais à moins d’avoir à gravir des rochers (ceux pour quoi ce vélo n’est d’ailleurs pas prévu) tout devrait bien se passer. Nous avons même eu l’occasion d’en apprécier l’efficacité en forêt, sur un chemin de sable ameubli par les passages des chevaux.

Toujours dans le cadre d’un usage en forêts, même en dehors des sentiers plus “tranquilles”, le Pluto M ne nous aura jamais fait défaut. Le cadre ne montre pas de signe de faiblesse, même sur quelques sauts soumis à notre poids de 80 kg.

Ses freins à disque (180 mm à l’avant et 160 mm à l’arrière) actionnés par un mécanisme Tektro (tektro-MD-M300/A-M180) ne sont certes pas pilotés par un système hydraulique, mais à ce niveau de prix, leur présence ici est une excellente chose. Et c’est d’ailleurs une alternative, selon nous, autrement plus intéressante aux systèmes V-Brake, surtout lorsqu’il est question de rouler dans la boue ou par temps de pluie.

Enfin, si nous manquons quelque peu d’informations sur la nature de la fourche, celle-ci ressemble beaucoup à un modèle RST Vita MLC, dont la tension du ressort (pour la rigidifier ou l’assouplir) ou son verrouillage se font manuellement et directement sur la fourche. Aucune commande n’est prévue sur le cintre. À 999 euros, il ne faudrait pas trop en demander.

Bonne nouvelle également, pour éviter les « poussettes galères » de ce vélo de 20 kg, E-Road a prévu un mode « Walk ». Celui-ci s’active en pressant longtemps le bouton du bas du boîtier de commande. L’assistance tracte alors le vélo à 6 km/h environ pour vous assister dans votre poussette.

… mais pas seulement

Qui peut le plus peut le moins. Ce Pluto M peut tout à fait regagner le bitume et tout autant nous satisfaire par son comportement très agréable, y compris lorsqu’on ne sollicite pas son assistance. Ce qui nous a bien compliqué la tâche lorsqu’il a été question de mesurer une autonomie : il nous est impossible d’être catégorique à ce sujet. Et pour cause, ce Pluto M, malgré ses 20 kg, se révèle être très agréable à rouler, même sans assistance.

Il n’est pas rare de le couper totalement le moteur sur le plat. D’ailleurs, le constructeur a prévu un mode 0 qui permet de profiter des informations du compteur (vitesse, autonomie, km parcourus, etc.), tout en se passant de l’assistance. Grâce à cela, nous avons pu réaliser des sorties de plus de 40 km mêlant route et chemins de forêt (avec un peu de relief) en utilisant à peine un quart de la batterie.

D’ailleurs, la structure des pneus offre un grip intermédiaire qui permet de ne pas trop souffrir sur le bitume et éviter les frayeurs en forêt. Quoi qu’il en soit, à l’occasion de nos tests, nous étions plutôt disposés à mouiller le maillot et nous n’avons donc jamais vidé la batterie. Si le constructeur annonce une autonomie comprise en 40 et 60 km (selon l’utilisation), il est évident que nous en aurions fait beaucoup plus. Si l’idée est donc de limiter les efforts, parce que vous comptez l’utiliser pour vous rendre au travail sans transpirer, il paraît assez évident que les 40 km devraient être facilement atteints.

La batterie intégrée, bonne et mauvaise idée

Comme nous le disions plus avant, la batterie de ce vélo est intégrée dans le tube oblique du vélo. Avantages : le vélo n’en est que plus séduisant et, sur un simple coup d’œil, personne (ou presque) ne supposera qu’il s’agit d’un vélo à assistance.

De quoi en surprendre plus d’un avec votre rythme effréné lorsque vous montrez une côte. Inconvénients : impossible d’ôter la batterie pour la recharger. Il faudra disposer d’une prise à portée de main pour refaire le plein. Non seulement cela risque de vous compliquer la vie si vous vivez en appartement, mais cela pourrait être aussi un problème si vous aviez en tête de le charger en arrivant au travail, par exemple.

En revanche, si vous vous posez la question, sachez qu’il est tout à fait possible de démonter la batterie pour la remplacer si d’aventure celle-ci venait à montrer des signes de faiblesse sur la durée. Pour en finir avec cet aspect, le temps de charge est toutefois assez long en raison de la « faible » puissance du chargeur. En effet, celui-ci délivre bien les 36 volts nécessaires, mais son ampérage de seulement 2 Ah est limité. De fait, il faut environ 4 h 30 pour refaire le plein si jamais la batterie est à 80 % et compter une bonne heure de plus si celle-ci était totalement à sec. Un chargeur 4 Ah aurait été le bienvenu.

Enfin, notez que les différents câbles (électriques ou dédiés au frein et dérailleurs) sont apparents, mais E-Road a néanmoins pris le soin de les regrouper dans une gaine pour rendre la chose un peu plus esthétique.

Prix et disponibilité

L’E-Road Pluto M est d’ores et déjà disponible à des prix variant généralement entre 1590 et 1779 euros. On le trouve néanmoins beaucoup moins cher en ce moment puisqu’il est affiché à 1190 euros à la Fnac et carrément à 990 euros sur le site officiel de la marque.

Note finale du test 9/10
C'est un 9/10 que nous décernons à ce Pluto M pour son très bon rapport/prix. Son équipement est complet : les éclairages avant et arrière sont présents, les pédales en métal sont robustes, tout comme la béquille et il est même possible d'ajouter un porte-bidon – ce qui n'est pas toujours possible lorsque la batterie encombre le tube oblique.

Bref, les balades sur le bitume comme en forêt sont vraiment agréables au guidon de ce VTT AE. Notez d'ailleurs que pour le même tarif de 990 euros, le constructeur propose une version route, le Pluto R (pour Road), équipé de pneus mieux adaptés au bitume et dépourvu de suspension à l'avant.
Points positifs
  • Le prix
  • Les 21 vitesses
  • Le large écran LCD
  • La batterie intégrée
  • L'équipement
Points négatifs
  • La batterie intégrée, aussi
  • Le temps de charge