Depuis 2014, les constructeurs de TV ont le mot HDR à la bouche. HDR par-ci, HDR par-là. Pour l’IFA 2018, Samsung et Panasonic ont annoncé ensemble la compatibilité de leur TV avec le HDR10+. Qu’est-ce que c’est ? On fait le point.

Le HDR, ou High Dynamic Range, n’a rien de nouveau. On le retrouve sur nos smartphones et nos TV, et ça n’a pas tout à fait le mode photo que vous retrouvez sur vos application d’appareil photo. Le HDR sur un écran consiste à augmenter la plage dynamique d’une image et de facto la rendre plus contrastée. Cela permet de faire apparaître des détails, aussi bien dans les tons lumineux que dans les tons sombres.

À lire sur FrAndroid : Netflix en HDR pour les Sony Xperia XZ2, Huawei Mate 10 Pro et P20

Dans la photographie, vous connaissez sans doute ce procédé qui s’active tout seul sur votre smartphone. Les caméras utilisées par le cinéma font la même chose, elles capturent les images sur une gamme dynamique plus étendue, en utilisant un encodage des couleurs bien plus large.

Ce n’est pas simple d’enregistrer des vidéos HDR et de les distribuer… il faut avoir le matériel compatible sur toute la chaîne de production, et utiliser les standards HDR des TV. Ce sont les producteurs et tous les acteurs qui choisissent le standard à utiliser.

Et là… c’est compliqué à suivre. Vous pouvez retrouver de nombreux standards :

  • HDR10 (encodage en 10 bits soutenu par l’Ultra HD Alliance, on retrouve ce standard sous la marque Ultra HD Premium)
  • Dolby Vision (encodage en 12 bits)
  • HLG (développé par des groupes médias)
  • Technicolor
  • HDR10+ (standard ouvert développé par Samsung et la Fox, rejoint par Warner Bros. et approuvé par la Blu‑Ray Disc Association.)

Le HDR10+ contre le Dolby Vision

Le HDR10+ est assez similaire au Dolby Vision concernant son fonctionnement : là où les autres standards appliquent une même et seule courbe de gamme à une vidéo, le HDR10+ et le Dolby Vision l’ajustent à la volée (on dit que ces standards utilisent des métadonnées dynamiques pour chaque image).

Le procédé HDR serait donc bien plus efficace : les couleurs, le contraste et la luminosité sont adaptés à chaque scène d’un film ou d’une série. Il y a tout de même une différence entre les deux standards : du côté du Dolby Vision, c’est l’équipe du film qui sélectionne l’étalonnage… tandis que le HDR10+ automatise cette tâche.

Il y a également une autre différence de taille : le Dolby Vision nécessite de payer de lourdes royalties… tandis que le HDR10+ est un standard ouvert et presque gratuit.

C’est un standard conçu par le HDR10 Technologies — un consortium formé par Samsung, Panasonic et 20th Century Fox. Tous les constructeurs peuvent rejoindre le programme de certification… c’est donc une véritable guerre entre le Dolby Vision et le HDR10+, peu de produits sont compatibles avec les deux standards (sauf quelques lecteurs blu-ray). En tant que consommateur, il faudra être attentif aux logos affichés sur les boîtes sur vos futures TV et lecteurs blu-ray. On ne sait toujours pas quel standard sortira gagnant de cette bataille entre les acteurs du cinéma. Pour le moment, par exemple, Netflix prend en charge le Dolby Vision et l’Ultra HD Premium (HDR).

Dans l’absolu, le commun des mortels se souciera peu de cette bataille — ils se satisferont du flux HDR10 intégré aux deux technologies — mais les puristes, ceux qui mettent des milliers d’euros pour avoir la meilleure image possible, seront bien embêtés à l’heure de choisir un camp (comme à l’époque du Blu-ray et du HD-DVD). Surtout si l’un des deux finit par s’effondrer, ce qui est toujours un risque lorsque nous sommes en présence d’un affrontement.

Pour l’IFA 2018, Samsung annonce que la totalité de ses modèles 2018 vont recevoir la certification HDR10+. Les modèles QLED mais aussi les séries Samsung NU8005 et Samsung NU7000. Le constructeur coréen va également profiter de l’IFA 2018 pour annoncer de nouvelles TV UHD certifiées HDR10+.

À lire sur Numerama : Formats HDR : la confusion s’accentue en 2018

Sur mobile, c’est également un beau bordel. La plupart des fabricants, dont Apple, Samsung, HTC, LG, et Sony, se sont lancés dans la danse. Le HDR mobile vise à créer les mêmes effets visuels étonnants que les TV. Il s’agit de rendre le contenu plus beau – en particulier les films ou les jeux – avec des couleurs étendues et une luminosité importante.

Encore une fois, il s’agit d’utiliser les compétences de l’écran, d’afficher des couleurs étonnantes et de contrôler le rétro-éclairage pour vous procurer une meilleure expérience visuelle. Cela a beaucoup à voir avec la luminosité, car la capacité de l’écran à repousser la luminosité dans des zones supposées lumineuses fait toute la différence.

Le Samsung Galaxy Note 7 a tenté de lancer le HDR mobile, mais l’appareil le plus remarquable était le LG G6. Le LG G6 offrait la prise en charge du HDR10 et du Dolby Vision, tout comme les téléviseurs de LG. Aujourd’hui, la grande majorité des smartphones haut de gamme propose du HDR… dont vous pouvez profiter sur Netflix, Amazon Prime Video et YouTube.