L’Arcep a publié son observatoire du marché des services fixe haut et très haut débit. L’occasion de constater un effort croissant sur le déploiement de la fibre optique FTTH et des abonnements toujours en hausse.

La fibre optique reste pour la majorité des consommateurs un rêve lointain. Il faudra encore quelques années avant que tous puissent en profiter, la plupart des utilisateurs actuels vivant dans de grandes villes françaises.

Les efforts continuent toutefois. L’opérateur Orange ne cesse de mettre en avant son déploiement, mais il faut une entité extérieure pour en connaître véritablement les tenants et aboutissants. Entre sur la scène l’Arcep, qui nous fournit son nouvel observatoire du fixe pour mieux en établir l’évolution.

Le déploiement de la fibre optique accélère

Concernant le déploiement en lui-même, l’Arcep nous offre une observation positive. L’autorité indique que les locaux « rendus raccordables sur le trimestre dépassent pour la première fois le million », ce qui offre toujours plus de facilité pour les opérateurs de raccorder leurs réseaux et montre une accélération du déploiement.

Au 31 décembre 2018, ce sont 13,56 millions de locaux qui sont éligibles aux offres FTTH, soit 32% de plus que l’année précédente avec 3 212 000 locaux supplémentaires ajoutés dans l’année et 1 013 000 sur le dernier trimestre 2018.

Les abonnements fibre poussent la croissance

Sur les abonnements, le constat est lui aussi encourageant. Sur le dernier trimestre, le nombre d’abonnements THD (débit supérieur ou égal à 30 Mb/s) a augmenté de 615 000, pour un total de 9 millions d’abonnements. Voilà qui représente une hausse de 2 millions d’abonnements, contre 1,5 million comparativement à l’année précédente.

Surtout, l’autorité note que cette progression est avant tout liée à « la hausse du nombre d’abonnements en fibre optique de bout en bout » qui enregistre une croissance de 485 000 sur le trimestre. La FTTH, soit la meilleure technologie possible, compte pour 4,8 millions des lignes utilisées, une augmentation de 1,5 million de lignes par rapport à l’année précédente.